Sous le charme d’Agent Carter…

Les deux premiers épisodes.

agent-carter-poster-marvel-serie

C’est la pause hivernale d’Agents of SHIELD, alors Marvel Studios devaient bien sûr décocher une autre corde de son arc. Ils nous offrent Agent Carter, mini-série de huit épisodes, qui s’inscrit dans la continuité du film Captain America sur la vie de Peggy Carter à la mort de Steve Rogers. C’est de la classe des années post-guerre, une femme émancipée devant un parterre d’hommes misogynes, un petit filtre pour faire revivre l’époque. De toute façon, la seule chose à sauver dans le premier de Captain America à mes yeux était Peggy Carter. J’en attribue tout le mérite à la présence de Hayley Atwell. Et une série centrée autour de ce personnage ne pouvait qu’avoir du potentiel. La mini-série a le charme anglais à son avantage, non seulement Atwell mais aussi James D’Arcy. Je veux être claire, je ne m’y connais rien en Marvel. Pour moi, ce sont des super héros un peu trop héroïques, avec des super pouvoirs, parfois pas, je ne connais pas leurs relations ou quoi. Mais ce que j’apprécie chez Carter, c’est sa normalité et son côté Bond au féminin, et j’ai envie de dire qu’on n’a même pas besoin de connaître l’univers de Marvel pour suivre Agent Carter qui est une excellente surprise.

abc_marvels_agent_carter_cast_jc_150106_16x9_992

J’aime beaucoup l’ambiance qui se dégage de ces deux premiers épisodes. Visuellement intéressant, même si c’est une série d’ABC, on sent qu’il y a une véritable volonté de paraître authentique derrière. Et même les « effets » sont plutôt pas mal, on n’a pas trop mal aux yeux devant les CGI. Ça frôle le film noir, avec des touches d’humour. « Now Is Not The End » résume très bien l’esprit de Peggy après la perte de Captain America, sa reconstruction, ses capacités gâchées, elle cherche à donner un sens à sa vie… Grâce à ça, ils ont inséré des séquences du film, qui jouent bien leur rôle de rail de lancement. Au final, l’épisode était bien trop court ! Il y a de l’action bien pensée (et même sur fond vert, pour la télévision ça reste admirable), une petite touche d’émotion (la fragilité émotionnelle de Carter même si elle essaye de donner le change), et une bonne dose d’espionnage (avec les accessoires d’époque). Rien à voir avec Agents of SHIELD qui a des saisons de 22 épisodes et qui a une tripotée de personnages qu’il faut soutenir. Avec ce début de mini-série, on pose les fondements d’une suite qui s’annonce plus feuilletonnante.

agent-carter-tv-show-poster-01-3949×5000Okay, l’histoire est un peu facile, Howard Stark (toujours interprété par Dominic Cooper qui fait des apparitions) est accusé de trahison pour avoir vendu ses armes à l’ennemi. Il demande à son amie Peggy Carter de laver son nom. Même si c’est simpliste, c’est efficace, c’est la porte ouverte aux inventions en tout genre, à l’intérêt même de Carter. Elle, bien sûr, se retrouve après la guerre, « agent » au sein de la cellule du SSR (Strategic Scientific Reserve) qui la prenne un peu pour… une femme. « I didn’t know our government had such good taste in secretaries. What’s your name darling? – Agent. » Et c’est l’une des autres raisons pour laquelle Atwell est excellente, elle ne se fait pas marcher dessus, mais en gardant cette féminité propre des années 40 (ça fait plaisir de voir un personnage féminin aussi impressionnante). On a pu lire que c’était sûrement l’ancêtre de Sydney Bristow, mais en tant qu’espionne, Carter se démarque par son improvisation plus originale (et ses petits gadgets ont plus de style), et en tant que personne, ce n’est pas une Calimero.
Bon, les personnages secondaires s’annoncent sympathiques aussi, malgré la caricature de celui de Chad Michael Murray en fédéral imbu de lui-même qui se prend pour un beau gosse et qui veut sa femme à la maison. Ça fait plaisir de revoir Enver Gjokaj dans un rôle plus récurrent depuis Extant :’). James D’Arcy apporte l’humour british, et ça allège un peu l’atmosphère. Je sens que Lyndsy Fonseca va avoir un rôle plus important à jouer, parce qu’on n’embauche pas quelqu’un qui sait se battre pour un rôle de serveuse de diner. Et j’ai hâte de voir arriver Bridget Regan.

Bon, sinon, de chez Marvel, il y a Daredevil qui sort en avril…

S’amuser à « stalker »….

Pilot.

Stalker_logo

C’est ce qu’il y a de plus cliché dans le procedural de network. Stalker tire vers le mauvais, voire le très mauvais. Une enquête principale, une enquête subsidiaire dans l’épisode (et pleeeeins de méchants). La série vient de Kevin Williamson, si ce nom vous dit quelque chose c’est que vous avez suivi The Following ou comment Kevin Bacon et James Purefoy sont tombés dans une série incohérente (et une saison 2 tirée par les cheveux). Encore une fois, le concept de base n’est pas mauvais. Le harcèlement est une situation assez opaque pour les gens, on ne s’y connait pas très bien. On a le harcèlement moral et le harcèlement sexuel, notamment sur les lieux de travail, mais quid de la vie de tous les jours ? Quand sans aucune raison apparente quelqu’un se met à vous suivre, à s’immiscer dans votre vie, à vous gêner jusqu’à vous effrayer ? D’un côté, c’est flippant, la tension psychologique, l’ambiance, l’idée hyper creepy qu’on vous observe à n’importe quel moment et n’importe où donne des sueurs froides.

stalker-cbs

 

L’épisode ouvre sur une Torrey DeVitto qui va devenir notre première victime. Ce harceleur-là tue sa victime. Okay, on apprend dans le petit exposé du début que ce n’est pas toujours le cas. Notre professeur n’a d’ailleurs pas tort quand elle dit que les réseaux sociaux facilitent le stalkage. Tout le monde a entendu dire, ou a même dit qu’il stalkait le profil Facebook ou autre d’un tiers. Je sais que c’est l’un de mes hobbys *sort*. Forcément, ils survolent le stalkage de célébrité en disant que ça n’occupe que 10% des affaires. Puisque le reste, eh ben oui, c’est vous et moi. Des M. et Mme Tout-le-monde. On voit qu’il y a un certain profil type quand même.

Victor-Rasuk-Dylan-McDermott-Maggie-Q-Mariana-Klaveno-in-Stalker_article_story_large

Le duo principal se forme alors, un nouvel arrivé dans l’unité anti-menace de Beth Davis. Ils se cherchent des noises, ils badinent (pas avec l’amour, non x’D) facilement, McDermott (Jack Larsen) débite des répliques qui sont censées faire rire car il fait preuve de malice (et de misogynie bonjour), mais on ne comprend tout simplement pas comment il peut s’adresser de cette manière à sa collègue qu’il vient de rencontrer. Oh bien sûr, petit twist, le type est lui-même un stalker qui suit son ex-femme et son fils. Evidemment, car il n’est pas tout blanc. Leur dynamique marche puisque rien ne leur échappe (même si leur alchimie est assez inexistante, n’est pas Sean West qui veut x’D). J’ai beaucoup de mal avec les inspecteurs parfaits qui voient tout, qui ont un sens de la déduction digne de Sherlock et qui attendent juste que les indices leur tombent sous la main pour résoudre l’affaire. Le coup de l’appartement et l’explication de Jack était ridicule. Du coup, il ne se passe strictement rien d’imprévu, tout suit une trame simple. Bien sûr, le personnage de Maggie Q (Beth Davis) a subi un traumatisme dans sa vie, on saura sûrement ce qui est arrivé à son propre stalker. Les personnages secondaires n’ont pas brillé pour le moment, ils étaient effacés et inutiles.

104758_D0158b-495x330

L’aspect profilage est certainement celui qui me plait le plus, et encore, ils pourraient l’approfondir. Je n’ai jamais assidûment suivi Esprits Criminels, mais je me dis que ça doit être un peu pareil, rentrer dans la tête du coupable pour mieux l’appréhender. C’est ce qui était un peu ce qui sauvait l’épisode, l’histoire avec les petits jeunes du campus. On nous explique un peu plus tôt comment un transfert de victime peut arriver chez un stalker, et c’est exactement ce qui arrive chez le petit Erik Stocklin (vu dans Mistresses US) qui va commencer à stalker Beth. Heureusement dans les cinq minutes de la fin, on a le droit à quelques moves de Nikita (j’aurais aimé voir la Q dans une autre série plus « d’action » rien que pour ça). Et encore, c’est un peu dommage car elle a des années d’arts martiaux derrière elle, alors j’espère qu’elle aura d’autres occasions de montrer ses talents. Les acteurs ne sont pas mauvais, mais insipides…

Bref, si vous avez envie d’avoir une bonne petite frayeur toutes les semaines avec un type chelou que les gentils policiers vont attraper pour vous, cette série correspondra. C’est assez mal écrit mais on peut facilement la regarder car c’est divertissant, d’une manière un peu perverse. On s’introduit chez les gens comme ça, on immole une pauvre fille qui est déjà terrorisée (et le spectateur est censé se régaler de cette terreur), et je ne suis pas sûre de continuer.

Tout le monde a rêvé de ‘How To Get Away With Murder’…

On l'attendait, et le voilà.

MV5BMTk2MzE5Nzk4NV5BMl5BanBnXkFtZTgwNjUxMjE3MjE@._V1_SY317_CR12,0,214,317_AL_

#HTGAWM qu’il faut abréger #Murder semblerait-il, a démarré à fond les ballons :’D. Audience qui suit comme pour n’importe quelle série de Shonda Rhimes, la case du jeudi soir d’ABC semble plus que conquérante. Mais il faut l’avouer, le pilot de How To Get Away With Murder est certainement l’un de mes favoris si ce n’est mon favori pour le moment. Et Annalise Keating a la classe (enfin, sa veste ne lui va pas génialement bien, mais ça accentue le côté badass)… punaise, « I want to be her » aussi !! Enfin, dans une certaine mesure, car en vérité, je serais juste aussi intimidée que tout son entourage. Ou alors, je me contenterais d’être le personnage de Liza Weir x’). Et en toute honnêteté, même si le cours de droit pénal était aussi intéressant dans nos amphis, je ne suis pas sûre que la compétition ne m’aurait pas tuée avant, et j’aurais quand même fini par abandonner le droit. Mais le côté légal est bien vite enterré par le mystère…

9j739eyy1n5i

Prenons du début. Des petits jeunes qui traînent un cadavre en accéléré, on ne sait qui, on ne sait où. Mais visiblement, ils ne veulent pas qu’on sache qu’ils ont tué quelqu’un x’). Jusque-là, rien de plus normal. Commence alors vraiment la série, trois mois plus tôt, au début de l’année scolaire et du cours de criminal law 101. Ou comme leur cher professeur Keating (vous avez pensé aussi au Cercle des poètes disparus ?) dirait, « comment se sortir d’un meurtre« . Sérieusement, j’espère que ce n’est pas un 101 mais au moins un 201 dans la vraie vie. Car ils ont déjà des points techniques assez compliqués. Mais en tout cas Viola Davis en impose. Sur toute la ligne. Elle a trouvé un rôle où elle va pouvoir briller, et pas briller au même niveau que Kerry Washington, non, bien plus, elle va pouvoir confirmer semaine après semaine son talent. Son personnage est direct, assuré, intelligent mais en même temps avec des défauts humains. Sa plus grande qualité reste qu’elle sait exploiter les faiblesses des autres. Et on aimerait avoir un don de la parole comme le sien. On aura droit à une petite affaire subsidiaire juridique par semaine, que notre avocate pénale résoudra avec ses mignons qui se mettront en valeur chacun à leur tour probablement, et pas toujours de manière élégante, mais avec la trame de fond de la ligne temporelle « actuelle ». Je m’en fais pas trop pour les scénarios, ça fait 11 ans que je suis Grey’s Anatomy

howtogetawaywithmurder_pilot_violadavis_justice_1200_article_story_large

L’absence d’Asher (oh punaise, autant Matt McGorry est super adorable dans Orange is the New Black, autant il est insupportable là :’D) ne prévoit pas de bonnes choses pour lui, il va sûrement tomber dans le nombre des morts ^^’. Les autres étudiants ne sont pas non plus des inconnus, vous aurez reconnu Dean Thomas de Harry Potter (si, si, il a grandi et a un accent américain, mais c’est lui) dans le rôle de Wes, l’Afro-Américaine lèche-botte avait joué dans Black Box (heureusement qu’elle a décroché ce job là après x’), et le petit gay (pour le quota et les critiques) avec un sourire en coin dans Twisted. Pour le moment, j’ai bien aimé Laurel, un peu emo super timide qui apporte ses talents telle une ninja qui espionne dans les toilettes (nouvelle dans les séries américaines) et la gothique voisine de Wes, qui avait joué la morte de The Killing. Je n’ai d’ailleurs pas très bien saisi son rôle à elle et à son copain dans la suite de l’histoire. Certes, ils semblent connaître la blonde morte, mais est-ce qu’ils sont impliqués ? Ce qui est le plus intéressant pour le moment, c’est la relation entre Wes et Keating. On sent déjà la mentor face à son padawan, mais le fait qu’il détienne un avantage sur elle rend cette situation intéressante si le gamin ose s’en servir. Puis on a quasiment l’épisode du point de vue de Wes pour le moment, alors il faudra voir par la suite…

BACKGROUND: MATT MCGORRY, KATIE FINDLAY, ALFRED ENOCH, KARLA SOUZA, AJA NAOMI KING, JACK FALAHEE, BILLY BROWN, LIZA WEIL, CHARLIE WEBER;  FOREGROUND: VIOLA DAVIS

Alors oui, c’est très irréaliste, malgré le fond criminel, ça reste un bon vieux drama à la limite du soap (moins que Grey’s et Scandal pour le moment) appartenant au Shondaland, ne l’oublions pas. Ce qu’on attend ici, c’est de l’humour, des intrigues alambiquées qui nous baladent (tellement tarabiscotées que ça en tire sur le ridicule), la résolution de l’affaire grâce à la supra intelligence de l’héroïne (c’est la meilleure, et alors ?), un happy ending même pour les criminels, des relations qui se font et se défont (et tout le monde qui trompe tout le monde), des personnages tellement stéréotypés qu’on n’aurait même pas pu les imaginer (et qui ont encore le temps bien définir leurs contours). C’est aussi vrai qu’on sert des plats tout préparés sur un plateau au téléspectateur qui ne réfléchit pas (ah bon, les deux morts sont liées :’O ? Mais comment !) mais qui est diablement diverti. J’ai bien aimé le dynamisme de l’épisode, et si les scènes en accélérées deviennent une signature de la série, ça ne me dérangera pas le moins du monde. L’ambiance un peu noire donne une petite touche d’originalité à l’ensemble. Je pense être très enthousiaste pour le coup, car je n’en espérais pas tant. Sur la forme, c’est une énième série de network à des lieux de l’écriture de The Good Wife ou même de l’humour de Castle, mais il y a tout ce qu’on peut attendre d’une série grand public. Bref, Murder, she said.

Dès la fin de l’épisode on a deux morts, le mari donc, et la jeune étudiante du campus de Middleton. Quelque chose me dit que les cadavres ne vont pas s’arrêter là. Ma théorie reste pour le moment que les élèves croient que leur prof a tué son mari car il l’a trompait. Sauf qu’en vérité c’est la version avocate de Paris Geller qui l’a tué car elle avait également une liaison avec lui, donc crime passionnel. Mais Keating a disparu et ses élèves ne savent pas trop quoi faire, donc ils enterrent les preuves…

Bienvenue dans le cliché de « Gotham » City…

Premier épisode...

Gotham

C’est sombre. Très sombre. En fait, Gotham City m’a toujours rappelé Sin City ironiquement. Avec le vice qui sévit, la corruption de partout, c’est du pareil au même quoi… Puis du Frank Miller de partout, de là, plus qu’un pas pour faire un amalgame. Sauf qu’il y a un JUSTICIER à Gotham, qu’il n’y a pas forcément à Sin City. Je ne suis pas du tout une connaisseur du monde des comics, et j’en sais encore moins sur Batman mis à part les quelques films que j’ai pu voir ces dernières années qui ne m’ont même pas plu, même si j’admire quelque part l’approche nouvelle très dark des films de superhéros de Christopher Nolan, eux aussi ne sont pas tout blancs, et surtout, manquent cruellement d’humour (même dans des tentatives de blagues par des personnages psychotiques). Quelque part, je regrette même qu’on parle de Bruce Wayne ‘-‘.

Gotham-Bruce-Wayne-and-Jim-Gordon

J’aime bien la droiture du jeune James Gordon (Ben McKenzie, le petit Ryan a fait du chemin depuis The O.C.), la roublardise du personnage de Donal Logue (on tombe dans le cliché le plus pur, le partenaire ripoux), l’accent bien prononcé de Sean Pertwee (qui n’a pas encore les années nécessaires pour avoir la classe de Michael Caine mais qui a son propre charme provincial), la ressemblance frappante du jeune Bruce à celui du film de Batman Begins (je me dois d’y voir un fait volontaire), la folie indéniable du Pingouin (à éviter de regarder dans les yeux), et l’atmosphère de la ville en général (très beau visuel qui est proche de celui de la trilogie Nolan, mais qui garde un aspect comics que j’ai bien aimé). Car ça n’aurait pas été Gotham sans l’ambiance véreuse. Oui, Ryan… euh McKenzie est pas mal dans le rôle, déjà dans Southland il avait mûri et rendait très bien dans le rôle du flic incorruptible, mais avec un passé assez flou pour qu’il frôle avec les limites du raisonnable.

gotham-fox-trailer

A dire vrai, je ne suis pas du tout surprise par ce pilot. Je m’attendais à une série dans la veine de Arrow plus qu’Agent of S.H.I.E.L.D. et n’appréciant pas du tout la première et ayant du mal à entamer la seconde, je n’avais pas du tout d’espérances pour Gotham. Déjà, je n’ai pas compris pourquoi ça ouvrait sur Catwoman. Je veux dire… on parle de la genèse de l’inspecteur Gordon, on ne parle même pas de Batman que diable ! Alors qu’est-ce qu’elle vient tout de suite faire là-dedans ? Et perso, je ne suis pas là pour regarder « Les jeunes aventures de Catwoman », mais bien pour en apprendre plus sur Gordon (en même temps, le prochain épisode est titré « Selina Kyle »…). Pour un premier épisode, il n’y avait pas besoin de mettre autant de références/clins d’œil oO. Ils ont vraiment tout mis, Poison Ivy, l’Homme Mystère… Trop, c’est trop. Et après, il y a toutes les références qui me passent par-dessus de par mon ignorance, les personnages de la brigade criminelle ><. Un peu de références n’est jamais désagréable, et je suppose que ça allèche les fanboys/girls, mais il faut aussi être consistant dans le concept de la série. On se contente de ce qu’on a, pas de mutants, pas de gadgets hyper sophistiqués, non, non.

gotham-1024

Je dois avouer, au final, ça ressemble au procedural de base avec un petit truand de rien du tout qui sera attrapé toutes les semaines… et bien, ça ne me dérange pas. L’ombre de la mafia plane toujours avec un Falcone encore bien jeune, et un nouveau personnage de l’univers Batman en la personne de Jada Pinkett Smith. Malgré un ensemble trop lourd pour un premier épisode, l’idée de le voir attraper des méchants ne me déplaît pas, car Dieu sait qu’il y en a à coffrer à Gotham. Alors oui, le coup monté du départ est un commencement comme un autre pour la croisade de Gordon avant qu’il ne devienne aussi cynique et « lackadaisical » (nouveau mot dans mon vocabulaire, merci x’) que son partenaire de Bullock. Il se place comme protecteur de la pauvre et de l’orphelin, pourquoi pas. Petit point d’interrogation sur sa fiancée quand même, je ne comprends pas du tout son rôle et son passé ^^’, elle est jolie à regarder, certes, mais du coup, en tant qu’ignorante de l’univers, je ne comprends pas du tout la référence. Néanmoins, ce début tombe assez dans le cliché. Dans l’extrême de tout, trop de mafieux sans l’esthétisme de Sin City, trop de phrases moralisatrices sans profondeur « fear is good« … Je vais sûrement donner une chance à la suite sans y porter trop d’espoir car c’est assez vite lassant.

(P.S. : rien à voir, mais je n’aime pas du tout la police d’écriture du titre de la série… ça fait cheap et trop ressemblant à Arrow ‘-‘)

Tout le monde ne peut pas être « Scorpion »…

Piloteuh.

scorpion-embed

O-k-a-y. Donc de par le monde, il y a des génies incompris. Walter O’Brien en est la preuve (c’est en fait une personne réelle qui travaille dans la défense américaine x’). Très bien. Et notre héros fait partie des cinq personnes les plus intelligentes de la planète. Très bien aussi. Même plus qu’Einstein visiblement, mais M. Einstein n’avait pas vraiment de difficultés dans les relations sociales (au contraire, c’était un bon vieux coureur de jupons). Je ne vais pas faire de généralités, mais souvent les gens aux QI élevés ont une forme d’autisme, ce qui leur permet d’exceller dans des domaines très précis. Mais dans Scorpion, au lieu de nous faire entrer dans leur monde pour mieux les comprendre, on se retrouve à la porte en étant au préalable prévenus « vous êtes trop bêtes pour pouvoir comprendre ». C’est un peu dommage ^^’.

scorpion-tv-review-cbs

Le gros plus de la série est le petit gamin pour moi. Ça met une touche d’humanité dans un épisode dénué de toute émotion. Beaucoup de blabla et de termes techniques pour prouver qu’ils savent de quoi ils parlent. Leur merry band est forcément composée d’un type plus ou moins normal mais supérieurement intelligent surtout en informatique (Elyes Gabel vu dans Game of Thrones ou Body of Proof), d’une Asiate douée en mécanique (Jadyn Wong, car comment passer à côté des génies sans inclure un Asiate), d’un physique quelconque (Ari Stidham qui a grandi depuis Huge) matheux et d’une sorte de bout-en-train pince-sans-rire psychologue (Eddie Kaye Thomas qui restera à jamais le Finch d’American Pie). Kudos pour ça, on n’a pas les origin stories à la noix où on doit se taper les présentations des personnages qui peuvent très bien arriver ultérieurement. On les voit au bord de la faillite avec leur petite entreprise qui ne perce pas malgré des esprits brillants. Ce sera grâce à la sécurité intérieure qu’ils vont avoir leur moment de grâce. Attention, toute communication avec les aéronefs de LAX a été perdue… *petite musique de Mission Impossible* et voilà que la joyeuse bande arrive à la rescousse ! Ils vont s’établir dans le petit diner dont leur chef vient de réparer le réseau, car évidemment comme c’est lui qui l’a réparé donc il est ultra stable, où il y a justement une serveuse qui a un fils qui semble être très précoce.

ustv-scorpion-3

Toutes les scènes avec Katharine McPhee (quand est-ce qu’elle chante :’D ?) sont d’un mélo incroyables, avec elle qui a les yeux larmoyants à chaque fois qu’O’Brien délivre une vérité/explication sur son fils. C’est elle aussi qui va servir de point de normalité pour ces marginaux. Pour intégrer la bande, il faut toutefois passer un test, à savoir rouler à toute vitesse dans LA pour rejoindre l’aéroport, choper un câble ethernet d’un avion en plein vol pour l’accrocher à l’ordinateur qui puisse télécharger le logiciel adéquat, presque perdre l’ordinateur car forcément la vitesse d’un avion est légèrement supérieure à celle d’une voiture de sport (oui, le réalisateur du pilot est Justin Lin, celui à qui on doit quelques Fast and Furious huhu) même à pleine puissance, le tout sur un fond vert qui donne réellement envie de pleurer. Elle a bien sûr tout passé haut la main, même si concrètement, je trouve son rôle très siphonné. En échange de ses capacités sociales, O’Brien lui traduira son fils, oui, lolilol. Non, il ne faut pas chercher un semblant de réalité dans cette série.

PILOT

Ça m’a plus rappelé Numb3rs que The Big Bang Theory comme j’ai pu le lire. Je veux dire, ce n’est pas parce que ce sont des geeks avec leur petite chemise et jacquard qu’il faut les catégoriser *soupire*. Je l’avais vu en pre-air, et je pense que j’avais vraiment détesté. Mais dans les nouveaux procedurals du moment, il arrive quand même à se sortir du lot malgré les explications où on se sent totalement largués. C’est juste que pour un premier épisode, il n’y a pas trop d’infos ni pas assez, ils n’essayent pas de racoler, mais prônent une approche directe. Chaque semaine, des missiles nucléaires à contrôler, les Etats-Unis d’Amérique à protéger, et bientôt le monde :’D ? Donc bon, c’est pas gégé voire même ridicule, mais c’est assez divertissant (même si ce n’est pas trop mon style)… et ça correspond plutôt bien à CBS. Je ne me leurre pas en disant qu’ils s’y connaissent en procedurals… en plus, le vrai Walter O’Brien va leur filer un coup de main pour quelques scénarios dans le futur, que ce soit tiré de sa propre vie ou juste pour apporter un regard authentique.

Pardon, « Madam Secretary »?

On continue dans les pilots.
Et vivement les formats 20 min car je commence déjà à en avoir marre des 42 min...

A663BC42-B2EF-25EE-DE343005F2B7413C.jpg.pagespeed.ce.nVH3SZdAK8

Bon, rappelons juste que leur Secretary of State est un peu notre ministre des affaires étrangères, et en l’occurrence, il est plutôt haut-gradé x’). Evidemment, maintenant qu’on parle de femme politique, on pense à ses précurseurs, comme Commander in Chief… Quand on pense au gouvernement, on se réfère sans doute A la maison blanche ou dans une moindre mesure à Veep. Dans le cas de Madam Secretary, on serait plus coincés entre Commander in Chief et Political Animals pour le côté drama (et les affaires étrangères pseudo superficielles mélangées à des questions de vie ou de mort). Et dans la vraie vie, même si les gens ont dit que ce n’était pas vraiment de la promotion pour Hillary Clinton, je me permets de toussoter un petit peu (d’ailleurs, j’ai presque envie de lire son autobiographie maintenant pour voir s’il y a des ressemblances haha, enfin, j’aimerais aussi lire la bio de Trierweiler… bref, je m’égare). La série serait née suite à l’attaque de Benghazi, on peut donc penser qu’à un moment ou un autre, ils vont en parler… et peut-être que madame la secrétaire d’Etat se retrouve dans les chaussures de Clinton :’). Mais l’avoir couplée avec The Good Wife (non, je résiste avant de regarder la reprise !) est plutôt une bonne idée même si elle n’est sans aucun doute pas au même niveau…

Madam-Secretary-Tim-Daly-Tea-Leoni-3

Je vais être directe, je ne sais pas trop quoi en penser. Ce n’était pas spécialement génial, mais ce n’était pas mauvais non plus. La particularité de cette secrétaire d’Etat ? Son CV semble plus adéquat pour une série d’espionnage que pour une série politique, et en voilà encore une qui contourne un peu les règles pour employer ses propres atouts pas toujours très légaux et qui n’en fait qu’à sa tête. Elle a une aura qui se voit à des kilomètres, Téa Leoni a bien fait d’accepter ce rôle qui lui va comme un gant, elle en impose (c’est ce qui me rappelle principalement Sigourney Weaver dans Political Animals :’). L’épisode est assez anodin pour un season premiere. Le secrétaire d’Etat meurt dans un accident d’avion (complot ?), hop, le président des Etats-Unis d’Amérique (Keith Carradine) désigne son remplaçant en la personne d’Elizabeth McCord, ancienne analyste de la CIA qui prend du repos à l’école où son mari (Tim Daly, Pete qui est devenu ridicule à la fin de Private Practice) enseigne un cours de religion (pourquoi pas, ça lui donne une sorte d’image de vieux sage). Après tout, avoir une vie normale (notamment dans un ranch avec des chevaux) avec deux ados dont l’un est anarchiste, ce n’est pas facile à jongler avec une vie politique. Autour d’elle, on a une pléiade d’acteurs connus qui ont l’air plus ou moins gentils *sort*. Oui, car on sent déjà que le chief of staff (Zeljko Ivanek) ne va pas être une mince affaire. Comic relief en la personne de son assistant Blake (Erich Bergen) et Dieu sait qu’il y en a besoin. La très bonne surprise du cast pourrait être Bebe Neuwirth, j’aimerais parier dessus…

madame-secretary11

Ce n’est toutefois pas une série comme A la maison blanche car il n’y a pas cette même intrusion dans le cabinet, c’est beaucoup trop dramatique pour ça. J’espère qu’il n’y aura pas un incident diplomatique chaque semaine à résoudre non plus, car ça va devenir très lassant, surtout sur 21-22 épisodes… Car l’originalité ne repose pas dans l’écriture, donc si ça continue vers des épisodes stand-alone, j’espère qu’ils en ont sous le coude. A part ça, il y l’aspect complot : deux morts « accidentelles » pour un pilot, c’est un peu gros pour ne pas y voir des signes. Du coup, ça pourrait être la trame de fond qui devrait changer la donne. Puis avoir une femme de pouvoir, c’est toujours délicat, reconnaissons-le. C’est vrai que les femmes doivent s’y prendre autrement… quand elles veulent sauver les gamins, ça passe pour une excessive émotivité, quand elles ne veulent pas les sauver, c’est pour prouver quelque chose, quand elles hésitent c’est parce que leur mental ne suit pas… Bref, ce n’est pas évident, leurs décisions sont toujours remises en cause et quand leurs personnages sont bien écrits, elles sont vraiment intéressantes, on le voit avec Alicia Florrick. Pour le moment, je trouve le personne de McCord assez cohérent dans sa façon de se démarquer, je vais donc suivre d’un œil distrait les prochains épisodes :’).

madamsecretary_pilot_leoniivanek_1200_article_story_large

(P.S. : je ne sais pas si c’était comme ça pour Clinton, mais en tout cas, elle a bien supporté le poste si c’est vrai x’)

« The Mysteries of Laura » – Où ça ?

Pilot...

the-mysteries-of-laura-17fce68879ca9cb3

Je ne sais pas trop quoi dire. Je crois que je n’arrive pas à prendre Debra Messing au sérieux en tant qu’inspectrice. Clairement, rien que la musique ça se veut comique. La scène d’ouverture est totalement farfelue et les gros signaux « ATTENTION » apparaissent. Okay, Laura Diamond est cool, elle tire sur les gens et leur bousille l’oreille, elle en a dans le pantalon quoi. Le générique, on le dirait sorti des années 90 :’/. D’ailleurs, l’ensemble se veut assez rétro (allô les bureaux du commissariat, et son break, et son col roulé ?). Jusqu’à un point que ça en tire sur le ridicule… Il y a des choses qui ne font juste pas bon ménage, comme comédie à outrance avec un à côté de cop show. Tout le monde n’est pas Brooklyn Nine Nine (et encore, quand on aime bien cette série). On se rappelle The Good Guys, ou justement, on ne s’en rappelle pas :’D. Une dramédie sur fond d’enquête policière qui n’a pas duré une saison. C’est assez lamentable, il n’y a pas de mystère du tout. En fait, l’affaire « criminelle » à côté est carrément plus que tirée par les cheveux.

the-mysteries-of-laura-saison-1x01-600x398

Côté bureau, son partenaire est un bon vivant Afro-Américain qui parle comme s’il était de la cité (Laz Alonso qu’on a pu voir dans Breakout Kings) et il y a une petite compétition avec l’autre femme du commissariat, Betty (Janina Gavankar qui m’a surtout marquée dans The L Word mais elle joue également dans True Blood) la lèche-botte de service, deux personnages secondaires dont on n’a rien à faire. Son boss et mentor, c’est le papa de Veronica Mars qu’on ne va pas voir longtemps… Mais bien sûr, les méthodes non orthodoxes de Laura la hissent au top des flics, celle qui sait esquiver les règles (oui, elle est alcoolo aussi) et qui gère (un as du tir). Je trouve ça dommage qu’on n’ait pas pu suivre l’affaire de plus près, que ça en fasse un vrai cop show où au moins on s’intéresse aux suspects et où le spectateur peut émettre des hypothèses. Au moins, il y aurait un intérêt. Là, on est juste ballotés entre sa vie professionnelle et son drame familial qui sont aussi creux l’une que l’autre.

Messing en mère de famille paumée, oui, ça le fait un peu plus. Elle est débordée de tous les côtés par ses gamins et avec un mari (Josh Lucas qui a une ressemblance avec Christopher Eccleston x’) qui ne veut pas signer les papiers du divorce et qui finit par se retrouver COMME PAR HASARD à la tête du district de sa femme (oui, car entre temps, on apprend que le commissaire en charge était en fait le meurtrier de l’affaire, donc évidemment, il a perdu son job avec cette histoire alambiquée que seule Laura a comprise). Son mari, c’est un grand enfant qui est chiant sur tous les points, mais qui cherche quand même à se faire aimer car BIEN SÛR, il fait traîner le divorce car il aime toujours sa femme malgré le fait qu’il l’ait trompée. Leurs enfants sont insupportables, des démons incarnés. Leur storyline avec l’école était à se prendre la tête entre les mains et à soupirer. C’est plus ou moins ce que j’ai fait à vrai dire. De *facepalm* en *facepalm*, calmer ses enfants avec du sirop pour la toux car ils sont complètement hyperactifs (il faut consulter un médecin dans ces cas-là, ma grande), à l’alimentation plus que douteuse, mais il faut lui pardonner, à côté elle a un vrai boulot vous comprenez ?

TheMysteriesofLaura_1_article_story_large

Je pense qu’on ne peut suivre cette que si on est fan (à fond) de Debra Messing, mais je préfère encore me refaire les Smash plutôt que d’endurer autant d’absurdité… Ironiquement, après Les bracelets rouges, il s’agit encore d’une adaptation de série espagnole et ils n’ont même pas pris la peine de changer le titre (j’espère qu’elle est meilleure). Encore, si la série était diffusée sur Lifetime, je comprendrais et j’arguerais l’argument de la cible « mère au foyer », mais là, il n’y a pas d’excuse valable pour autant de médiocrité… Donc non merci pour la suite pour ma part.

« Red Band Society » – SOS société, nous sommes là pour vous aider !

Et un autre pilot, un !

red-band-society.jpg

Au moins, c’est dynamique comme pilot, c’est le gros plus. Ça donne le ton, on va prendre sous le ton de la rigolade des histoires pas franchement hilarantes. Les posters promos indiquaient déjà l’humour. Et donc voilà comment ça commence. Le coma boy qui fait la voix off de la série prépare le terrain, enfin, l’hôpital. Et je vais dire, c’est plutôt une bonne idée. Sa voix n’est pas chiante, c’est le petit de Back in the Game qui avait été annulée, il a un air « j’ai pas de chance et je le sais » qui lui va bien. J’ignorais à vrai dire qu’il y avait des ailes où les résidents permanents pouvaient faire comme chez eux… Décorer les chambres etc. Et la petite présentation des personnages fait bien office de pilot. Du coup, c’est ce que je vais faire.

Kara Souders (Zoe Levin) : La cheerleader garce de service. Elle est blonde, elle n’a pas d’amis, elle se drogue, elle est riche et gâtée et c’est probablement une traînée (mais elle a l’air moins paumée que son rôle dans Palo Alto). ET BAM. L’insuffisance cardiaque. ET HOP sur la liste d’attente des greffes du cœur. Grey’s Anatomy nous l’a appris, et avant elle, House ou Urgences, les cœurs, ça ne court pas les rues. Surtout quand on est une gamine qui n’a pas pris soin de son corps (toujours en prendre soin, les jeunes). Mais les chances pour qu’elle meure d’ici la fin de la saison sont faibles quand même, elle est blonde quoi… 10% car on n’est jamais à l’abri d’un arrêt cardiaque.

Nurse Jackson (Octavia Spencer) : Octavia Spencer reprend un rôle qui lui va bien, très bien. La cup Starbucks nous le fait bien comprendre, c’est elle, la « scary bitch » du département pédiatrique. La femme un peu bourrue mais au cœur d’or. Comme dans La couleur des sentiments, comme dans Mom où elle a pu apparaître en guest. Au premier abord elle peut sembler coriace, mais au fond, elle n’a que les intérêts des enfants en tête. Il va pas falloir tomber dans la facilité et le stéréotype :’/.

Jordi Palacios (Nolan Sotillo) : Le petit nouveau de la bande, un Mexicain sans famille qui débarque à l’improviste à l’hôpital pour se faire traiter d’un cancer à la jambe de par sa seule témérité. Une opération de retrait de l’organe atteint (pour dire ça joliment) doit être effectuée le lendemain. Il est censé jouer le rôle du beau gosse, un peu jeunot pour ça, mais il a déjà la coupe de cheveux qui va avec. Je pense pas que l’opération se passe mal, et je doute qu’il fasse une chute éclaire, donc ses chances de rester en vie sont plutôt grandes… 10% aussi de mourir, pour partager un peu les chiffres.

Leo Roth (Charlie Rowe) : Bien avancé dans son cancer, visiblement en chimio, il a déjà été amputé d’une jambe et se déplace en fauteuil roulant. Sa première scène est avec un joint entre les lèvres, ça annonce le personnage. Mais il a une bonne tête, avec un sourire franc, et être chauve lui va mieux qu’avoir des cheveux, ça veut tout dire. En revanche, ses chances à lui sont assez élevées, je dirais 80% d’être remplacé à la fin de la saison x’D.

Dash Hosney (Astro) : Pour le quota ethnique qu’on a pu récemment voir dans Echo. Le type cool qui aime le hip-hop et le rap et qui fume :’D. Par dessus le marché, il a des soucis aux poumons. C’est celui qui a été le plus en retrait dans ce pilot, donc on ne sait pas grand-chose de lui mis à part le fait qu’il est tendance. Le fait qu’il semble être le seul qui ne soit pas défini par sa maladie me fait tilter, il a aussi un sombre destin qui l’attend. J’aurais tendance à dire que c’est du 50/50 pour lui dans ses chances de survie.

Charlie (Griffin Gluck) : Dans le coma depuis quelque temps il semblerait car c’est le premier à être arrivé à l’hosto, à cause d’un stupide accident de voiture. C’est un peu l’œil de lynx de la série, il est omnipotent, il sait tout, et il arrive même à communiquer avec les gens qui se retrouvent « entre deux », dans les limbes, quand ils perdent connaissance que ce soit dû à un malaise ou à une anesthésie. Pratique pour asseoir son rôle de narrateur. Quant à ses chances, il va sûrement se réveiller d’ici la fin de la saison (si saison complète il y a x’D), chances de mourir 10%.

Emma Chota (Ciara Bravo) : J’étais persuadée que je l’avais déjà vue quelque part, mais il semblerait que non… Bref, c’est la gamine avec des troubles du comportement alimentaire. Etrangement, je trouve que c’est bien fait. Les atteints des troubles de l’alimentation sont souvent maladivement des control freaks, et elle l’est clairement :’p. Elle est juive aussi, non (son style vestimentaire crie juive hipster *sort*) ? Ça va bien avec le personnage. Bon, j’aime bien son sens de la répartie même s’il fait moins naturel que celui de Leo et qu’on dirait que ses répliques sont trop apprises, mais elle a encore un peu de temps avant d’être à l’aise avec son rôle, donc son personnage est prometteur. Et pour le moment, je pense que les probabilités qu’elle meure s’approchent de 0%.

Brittany (Rebecca Rittenhouse) : Dont c’est la première série semblerait-il. J’aime bien les personnages un peu trop perky comme elle, elle aurait pu être blonde ça revenait au même :’D. Et ses muffins avaient l’air super bons ‘-‘.

Ruben (Griffin Dunne) : C’est chouette d’avoir un hypocondriaque millionnaire, je trouve ^^. C’est l’élément le plus irréaliste de la série (et y en a d’autres) mais c’est certainement celui qui me dérange le moins. Ce qui serait un peu plus cynique encore, c’est qu’il lui arrive un accident, alors j’ai envie de lui donner 25% de probabilités de mort :’D.

Dr McAndrew (Dave Annable) : Punaise. J’avais beaucoup de doutes sur sa présence, mais le pilot ne le rend ni sympathique ni antipathique, juste un peu inutile x’D. C’est vraiment pour sa belle gueule. Quoi que, j’aime bien son cheveu sur la langue aussi ‘-‘.

red-band-society-fox

Alors, ouais, ça parle de maladies dans un hôpital chez les jeunes. Et ça a choisi d’en parler avec un peu de cynisme, un peu d’émotion, et beaucoup d’enjolivement. Tant pis ! On fait avec ce qu’on a, on n’oublie pas que c’est une série de la FOX ciblé pour les jeunes adultes. Et la voix off n’a pas tort, c’est une explication plausible que des gens aussi différents ne se seraient jamais parlés de leur vie s’il n’y avait pas eu les circonstances. Et c’est cool. D’avoir un panel de personnages aussi différents. Impossible de penser à des ados malades sans parler de Nos étoiles contraires maintenant… Ben en fait, je trouve que ça y ressemble un peu ^^’. Sauf qu’il n’y a pas qu’un Augustus et pas qu’une Hazel. Mais il y a des ados avec des hormones et qui ont une vraie peur de l’avenir, car ils ne sont pas sûrs d’en faire partie… Même si ça reste bon enfant.

Red_Band_Society_Group_LY2-photos-lightbox-tbd

Alors oui, c’est le remake de la série espagnole Les bracelets rouges (je vous épargne le titre espagnol :’D) que je n’ai jamais vue donc j’ignore si c’est une adaptation libre, si elle est meilleure ou non. Mais en tout cas, pour le moment, ça ne m’a pas décroché de larmes mais juste quelques légers sourires. Et je dois avouer qu’avoir des héros adolescents me frustre un peu, même avec les acteurs adultes de premier rang derrière. Le plus gros reproche que je pourrais faire, c’est que ALLÔ, ils sont malades ou ils pètent la forme ??? Du coup, je suis assez mitigée pour le moment ‘-‘. Ça pourrait être clairement plus drôle si ce n’était pas noyé dans cette morale à deux sous : même quand on passe sa vie dans un hôpital, il reste de l’espoir, ce n’est pas une fin en soi mais un nouveau départ (ah oui, la BO va dans ce sens aussi). La symbolique est belle aussi, chaque bracelet rouge représente un obstacle dans la vie, et ce n’est jamais fini… Mais bon. Je ne suis pas encore attachée à un seul de ces personnages et au bout de 30 min, je trouvais l’épisode un peu long, alors voyons dans les épisodes suivants…

« Forever »… Sûrement pas pour longtemps…

Saison des pilots !

ustv-forever-still

Forever, c’est un Ioan Gruffudd mal habillé qui a trop bronzé et qui se prend pour Sherlock Holmes. Mais attention, c’est un Sherlock qui a gagné ses galons avec Burke et Hare car il y connait un rayon en matière de cadavres et d’autopsie avec sa position de médecin légiste. Au moins, il y a une touche d’exotisme, il conserve son accent britannique. A côté de lui, il y a une inspectrice qui est un mélange de Kate Beckett dans le caractère, et de Sydney Fox de par ses traits qui répond au nom de Jo Martinez et est jouée par Alana de la Garza (qui rentre encore dans la peau d’une fliquette). Attention, petit twist, elle sombre visiblement dans l’alcoolisme suite à la mort de son mari ce qui est censé la rendre intéressante. L’autre aspect surprise surprise, c’est que le docteur Henry Morgan (oui, oui, notre héros) est immortel grâce à la foudre. Enfin, du moins à la Highlander, ça se trouve que le fait de le décapiter le tuera définitivement, on le saura certainement plus tard (car bon, grosso modo, on ne sait rien). En bref, se faire frapper par la foudre l’a rendu immortel, et à chaque fois qu’il devrait mourir, il se retrouve tout nu, ressuscité dans de l’eau comme une renaissance mais en gardant son âge. A ce couple qui va finir par se former, professionnellement parlant bien sûr, car l’Immortel est hanté par le souvenir de sa femme morte deux cents ans plus tôt, on retrouve le majordome du héros, qui est le seul à connaître son secret. Recueilli tout petit, le personnage de Judd Hirsch a grandi aux côtés de Morgan, et ils semblent avoir une relation père/fils/grand-père assez confuse. Son rôle est cliché au possible, pas très bavard mais au grand cœur ^^’.

forever-tv-review-abc

On retrouve donc tous les ingrédients des cop shows actuels, d’Elementary à Castle, en passant par Body of Proof  sans oublier Bones et toutes les polices judiciaires. Le héros semble détenir toutes les réponses au bout de trois minutes de réflexion… Malheureusement, on est loin de l’humour de Castle (pardon, mauvaise foi ?) ou de la sociopathie de Sherlock. On peut aussi y voir un peu de Sleepy Hollow, avec le personnage atemporel (et le couplage avec une fliquette), même si effectivement, il a pu suivre l’avancée technologique en la vivant. Mais quand on parle d’un être vieux de quelques siècles, on s’attend à une sorte de maniérisme… que je ne retrouve pas forcément dans le docteur Morgan. On dirait juste qu’il n’a pas de tact et qu’il s’habille comme Neil Caffrey (White Collar)… Pourtant, le décalage temporel se fait parfois sentir, notamment avec la ville de New York, son côté high-tech face à ses costumes trois-pièces. Mais le reste, c’est très léger, et même son humour un peu morbide ne sauve pas l’ensemble.

135382-2539

Gruffudd ne fait pourtant pas un mauvais boulot, il joue correctement son rôle, mais dans  un paysage télévisuel où les couples insolites existent déjà de partout, il ne se fait pas spécialement remarquer. Et il y a clairement un manque d’alchimie entre les deux… Et comme tout repose là-dessus… Je ne sais pas si eux vont faire long feu. Après, je suppose qu’il va y avoir le fil rouge de « l’ennemi », le tueur, celui qui a fait dérailler le train, ce crime qui réunit tous nos protagonistes. C’est un autre immortel *entend le générique de Highlander encore*, quelle surprise ! Mais est-ce que ça va être à la Red John ou à la Moriarty où ce grand vilain ne sera qu’un prétexte, ou est-ce qu’on va réussir à en faire une série un peu plus feuilletonnante ? Car oui, je n’aime pas les stand-alone, et ça ne risque pas de changer de si tôt. Bref, ce pilot est un peu plat, il pose bien la situation mais ne donne pas exactement envie de suivre l’histoire…

« You must go on… » [Pilot & Episode 2]

Sur ces deux seuls épisodes.

Synopsis Allociné : Irrévérencieux mais néanmoins charmant commentateur sportif, Ryan King tente de surmonter tant bien que mal sa peine après le décès de son épouse. Son patron l’oblige à intégrer un groupe de soutien. Guère habitué à travailler en équipe, celui-ci, plus troublé que jamais, va devoir se surpasser et sortir de sa zone de confort. Trouvera-t-il une aide inattendue auprès des autres membres de la thérapie de groupe ?

Go On, c’est déjà un titre qui inaugure bien ce qu’on va voir. Une continuité en quelque sorte. Si Mr. Sunshine n’avait pas annoncé le comeback tant espéré de Matthew Perry, peut-être que cette nouvelle sitcom le fera. Ce n’est plus ABC qui est derrière le projet cette fois-ci, mais NBC. Déjà, au niveau des audiences, la série profite du lead-in de The Voice, et a réussi à attirer plus de 9 millions de téléspectateurs pour son deuxième épisode (bon, le premier ne comptait pas vraiment, il avait été diffusé en plein JO…). Pari gagné pour Perry, sa vie de veuf en a intéressé plus d’un. Et je pense que j’ai relativement bien accroché. J’ai toujours trouvé qu’associer un personnage avec un sport rendait une série immédiatement moins attrayante. Donc quelque part, Go On était déjà mal parti… Au début, quand j’ai vu le plot de la série, j’ai soupiré en pensant « Chandler se lance encore dans le sport, ça va faire un flop comme Mr. Sunshine, et ça ne va pas être drôle. » Car bon, Mr. Sunshine avait quand même un cast super sympa (Allison Janney d’A la maison blanche, Andrea Anders de Better off Ted etc.), Go On se récupère quelques visages connus mais pas tant que ça… Puis finalement, j’ai été assez satisfaite.

  • Matthew Perry : Ryan King est commentateur sportif… L’avantage, c’est qu’il n’assiste pas à tous les matchs, ni ne pratique, mais le désavantage, c’est qu’il y a la moitié des références que je ne comprends pas, car elles sont axées sur le sport. Le bon point, c’est qu’il n’est plus aussi caricatural que dans Friends, tout simplement parce qu’il a évolué avec la télé. Mais le hic, c’est qu’on dirait qu’il vient d’une autre époque quand même. Dans ses vêtements, dans ses gestes, dans ses mimiques, dans son humour. Même si son personnage est à des lieues de Chandler Bing, il n’est pas assez loin encore pour le différencier complètement. Et en faisant une pâle copie, jamais il ne pourra égaler son (pseudo) humour. Parfois, je me demande si c’est par sa faute si Studio 60 on Sunset Strip n’a pas marché. Je n’ai pas vu la série, mais il me semble tellement… inadéquat pour un rôle sérieux. Après, je ne doute pas de la qualité de la série en elle-même :’).
  • Laura Benanti : Je dois être l’une des seules personnes à avoir apprécié The Playboy Club (et à mes yeux, la série a été injustement décriée, mais bon…), mais voilà, je l’aimais bien en Carol-Lynne. Et que dire, je l’aimais bien dans Eli Stone également, même si ce n’était qu’un personnage récurrent. Bref, elle est plutôt agréable à regarder sur un écran, elle peut jouer un personnage antipathique comme sympathique, une délurée comme une personne posée. Elle apporte une touche de normalité dans Go On. Enfin, c’est vite dit, car bien que Lauren Schneider soit l’un des protagonistes les plus censés, elle est également celle qui en dit le moins… J’espère que son rôle prendra de l’ampleur par la suite et j’espère également qu’il n’y aura pas une romance rapide avec Ryan (même si l’alchimie est bien là)…
  • John Cho : Un revenant. Mais que fait-il ici ? On a la vague impression qu’il a débarqué au sein du casting sans savoir exactement quoi faire. Franchement, il est assez inutile pour le moment. Le duo comique formé avec Perry n’a pas vraiment de potentiel pour le moment, du coup, ça rend le job de commentateur beaucoup moins intéressant. Peut-être quand la série se concentrera sur cet aspect là, son personnage paraîtra plus drôle, mais c’est pas encore gagné. Son phrasé est toujours inhabituel et il joue toujours avec ses expressions faciales (et ces pauses malvenues en plein milieu de ses répliques), mais il manque complètement d’humour.
  • Allison Miller : Pfff. Mais elle. Ohlala. Comme si elle n’en avait pas assez fait en jouant à presque 30 ans, une ado lisse (de… je ne sais pas, 16 ans ?) dans Terra Nova, où elle ne possédait pas une once de crédibilité, le public a droit cette fois-ci à sa version adulte, Carrie, l’assistante qui veut bien faire et qui est un un peu nunuche. Au moins elle se retrouve majeure avec le droit de consommer de l’alcool après le boulot, mais son jeu reste faux comme son nez *sort*.
  • Le reste de la bande du groupe de soutien : Ils ont des emmerdes, ils ne sont pas particulièrement bâtis avec des airs de mannequins, ils sont influençables et font bêtise sur bêtise… Chacun a sa particularité et je trouve ça attachant. Je suppose qu’au fur et à mesure, chacun va se retrouver au devant de la scène. Dans l’épisode 2, c’était Sonia (Sarah Baker actuellement dans Moi, député), le prochain, certainement quelqu’un d’autre etc. Ils se compensent entre eux et se partagent équitablement les lumières pour le moment, donc il n’y a pas encore de lourdeur à ce niveau là. Toutefois, certains sortent déjà du lot à mes yeux, Annie (Julie White) par exemple, avec sa psychorigidité, elle a su (même avec peu de répliques) de par sa présence en imposer, ou encore Owen (Tyler James Williams), le petit avec l’histoire triste et émouvante qui semble être le gentil du groupe. La diversité est vraiment un critère clé de la réussite. Il faut que la dynamique du groupe fonctionne, et quand la machine commencera à être bien huilée, le spectateur trouvera son compte et s’attachera encore plus à ces petits marginaux. Je reste curieuse pour la suite, comment le groupe changera, avec des nouveaux ou si certains « guériront ».

En soi, il s’agit encore d’une comédie qui se veut cynique vu le fondement : le décès de sa femme. Le souci, c’est que pour le moment on n’a le droit qu’à un style de comique de la part de Perry, le second degré saupoudré d’humour noir. Pour garder la face, il fuit ses problèmes (ah, les mécanismes de défense !), mais au fond, on le sait, il s’agit juste d’un pauvre homme qui a perdu un être cher et qui a besoin d’être réconforté. Il n’y a pas de rires préenregistrés, bien que parfois, il aurait fallu expliquer quand rire… Il faut avouer que de nos jours, le cynisme est très apprécié. Ce trait de caractère semble donner de la spiritualité au personnage. J’ignore si c’est mon antipathie envers Perry qui parle (et même son passage express dans The Good Wife ne saurait me faire l’apprécier même si j’avoue qu’il était plutôt bon dedans) ou mon indifférence face à Chandler Bing, mais quoi qu’il en soit, j’ai l’impression de me retrouver devant un personnage has-been quand je vois Ryan. Mais c’est totalement différent quand c’est son cercle qui apparait. J’ai bien souri et même ri une fois quand les membres du groupe de soutien sont ensemble. Il y a une vraie complicité qui fait plaisir à voir. Et puis c’est bien qu’il n’y ait pas de blagues graveleuses et que l’humour soit plutôt soft.

Au final, un leader un peu faiblard, secouru par des personnages secondaires plus efficaces (en même temps, depuis quand les héros sont les plus intéressants d’une série ‘-‘ ?). La séparation nette entre groupe de soutien et boulot est nécessaire et logique, mais ne passe pas très bien à l’écran. Du coup, on se retrouve avec deux premiers épisodes assez déséquilibrés. J’ai trouvé le pilot un peu facile encore une fois, mais l’introduction des membres du groupe était assez comique. Puis la série reste sympathique à regarder avec de bons sentiments, un petit moment de divertissement sans grandes étincelles. Pour le moment, 13 épisodes ont été commandés, mais une saison complète arrivera certainement. Enfin bref, on verra bien par la suite :’). La série est diffusée sur NBC tous les mardis soirs après The Voice.

(P.S : parlant de NBC, Parks and Recreation reprend dans trois jours :’D !)