2015 : effets spéciaux à gogo

Titre : Terminator: Genisys (sortie : 1er juillet 2015)

De : Alan Taylor

Avec : Emilia Clarke, Jason Clarke, Jai Courtney, Arnold Schwarzenegger...

Synopsis Allociné : John Connor envoie toujours Kyle Reese dans le passé pour secourir sa mère Sarah Connor, prise pour cible afin de changer le cours du temps. Mais les paramètres ont changé…

Qu’est-ce qui accroche ? : Un reboot donc. Une trilogie est prévue. Avec Schwarzy, ouais. Peut-être que la franchise mérite un petit dépoussiérage avec la technologie moderne. Je ne sais pas trop comment ça va se passer, je trouve que le cast n’est pas top, il ne me convainc pas du tout (trop moche x’D ?)… La BA en plus ne laisse rien voir de positif ‘-‘.

Actor’s Chart : Alan Taylor a réalisé des épisodes de Game of Thrones (mais aussi le dernier Thor). De là à dire qu’il y a du favoritisme pour Emilia Clarke, il n’y a qu’un pas… Je voyais pourtant bien Brie Larson dans le rôle… Ah et comme quoi, Hollywood est petit, Lena Headey avait interprété le rôle de Sarah Connor dans la série Sarah Connor Chronicles :’p.

———————-

Titre : Avengers: Age of Ultron (sortie : 29 avril 2015)

De : Joss Whedon

Avec : Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Chris Evans, Mark Ruffalo etc...

Synopsis Allociné : Alors que Tony Stark tente de relancer un programme de maintien de la paix jusque-là suspendu, les choses tournent mal et les super-héros Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Black Widow et Hawkeye vont devoir à nouveau unir leurs forces pour combattre le plus puissant de leurs adversaires : le terrible Ultron, un être technologique terrifiant qui s’est juré d’éradiquer l’espèce humaine.
Afin d’empêcher celui-ci d’accomplir ses sombres desseins, des alliances inattendues se scellent, les entraînant dans une incroyable aventure et une haletante course contre le temps…

Qu’est-ce qui accroche ? : La suite du hit. J’ai l’impression qu’il y a trop trop de gens, encore plus que dans le premier. Je suis totalement perdue dans cette BA. J’ai hâte de voir les effets spéciaux (et les nouveaux personnages quand même, notamment Elizabeth Olsen :’), mais j’ai peur que ce soit moins réussi. Puis c’est bête à dire, mais j’ai l’impression qu’avec Guardians of the Galaxy, ils ont pris un nouveau tournant chez Marvel ><.

Actor’s Chart : Johansson était enceinte durant le tournage, je pense qu’elle ne va pas avoir des scènes d’action incroyables. Dire que les deux prochains volets ont déjà un titre… Infinity War. Sinon, Whedon voulait absolument James Spader dans le rôle d’Ultron à cause de sa voix. Je comprends x’D.

———————-

Titre : Jurassic World (sortie : 10 juin 2015)

De : Colin Trevorrow

Avec : Chris Pratt, Bryce Dallas-Howard, Jake Johnson, Judy Greer...

Synopsis Allociné : La suite de la saga Jurassic Park.

Qu’est-ce qui accroche ? : Pas vraiment un reboot cette fois-ci. Franchement, visuellement, ça m’a bluffée. Y a un peu d’Avatar, je trouve… Les répliques n’ont pas l’air top en revanche, j’espère que c’est mieux écrit que ce qui parait dans la BA… Je sais pas s’il va y avoir beaucoup de références aux anciens Jurassic, mais un peu au moins, ce serait bien ^^’.

Actor’s Chart : J’ai bon espoir pour le film en soi, bien sûr pour Chris Pratt, mais aussi pour le réal. C’est lui qui avait réalisé Safety Not Guaranteed, un film indé avec Mark Duplass et Aubrey Plaza. Et à mon avis, si ça marche, y aura sûrement une trilogie *sort*.

———————-

Titre : Star Wars : Episode VII – Le réveil de la force (VO : The Force Awakens sortie : 10 juin 2015)

De : J.J. Abrams

Avec : John Boyega, Daisy Ridley, Oscar Isaac, Adam Driver...

Synopsis Allociné : Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga « Star Wars », 30 ans après les événements du « Retour du Jedi ».

Qu’est-ce qui accroche ? : Ben, c’est Star Wars quoi. Et en fait, je ne suis pas sûre d’avoir envie de le voir x’D. Plus par curiosité qu’autre chose.

Actor’s Chart : Tous les anciens sont de la partie. A cause de ce film, Adam Driver a quitté Girls d’ailleurs. J’en déduis que ça ne s’est jamais fait entre Adam et Hannah x’D ? Ah oui, je n’aime pas l’idée que ce soit Abrams qui soit le réal ‘-‘.

———————-

Titre : Les nouveaux héros (VO : Big Hero 6 sortie : 11 février 2015)

De : Don Hall, Chris Williams

Avec : les voix de Scott Adsit, Ryan Potter, T.J. Miller, Jamie Chung, Alan Tudyk...

Synopsis Allociné : Un génie de la robotique nommé Hiro Hamada, se retrouve embarqué dans un complot criminel qui menace de détruire la paisible ville high-tech de San Fransokyo. Avec l’aide d’un de ses plus proches compagnon – un robot nommé Baymax –, Hiro s’associe à une équipe de jeunes amateurs qui s’est donnée pour mission de sauver la population.

Qu’est-ce qui accroche ? : Quand Disney fait du Marvel. Ouais, ça donne Bibendum en costume d’Iron Man. Franchement, ça a l’air pas mal. Même si c’est censé être une adaptation de comics, il y a énormément de largesses, ça ne se passe pas à Tokyo par exemple.

Actor’s Chart : Les réalisateurs de Frozeeeen, j’espère qu’il y aura quelques chansons *sort*. Du coup, il y a des références à des œuvres antérieures.

Des bandes-annonces 2015 : année musicale

Titre : Into The Woods (sortie : 28 janvier 2015)

De : Rob Marshall

Avec : Emily Blunt, Meryl Streep, James Corden, Anna Kendrick...

Synopsis Allociné : Les intrigues de plusieurs contes de fées bien connues se croisent afin d’explorer les désirs, les rêves et les quêtes de tous les personnages. Cendrillon, le Petit Chaperon rouge, Jack et le haricot magique et Raiponce, tous sont réunis dans un récit où interviennent également un boulanger et sa femme qui espèrent fonder une famille, mais à qui une sorcière a jeté un mauvais sort…

Qu’est-ce qui accroche ? : Le cast. Ça chante car ça vient d’une comédie musicale de Stephen Sondheim… Y a un cast d’enfer donc je sens que mes favoris ne vont pas avoir assez de temps à l’écran x’D, (des faux chanteurs mais aussi des vrais, on a la petite Annie de la mise en scène new-yorkaise par exemple, de même que le petit Gavroche du film Les Miserables) et en plus c’est censé être un film de Noël. Je le sens vraiment bien…

Actor’s Chart : Rob Marshall en est à son troisième musical… Il y a eu Chicago et Nine avant celui-là ^^. C’est d’un style totalement différent, donc j’espère que ce sera mieux que les précédents. Il y a eu beaucoup de changements d’acteurs pour ce film, on parlait notamment de Jim Carrey, Jake Gyllenhaal, je pense que c’est difficile d’avoir encore plus de stars.

———————-

Titre : Annie (sortie : 25 février 2015)

De : Will Gluck

Avec : Quvenzhané Wallis, Jamie Foxx, Rose Byrne, Cameron Diaz...

Synopsis Allociné : Une nouvelle adaptation de Annie, la comédie musicale de Broadway.

Qu’est-ce qui accroche ? : Je pense que c’est grâce au revival de 2012 qu’ils ont réussi à monter cette nouvelle adaptation. La tournée des 35 ans a eu énormément de succès (c’est donc dans la prod de New York qu’il y a la petite qui va jouer dans Into the Woods). J’y vais pas par quatre chemins, j’ai hâte de le voir depuis que j’ai appris que Rose Byrne allait chanter x’D. Puis j’ai vraiment bon espoir, c’est le réalisateur de Easy A. Après, les critiques ne sont pas terribles… mais je pense que ça aurait fait un bon film de Noël avec des bons sentiments et tout :’D.

Actor’s Chart : A la base, Justin Timberlake devait jouer le rôle de Foxx, et Sandra Bullock celui de Diaz, je pense que le casting actuel est plus percutant. C’est en fait la 3e adaptation des histoires d’Annie (c’est un peu leurs Malheurs de Sophie x’D).

(un petit bonus par Sia

———————-

Titre : Pitch Perfect 2 (sortie : 22 juillet 2015)

De : Elizabeth Banks

Avec : Anna Kendrick, Rebel Wilson, Hailee Steinfeld, Britanny Snow...

Synopsis Allociné : Les Bellas sont de retour et participent au championnat du monde de chant a capella.

Qu’est-ce qui accroche ? : Aca-scuse me ? Qu’est-ce qui n’accroche pas ? Bon, peut-être le fait que ce soit une suite… J’ai peur que ce soit trop surfait par rapport au premier et que les choix de chansons en prennent un coup…

Actor’s Chart : Gossip.com, Anna Camp sort avec Skylar Astin :’O. Sinon, je me suis vraiment demandé si c’était grâce à ce film que Pentatonix, le phénomène a cappella sur YouTube s’était vraiment fait connaître… Je me demande toujours x’). Juste pour dire que c’était des vrais groupes qui avaient été pris dans le film, et des « vrais » chanteurs. Eh bien sûr, Elizabeth Banks à la réalisation, je suis curieuse de voir ça.

———————-

Titre : The Last Five Years (sortie : prochainement)

De : Richard LaGravanese

Avec : Anna Kendrick, Jeremy Jordan, Meg Hudson, Natalie Knepp...

Synopsis Allociné : Une actrice en devenir et son amant romancier sont ensemble depuis cinq ans, et évoquent leur relation.

Qu’est-ce qui accroche ? : Encore une adaptation de comédie musicale x’D. Il n’y a que ça quand il s’agit de films musicaux j’ai l’impression (sauf pour Begin Again, c’est pour ça que je tire mon chapeau x’). Et Kendrick est partout, c’est dingue. Elle chante pas particulièrement bien en plus…

Actor’s Chart : Le film a été filmé en 21 jours, c’est dingue, avec les chansons (bon, répétées en amont). Le réalisateur a fait Sublimes créatures ou encore P.S. I love you, deux films qu’on préférerait oublier x’D. Kendrick et Jordan (oui, le petit de Smash, d’ailleurs, ils vont faire un concert de Bombshell en vrai, à New York, en juin prochain pour une soirée, c’est chouette) sont tous les deux passés à Broadway.

———————-

Allô, Marco ? – Oui, Polo ?

Saison 1.

marco-banner-10-290

Bon. Je me suis intéressé à Marco Polo pour diverses raisons. Déjà, c’était une question de facilité, les 10 épisodes allaient être disponibles sur Netflix, alors autant regarder ça directement. Puis mine de rien, culturellement parlant, j’étais assez curieuse, j’avais même de l’espoir. Les Asiatiques connaissent le nom de Marco Polo… La période des Khan mongols est assez opaque mais pourtant très intéressante pour avoir envie d’en savoir plus. Les débuts de la route de la soie, c’est pas du tout un sujet courant, même dans les soaps chinois x’D. D’ailleurs, ce serait bien qu’on les voit en train de manger des nouilles/pâtes et voir Polo les ramener en Italie *sort*. Peut-être pour la prochaine saison ! Tout ça pour dire que non, historiquement, on est TRES loin de toute vérité et ça enlève le peu d’intérêt culturel. Car ouais, dans ma grande naïveté, j’ai cru qu’ils allaient quand même respecter un peu la généalogie des Khan, mais mis à part le fait qu’il s’agisse bien du petit-fils de Genghis, Kublai n’est rien du tout de comment il est représenté dans la série. En gros, la série prend l’hypothèse d’un Marco Polo abandonné par son père, qui se retrouve dans la cour/harem de Kublai Khan, qui va suivre un entraînement en kung-fu et va apprendre les us et coutumes des Mongols, peuple fier (et normalement nomade, mais Kublai a décidé de se sinoiser *sort*). Un inconnu arrive en ville et des péripéties vont s’ensuivre.

netflix-marco-polo-videoSixteenByNine1050-v6

Au final, même visuellement, je suis assez déçue. Clairement, ils se veulent grandioses avec des paysages rustiques locaux, mais c’est encore assez faux… Ils n’ont pas eu le droit de tourner en Chine visiblement, ce que je trouve assez dommage, mais bon, c’est bien la censure chinoise x’), et le Kazakhstan et la Malaisie rendent tout aussi bien. C’est juste que j’ai l’impression que tout a été numérisé, comme l’impression que donne Black Sails par moment. Ça me rappelle beaucoup Black Sails en fait, les 2-3 premiers épisodes sont assez mauvais, puis ça devient un peu plus intéressant sans pour autant savoir pourquoi on réussit à finir la saison. Mais quand on entend le budget accordé à la série (90 millions de dollars, WTF ?!), qui était prévue à la base sur Starz (ce qui explique beaucoup de choses), on se dit qu’elle manque de beaucoup de choses. D’une écriture solide tout d’abord, non seulement je suis terriblement perdue dans cette quête du pouvoir mais en plus je n’arrive pas à m’attacher à aucun des personnages sur le plan émotionnel (oui, car sur le plan physique je pense avoir des favoris x’D). Reconnaissons que les costumes sont plutôt jolis, et même si c’est historiquement inexact, la conception est vraiment belle (made in China probablement *sort*).

30-NETFLIXSUB-articleLarge

On me faisait remarquer les similarités avec Game of Thrones, et je ne peux que l’admettre, comme dans GoT, il ne se passe pas grand-chose x’D. Ils ont leurs bâtards, leur maître des secrets, leur trésorier, c’est le GoT du pauvre… Du pauvre, en tout sauf en budget quoi… Les acteurs ne sont pas terribles, certaines scènes de combat sont filmées d’une manière étrange qui se veut moderne, mais le résultat rend saccadé comme s’ils rejouaient le même plan ‘-‘. Les pseudos complots se sentent à des kilomètres (euh, en fait, dès l’épisode 3 on comprend qui est derrière les méfaits), et l’aspect géopolitique n’est qu’un prétexte pour continuer à combattre et à avoir des plans d’ensemble. Même les scènes de sexe ne présentent aucun esthétisme, je préférerais voir une orgie dans Spartacus (j’aime bien la prostituée de luxe en passant)… Ah si, ils manquent juste d’un personnage avec du charisme. Pourtant, ce ne sont pas des inconnus pour la plupart, notamment chez les Asiatiques, la plupart on les a déjà tous vus quelque part, et y en a une qui va même jouer dans Avengers 2 ! C’est fou ce que Richelmy qui joue le rôle titre est aussi « minet » que sans talent quand même. Et ils ont ajouté de la romance (avec un twist qui sert un peu à rien). HAHAHA.

ab75dd10-6a00-11e4-91f6-0da569e3e78a_netflix-marco-polo-season-1-b

Dans toute cette mascarade, il y a un peu à sauver tout de même. Le kung-fu par exemple. [Petite parenthèse, en Chine, il y a trois grandes catégories de séries. Celles qui se déroulent au moyen-âge dans un monde plus ou moins imaginaire avec le noble maître kung-fu, les divers clans et leurs codes de conduite etc., les period dramas qui se passent lors de la révolution culturelle avec les méchants Japonais, et les soaps quotidiens modernes qui sont diffusés avec 5 épisodes d’affilée. Le kung-fu, c’est une institution, pas besoin de le préciser je suppose ^^. Et franchement, le maître Hundred Eyes est top coolie x’D. Normalement, les persos de ce genre dans une série locale devraient savoir marcher sur l’air et c’est trop stylé généralement, malheureusement il faut s’adapter au public occidental qui ne comprendrait pas ce fait, donc ça n’arrive pas. Fin de la parenthèse.] Et c’est le seul point véritablement asiatique, j’ai l’impression que le reste est un gros ramassis de clichés. Et je sais que c’est une série américaine où tout le monde parle anglais, mais dans ce cas, autant prendre des gens qui n’ont pas d’accent, ou alors TOUJOURS parler en anglais et non, sorti de nulle part, se mettre à parler en mongol ou en chinois en plein milieu d’une scène. BREF. J’aime pas ça. Et ça se veut authentique, mon œil.(le pire, c’est que je crois vraiment qu’ils essayent d’être sérieux). Ça me fait penser qu’il faut que je voie la saison 2 de Vikings toussa…

« State of Affairs » : pâle copie de… tout et n’importe quoi

Episodes 1 et 2.

state-of-affairs-hero

Je suppose que c’est chouette de revoir Katherine Heigl sur nos écrans, et elle s’en sort mieux que dans mes souvenirs de Grey’s Anatomy. Peut-être que certains avaient des attentes pour la série mais bon, c’est tout ce qu’il y a de plus classique dans un procedural. Ils veulent tenter de tourner ça à la Homeland pour garder un peu du côté suspens de l’espionnage, on dirait qu’il y a de la Blacklist aussi car ils essayent de capturer les grands méchants terroristes un par un, mais aussi de Madam Secretary de la manière dont ils gèrent les relations internationales, et avec une femme noire présidente (Alfre Woodard) il n’y a qu’un pas pour voir une inspiration Shonda Rhimes. En gros, c’est du revu et c’est un grand bordel :’D. Car ils n’arrivent pas à trouver leur ton, les personnages secondaires sont très faiblards (même si j’aime bien la petite qui a certainement le plus « la tête » à l’emploi, et il y a papa Dexter qui apparait de temps en temps comme un mentor), et l’ensemble est bancal tellement ils cherchent à aller partout.

State of Affairs - Season 1

Charleston Tucker (oui, vraiment, ce serait drôle de la voir danser le charleston un jour *sort*), appelée Charlie, analyste à la CIA, a perdu son fiancé dans un attentat terroriste il y a quelques années blabla. Elle est brisée, souffre de troubles post-traumatiques, se jette corps et âme dans son boulot qui nécessite d’informer la maison blanche blablabla. Du coup, sa vie personnelle se résume à boire et coucher beaucoup blabla. Le pilot est donc un flot d’informations qu’on oublie au fur et à mesure, sauf la principale, le type qu’ils essayent de sauver dans je-ne-sais-quel-pays du Moyent-Orient est le sosie parfait de son feu fiancé. Ah oui, pour sauver ses cibles, elle aurait tendance à violer le règlement aussi, tiens, tiens, tiens… Mais le petit couac derrière ce tableau parfait, c’est qu’il semblerait qu’il y avait une taupe dans l’une de leurs anciennes missions qui aurait tuer le fils de la présidente. Oups. Et Charlie serait mêlée à tout ça inconsciemment ou non.

State of Affairs - Season Pilot

Pour le deuxième épisode, l’histoire du jour était un peu plus intéressante, on a sympathisé avec le monsieur Russe coincé à bord de son sous-marin. Scène très émotionnelle sur la fin, bien entendu. On en apprend plus sur l’attentat qui a tué le fils de la présidente (qui apparait comme de plus en plus inutile, je me demande si c’est aussi le cas dans Scandal ?). Une moralité aussi, Charlie n’est pas toute rose, mais elle a gardé des sentiments malgré son job. Donc du drama et des histoires de politique. Ah oui, je sens que les personnages vont devoir faire semblant d’être polyglottes et ils vont avoir des accents terribles dans un futur proche. Et le petit regard noir de la fin x’D. Bref, l’humanité n’a pas encore perdu espoir dans les blondes car Heigl est vraiment très bien mise en avant, pas très étonnant puisqu’elle et sa mère sont productrices de la série ‘-‘. Mais c’est clairement pas terrible…

La dernière ligne droite de « White Collar »

Jusqu'à l'épisode 603.

Capture d’écran 2014-11-25 à 15.56.41

Voilà. C’est bientôt fini de voir Matt Bomer bien habillé, bien coiffé, toutes les semaines dans les rues de New York. On retrouve tout le gang pour une ultime saison, avec un fil conducteur. D’accord, Caffrey n’a pas obtenu sa liberté, malheureusement (même si la série aurait dû s’arrêter sur ça sinon), et ça va être là que réside le petit couac. Cette dernière saison, le grand ennemi sera les Pink Panthers. Soit. J’aime bien cette idée, ils sont réels, ils ont de l’ambition. Ces Panthers tirent leur nom d’Interpol qui les ont nommés ainsi en référence aux aventures de la panthère rose. Ils sont spécialisés dans le vol des bijoux, ou de pierres précieuses et sévissent dans le monde entier :’D. C’est la classe, non ? Je vois très bien Neal Caffrey rejoindre leur rang, mettre des gants en cuir noir et aller faire une mission impossible en volant les joyaux de la Couronne en ayant échappé au FBI. Oui, car du coup, il est un peu sur la défensive avec le marché de la dernière fois qui est tombé à l’eau, il ne sait plus trop s’il peut faire confiance aux suits. C’est pour ça qu’il faut toujours un contrat écrit ! En échange de mettre fin aux Panthers, il gagnera sa liberté.

White-Collar-season-6-episode-2

Bon, ça aurait été encore mieux s’il y avait à ses bras Rebecca (Bridget Regan, elle est partout sur les écrans en ce moment, Jane the Virgin, bientôt Agent Carter et récemment dans John Wick) ou Sara (Hilarie Burton), mais visiblement, ce n’est pas la direction qu’a voulu prendre la série. Non, ils ont préféré reprendre Ross McCall, aka Keller, qui se trouve à son tour indic pour Interpol. A lui, on ajoute son gardien, un Français qui semble assez relou… Ouais, je comprends vraiment pas ce choix scénaristique, je doute qu’il soit très populaire, mais bon… Moins cher sûrement. En tout cas, niet au niveau romance pour le moment, et ça risque de continuer comme ça. Plus de temps pour se consacrer à sa vie professionnelle et à trouver un plan B avec Mozzie pour échapper au FBI le moment venu. Le season premiere était sympathique pour ça, la dynamique entre Mozzie et Peter changeait un peu de Neal/Mozzie. Et petit twist du côté du mariage de Peter, Elizabeth est enceinte ! Ça fera une belle fin :’).

nup_164604_0958-jpg

Les montages des arnaques sont toujours aussi faux, ahah la tyrolienne du 501 avec le fond vert horrible. Mais le décor est toujours aussi américain. Et on dirait que Neal gagne de plus en plus une conscience. J’espère en tout cas qu’à la fin, il va trouver une certaine rédemption et qu’il ne va pas filer à l’anglaise. Mon sens de la justice me pousse à lui accorder un pardon et qu’il regagne sa liberté, que diable ! Bref, le duo très spécial va donc se désengager… C’était bizarre de voir Tim DeKay dans quelques épisodes d’Agents of SHIELD d’ailleurs. Et j’ai cru comprendre que Bomer a joué dans un épisode d’American Horror Story ? Enfin, 6 ans déjà… J’aurais pas parié là-dessus. Ils vont me manquer :’).

Trans-parent

Cette saison 1.

Transparent_UXAS1_TV_Transparent_S1._V360745579__SL940_

En vrai, je n’avais pas du tout compris le jeu de mots avec « transparent ». J’étais « ah okay, c’est pas opaque quoi, c’est transparent ». Je pensais donc que ça allait être une histoire dramatique familiale avec des secrets qui sont révélés. Alors oui, mais quels secrets x’D. Franchement, je n’ai pas été plus emballée que ça. Ce n’est pas que ce soit mauvais, au contraire, c’est intelligemment écrit et brillamment interprété. C’est juste que j’ai pas accroché, je me suis ennuyée. Il se passe à la fois pas assez de choses et à la fois trop de choses. Tous les personnages ont leur propre storylines, des pseudos intéressantes comme celle de la fille cadette, à celle dont on se fiche éperdument comme l’histoire du fils ou encore celle qu’on trouve totalement à côté de la plaque pour l’aînée. Et j’insiste, les acteurs sont vraiment bons, et le matériel donné est très bien aussi, et je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas réussi à accrocher. Peut-être le fait qu’Amazon (j’ai hâte de voir Mozart in the Jungle) ait mis les 10 épisodes d’un seul coup ?

DLNow_DP_Transparent-Review_092614

Okay, ça traite d’un sujet qu’on connait mal, la transidentité, et on comprend bien que la difficulté c’est l’acceptation par son entourage, le regard d’autrui, qui nous sommes etc. Je suppose que le petit plus à mes yeux, c’est d’avoir fait des flashbacks avec les années 80 pour voir la différence entre les approches contemporaines et à l’époque des hippies *sort*. Le ton est rapidement donné, 30 minutes de comédie un peu deadpan, on retrouve des acteurs de ce genre comme Gaby Hoffman ou encore Jay Duplass (oui, le frère de Mark), et toute une ribambelle de gens plus ou moins connus. Jeffrey Tambor, je ne peux le voir qu’en George Bluth Senior (Arrested Development), mais il est encore une fois à la tête d’une famille totalement déstructurée. Et j’ai l’impression qu’il est tellement laconique que je vais m’endormir rien qu’en le regardant.

gaby-hoffman-jay-duplass-transparent2

En fait, ça me rappelle toutes ces séries familiales qui sur le papier m’attirent, mais qui, quand je les regarde, me lassent rapidement (Brothers & Sisters, Revenge, etc.) et malgré l’originalité indéniable de la série et le ton pris, je passe juste mon tour. Malgré les guests en plus ! Je pense à Bradley Whitford ou Kathryn Hahn… qui ajoutent la touche d’humour et de judaïsme pour combler le tout. Oui, d’ailleurs, j’aime bien les séries avec des personnages juifs, j’en apprends tous les jours *sort*. En gros, il y a de beaucoup de sujets sensibles qui sont abordés avec délicatesse, non seulement il y a la question de l’acceptation de chacun, mais on parle aussi de la mort, de la religion, de la sexualité, des relations, bref, de la vie en général. La créatrice de la série, Jill Soloway, a quand même produit des séries comme United States of Tara (on sent un peu la même vibe), ou encore Six Feet Under. Ce n’est clairement pas une newbie et elle a son propre style. Mais je n’ai juste pas senti l’émotion passer…

Quelques bandes-annonces pour pas tout de suite…

Titre : God Help The Girl (sortie : 3 décembre)

De : Stuart Murdoch

Avec : Emily Browning, Olly Alexander, Hannah Murray, Pierre Boulanger...

Synopsis Allociné : La jeune Eve écrit des chansons en rêvant de les entendre un jour à la radio. À l’issue d’un concert, elle rencontre James, musicien timide et romantique qui donne des cours de guitare à Cassie, une fille des quartiers chics. Dans un Glasgow pop et étudiant, ils entreprennent bientôt de monter leur propre groupe. Un film musical de Stuart Murdoch, leader du groupe Belle & Sebastian.

Qu’est-ce qui accroche ? : Si vous me suivez sur Twitter, vous avez certainement vu que j’étais obsédée par ce film en ce moment x’D. Il est déjà sorti, mais pas encore sur nos écrans (et j’irai le voir, BIEN SÛR). C’est une comédie musicale et j’admire la simplicité des paroles tout simplement. J’aime beaucoup Belle & Sebastian (depuis Juno, je suis pas une fan x’D), la manière qu’ils ont de chanter comme s’ils racontaient une histoire. Ben c’est ça God Help The Girl. C’est une histoire qui est chantée. C’est les tracas de la vie quotidienne, l’émotivité d’une jeune femme un peu naïve, de l’amour et de l’amitié. Et de la musique. Un amour pour la musique incommensurable. Allez le voir, il a un style vraiment original. Puis c’est anglais :’p.

Actor’s Chart : Elle Fanning était au départ prévue dans le rôle de Cassie qui a finalement été remplacée par Hannah Murray. Dans Skins, son personnage s’appelait Cassie aussi d’ailleurs ^^. A l’origine, Murdoch avait écrit ces chansons pour le groupe, mais il a trouvé que ça ne correspondait pas vraiment à l’esprit du groupe, donc finalement il les a réunies dans ce projet de film :’). Tiens, ce n’est pas la première fois que Browning pousse la chansonnette puisqu’elle a plusieurs titres dans la BO de Sucker Punch.

———————-

Titre : Mr Turner (sortie : 3 décembre)

De : Mike Leigh

Avec : Timothy Spall, Leslie Manville, Ruth Sheen, Robert Portal...

Synopsis Allociné : Les dernières années de l’existence du peintre britannique, J.M.W Turner (1775-1851). Artiste reconnu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy of Arts, il vit entouré de son père qui est aussi son assistant, et de sa dévouée gouvernante. Il fréquente l’aristocratie, visite les bordels et nourrit son inspiration par ses nombreux voyages. La renommée dont il jouit ne lui épargne pas toutefois les éventuelles railleries du public ou les sarcasmes de l’establishment. A la mort de son père, profondément affecté, Turner s’isole. Sa vie change cependant quand il rencontre Mrs Booth, propriétaire d’une pension de famille en bord de mer.

Qu’est-ce qui accroche ? : La vie d’un grand artiste ^^. Romancé bien sûr, mais qu’importe, j’aime beaucoup les tableaux de Turner, il est certainement l’un des peintres anglais les plus connus, et je ne connaissais rien à sa vie, donc ça m’intrigue. Et c’est aussi britannique, donc c’est bien :’D.

Actor’s Chart : Je me fais pas de souci, c’est par le réalisateur de Be Happy ou Another Year, de très bons films ^^. D’ailleurs, il retrouve Spall, puisqu’ils ont déjà fait quatre films ensemble auparavant. Mr Turner était en compétition à Cannes.

———————-

Titre : Life Partners (sortie : un jour ?)

De : Susanna Fogel

Avec : Gillian Jacobs, Leighton Meester, Adam Brody, Gabourey Sidibe...

Synopsis Allociné : Paige, hétérosexuelle, et Sasha, homosexuelle, ont fait un pacte : la première ne pourra se marier que quand la seconde bénéficiera des mêmes droits. Un charmant jeune docteur va malheureusement changer la donne entre les deux amies…

Qu’est-ce qui accroche ? : Je n’aurais jamais cru dire un jour que j’aurais la curiosité de voir un film avec Leighton Meester… Et pourtant, elle a pas l’air trop mal dedans. C’est assez ironique, que ce soit elle qui joue l’homo sachant qu’elle sort avec Brody dans la vraie vie. J’ai trouvé ça joyeux. Un film sur la vie encore, et ça a l’air moderne. Avec des acteurs de télévision, alors que demander de plus ? C’est la bande-annonce qui m’a le plus fait tilter en fait, c’est dynamique, y a une blague, une punchline. Et ça me va.

Actor’s Chart : Kristen Bell était prévue dans le rôle de Sasha à la base, puis elle est tombée enceinte donc a dû abandonner le projet. Puis il est arrivé la même chose à Evan Rachel Wood x’D. Donc si on suit la logique, Meester devrait être enceinte là ? La réalisatrice, c’est la créatrice de Chasing Life, le teen drama d’ABC Family… Ça promet d’être différent.

———————-

Titre : The Anomaly (sortie : Jamais ?)

De : Noel Clarke

Avec : Noel Clarke, Ian Somerhalder, Alexis Knapp, Brian Cox...

Synopsis Allociné : Un ex-soldat traumatisé par la guerre se réveil à l’arrière d’un van à côté d’un jeune garçon qui a été kidnappé. Il a 9 minutes et 37 secondes pour comprendre ce qui s’est passé…

Qu’est-ce qui accroche ? : Ça a l’air mauvais :’D. Un bon petit nanar. Mais comme c’est de la science-fiction… Nan mais sérieusement, on dirait que c’est de la SF du début des années 2000 à la Matrix à cause du filtre vert x’D. Ça a l’air mal fait, les effets spéciaux tiennent d’un studio anglais x’). Si c’était un bouquin, ce serait certainement mieux :’D.

Actor’s Chart : Je dis pas, le Clarke a fait beaucoup de choses depuis Doctor Who. Puis rien que les fangirls de Somerhalder pourraient suffire pour faire marcher un film. Si seulement il était sorti aux US x’D.

———————-

Titre : Inside Out (sortie : 2015)

De : Pete Docter

Avec : les voix de Bill Hader, Amy Poehler, Mindy Kalling, Phyllis Smith...

Synopsis Allociné : Grandir n’est pas de tout repos, et la petite Riley ne fait pas exception à la règle. À cause du travail de son père, elle vient de quitter le Midwest et la vie qu’elle a toujours connue pour emménager avec sa famille à San Francisco. Comme nous tous, Riley est guidée par ses émotions – la Joie, la Peur, la Colère, le Dégoût, et la Tristesse. Ces émotions vivent au Quartier Général, le centre de contrôle de l’esprit de Riley, et l’aident et la conseillent dans sa vie quotidienne. Tandis que Riley et ses émotions luttent pour se faire à leur nouvelle existence à San Francisco, le chaos s’empare du Quartier Général. Si la Joie, l’émotion dominante de Riley, tente de rester positive, les différentes émotions entrent en conflit pour définir la meilleure manière de s’en sortir quand on se retrouve brusquement dans une nouvelle ville, une nouvelle école et une nouvelle maison.

Qu’est-ce qui accroche ? : Au cas où vous ne sauriez pas qu’un nouveau Pixar sortait l’an prochain *sort*. On reconnait bien l’enthousiasme débordant de Leslie Knope dans la voix de Joy x’D. Je m’en fais pas trop, c’est celui qui a fait Monstres et compagnie et Là-Haut

Actor’s Chart : Rien à dire là-dessus, je voulais juste partager la BA :’D.

———————-

Hail « Jane the Virgin »…

Chapter One.

jane-the-virgin-key-art

C’est rigolo les séries ethniques quand même. Jane the Virgin reprend les clichés latinos d’Ugly Betty en y assumant l’humour à 100%. C’est une petite dramédie très familiale mais à la sauce CW, et y en a pas beaucoup avec leurs superhéros, leurs teen dramas à la noix :’D. Okay, ce n’est pas une série originale puisqu’il s’agit de l’adaptation d’une telenovela (pour rester dans le thème encore une fois), mais ils ont fait l’effort d’étendre leurs genres. En soi, la population hispanique aux US va bientôt dépasser les blancs, donc il y a un bon public derrière x’D. Puis surtout, c’est pas mal du tout. Malgré un titre qui peut mieux faire (ça m’a surtout rappelé Jane by Design, donc euuuuh), la série n’est pas si prude.

jane-the-virgin-still-the-cw-618x400

Je vais commencer par une bonne surprise. La grand-mère parle en espagnol à sa petite-fille. Tout le temps. Et c’est peut-être bête à dire, mais je trouve que ça fait plus authentique. Pour tous ceux qui ont une double culture, qui n’a jamais entendu ses grands-parents s’adresser à eux dans la langue maternelle et se voir répondre en français ? Et j’ai riz devant un sous-titre « Latin lover voice » pour décrire la voix du narrateur car c’était exactement ça x’D. D’habitude, je suis rapidement ennuyée par les clichés culturels, ou quand la différence de culture est le sujet principal d’une série. Là, on a la petite famille latine par excellence, avec une grand-mère ultra religieuse et une mère qui a eu sa gamine à 16 ans. Ladite gamine a aujourd’hui 23 ans, Jane (Gina Rodriguez) de son nom, est fan de telenovelas jusqu’à même à halluciner les personnages, et souhaite préserver sa virginité (ça m’a fait penser à un article de HelloGiggles d’ailleurs The 24-Year-Old-Virgin qui était vraiment pas mal) jusqu’au mariage avec son fiancé policier, tout ce qu’il y a de Caucasien. Sa vie est déjà toute planifiée, et rien ne pourrait la faire dérailler.

141013_TV_JaneVirgin.jpg.CROP.promovar-mediumlarge

C’est là que tout se complique quand un rendez-vous chez le gynéco va la rendre enceinte… Ce n’est pas chose courante, Dieu merci =’D. Et sa première réaction est vraiment pas mal, elle s’esclaffe, normal, ce n’est pas non plus une immaculée conception x’D. S’ensuit alors l’explication et le soap de soap opera, puisque le futur père se trouve être son nouveau patron et un type sur qui elle avait un énorme coup de foudre avant d’être dans une relation stable. On a le côté d’absurde ici, la gynéco étant la sœur du type en question, lui-même n’aime plus sa femme et souhaite divorcer alors la femme voulait lui faire un bébé dans le dos pour pouvoir toucher l’argent du divorce (contrat de mariage bonjour), en même temps elle entretient une liaison avec l’un de ses employés qui est sous l’enquête de la police dont l’équipe est composée du fiancé de Jane. Vous suivez toujours ? Ah oui, et le père de Jane qui avait signé aux abonnés absents vient soudain de réapparaître aussi, et il s’agit de la star de la telenovela dont elle est fan. Ouaip, c’est le jeu des six degrés de connexion, tout le monde est lié d’une façon ou d’une autre x’).

Jane The Virgin - Episode 1.02 - Chapter Two - Promotional Photos

L’actrice principale s’en sort vraiment bien. Elle est hyper sympathique, elle a une bonne attitude, c’est chouette. L’humour est là avec des touches sérieuses et y a même la blonde bien bitch qui fait sa grande vilaine. Oh, est-ce que j’ai mentionné que Bridget « Mother Confessor » Regan était de la partie :’D ? Pour un pilot, il y a une bonne exposition des personnages auxquels on commence déjà à s’attacher, les histoires que ça va engendrer et une vie pas très facile en perspective.

(P.S. : je vais aller visionner Cristela maintenant, pour rester chez les latinos *sort*)

C’est quand même pas pratique un food-truck…

Je veux dire, ouais, c’est chouette. Tu as ta commande rapidement, c’est convivial, les prix sont abordables… mais galère-toi pour trouver un endroit te poser pour manger SURTOUT quand il commence à pas faire très chaud ou qu’il vient de pleuvoir. Okay, dans ces cas-là, peut-être qu’il ne faut pas chercher à se restaurer à un food-truck, mais en même temps, il y a souvent moins de queue à ce moment-là. Mais ça reste pratique pour du fast-food ^^.

Le Camion Qui Fume €

Donc j’ai essayé Le Camion Qui Fume. L’un des premiers de Paris qui a forgé une bonne réputation au cours de ces trois dernières années. Le camion bouge pas mal, le soir étant principalement au mk2 Bibliothèque, mais selon les midis, on peut le voir près de porte Maillot ou encore au Kremlin. Encore un phénomène qui nous vient d’outre-Atlantique, l’instigatrice du concept, Kristin Frederick, est elle-même américaine. Enfin, instigatrice, elle a surtout lancé le concept en France qui ne connaissait pas vraiment la restauration mobile (et ça a bien pris, puisqu’elle a même sorti son livre de recettes x’D). Je dois avouer que ça me rappelle qu’une chose, le Bibliobus qu’il y avait à la bibliothèque de mon enfance x’D. Il stationnait à des endroits différents de la ville, on pouvait emprunter et retourner nos bouquins sans avoir à se déplacer à la bibliothèque x’D. Bien sûr, les ouvrages étaient très limités. Ben c’est un peu l’impression que j’ai aussi avec les food-trucks. C’est assez limité. J’ai toujours été partisane de la carte « minimaliste » pour pouvoir maîtriser ses plats au mieux, donc ce n’est pas un souci en soi.

IMG_6887

Au Camion, il s’agit donc des traditionnels burgers américains à la sauce française. On a ainsi un burger au bleu, un autre au gruyère… Jusque-là, rien d’étonnant. Le burger seul coûte 8,50€ et avec un accompagnement colesaw ou frites, ça fait monter la note à 10,50€, ce qui est dans la limite haute des tickets restaus parisiens. Si on veut y rajouter une boisson, il faudra compter environ 3€ de plus (ils ont par exemple du Dr Pepper qu’ils vendent grâce au mk2). On m’en a dit que du bien, et franchement, je ne craignais pas de mauvaise surprise. C’est bien présenté, tout tient bien dans le petit sac en papier, la prise de commande est moderne avec les iPads, okay. Il faut refaire la queue pour récupérer la commande, là encore, ça semble normal pour que le flux soit continu. Seulement, quand j’ai mangé mon burger, je n’ai pas été agréablement surprise. C’était juste un assemblage de viande, de sauces, d’autres, et du pain. J’aurais pu manger le même dans un HD Diner.
J’ai commandé un barbecue sans mayo, qui était des plus communs. La viande était cuite à point (visiblement, ils sont tous à point, peut-être que j’aurais dû demander un saignant de moi-même, mais on me l’a pas proposé) et n’était pas mauvaise, la sauce barbecue était bonne, les oignons étaient bien grillés et le beignet aurait pu être un peu plus grand, mais le bun était un peu sec. Je refuse de croire que si j’avais pris de la mayo, ça aurait été plus tendre. Petit plus, il tenait très bien et je pouvais le manger avec les mains sans crainte de m’en mettre partout :’D. La portion de frites est suffisante, mais on n’en refuserait pas quelques unes en plus. Perso, je préfère les grosses frites belges et pas les petites allumettes, même si encore une fois, elles étaient frites à point. Dans l’ensemble, vraiment rien d’excitant à dire… Si j’étais allée à Bio Burger, j’aurais au moins eu des herbes sur mes frites. Je suppose que l’endroit est bien pratique pour les salarymen des tours avoisinantes, mais je ne me déplacerai plus spécialement pour le goûter. C’est maîtrisé, et je pense que c’est bon, ce n’est juste pas le goût que j’aime.

_DSC9034.NEF

De la cuisine asiatique au traditionnel français, la gastronomie y pointe le nez avec notamment les Bocaux de Marc Veyrat. Bref, il y a le choix. Ça me fait penser aussi au film #Chef, récemment sorti aux Etats-Unis, avec Jon Favreau, Sofia Vergara, John Leguizamo etc. Un grand chef qui plaque tout pour ouvrir son food-truck. On voit la difficulté d’obtenir les autorisations, la sévérité des conditions hygiéniques, mais aussi le rôle des réseaux sociaux. Je pense qu’en France, on a un rapport avec la nourriture un peu différente pour que la restauration ambulante prenne vraiment. Il suffit de voir la longueur de notre pause déjeuner. On a droit à 1 h dans la plupart des cas, alors que les Américains ont à peine 30 minutes. Et vous vous rappelez de l’histoire que les pizzas étaient considérées comme des légumes dans les cantines ? Après, si ça peut encourager les jeunes à ne plus manger McDo par exemple parce qu’ils ont des camions qui proposent de la restauration rapide de qualité, je pense que les communes devraient les soutenir !

« Manhattan Love Story » VS « A to Z »

Enfin des formats 20 minutes !

Les deux comédies romantiques du moment. Ça va même plus loin, ce sont deux séries où le mot « romantique » prend tout son sens moderne. J’ai envie d’emprunter la phrase de 500 Days of Summer, « This not a love story, it’s a story about love »… TINTINTIN ! Elles suivent le même format de 20 min, la même légèreté et le but de trouver l’amour. Ce qui est bien, c’est qu’on sait déjà qu’ils vont se mettre ensemble. Dans les deux cas. Sauf que dans ce genre de séries, ce n’est pas la destination qui nous importe mais le voyage x’).

manhattan-love-story-a-to-z_article_story_large

L’alchimie de couple : Zelda-Andrew (d’où le A to Z hihi, j’aime bien Zelda comme prénom) et Dana-Peter (en fait, rien que la photo est la preuve que les bruns vont mieux ensemble)… Le premier prend le parti d’être à contre-courant en faisant passer l’entité masculine pour un fou romantique tandis que l’entité féminine est la plus blasée. Ça me rappelle d’autant plus 500 Days… En fait, toute cette histoire, de la manière dont c’est traité avec la durée de leur relation toussa fait penser que Rashida Jones (la créatrice et les autres scénaristes) a vu le film avec JGL et Deschanel. Ils s’habillent même pareil ! Oui, leur aptitude à jouer rentre sûrement en jeu. Cristin Milioti (c’est elle dans la version américaine de Once à Broadway et a été nommée pour un Tony ^^) a été tellement populaire dans la dernière saison de HIMYM qu’ils ont créé une fin alternative x’). Le petit Ben Feldman est passé par la case Mad Men, Drop Dead Diva… Quant aux autres ? On a pu voir Analeigh Tipton dans Crazy Stupid Love (mais aussi dans Damsels in Distress) et Jake McDorman dans Greek et plus récemment dans Shameless US. Bref, ils ont tous de l’expérience déjà et jouent vraiment bien leurs rôles respectifs. Mais la timidité un peu provinciale de Dana est un peu irritante… Et de manière générale, Andrew et Zelda ont plus de répartie, merci l’écriture quoi.

ABC's 2014 Summer TCA Tour Portraits

Les sidekicks : Je suis totalement partiale car il y a Lenora Crichlow (Being Human UK) avec tout ce qu’il y a de cliché dans A to Z. Sinon les autres personnages secondaires sont ethniquement parlant très divers (un Indien de Outsourced, une Asiate, un roux). Il y a juste la patronne d’Andrew qui en fait des tonnes et qui n’a pas encore trouvé son utilité et est plus agaçante qu’autre chose. De l’autre, on a également un peu d’ethnicité, mais c’est quand même plus restreint. On a rencontré que deux collègues de travail/amis (dont l’un est commun à Dana et Peter) et ils n’ont pas trouvé le bon ton encore. N’empêche, c’est assez similaire, deux-trois collègues du côté du mec, la meilleure copine de la fille, peu importe leurs caractères, on trouve cette même configuration.

HARG1648

Le décor : Les deux séries se passent à New York, mais MLS a le mérite de faire les attractions touristiques dans la bucket list de Dana, et ça, je dis oui ! Qui refuserait de voir un peu la statue de la liberté ? C’est peut-être cul-cul au possible, mais pour ceux qui n’habitent pas New York, ben c’est plaisant, voilà. L’utilisation des bureaux opposés dans A to Z est une bonne idée, je sens déjà les petits mots d’amour collés aux vitres ^^.

Le petit + : Les pensées des protagonistes dans MLS ont le mérite d’expliquer aux téléspectateurs ce qu’ils pensent vraiment. Et je dois avouer que j’aime bien le décalage de l’expression faciale et de la légende de la voix-off. Mais c’est aussi un peu dérangeant car ça coupe l’humour de la scène parfois… A voir s’ils réussissent à les faire intervenir à des moments propices. Dans A to Z, on sait qu’il y a une fin dans huit mois, trois semaines, cinq jours et une heure, que ce soit parce qu’ils vont se marier (IL A RENCONTRE LA MÈRE) ou qu’ils rompent, et on a donc une différente approche où on embarque tout de suite dans l’histoire de leur relation amoureuse.

a-to-z-copy__140508205745-575x383

Pour un pilot, j’ai trouvé celui de A to Z très dynamique, et j’ai bien aimé le split screen du début et les moments où ils ne se rencontrent pas comme par hasard :’). Ce que j’ai trouvé un peu moins bon dans MLS c’est le côté trop terre-à-terre et les larmes à tout bout de champ pour activer le mode compassion des gens. Quand je pense à romance, c’est de l’absurde, du kitsch (même si le speech d’Andrew à Zelda est quand même assez fou même pour son coup de foudre). On sent déjà l’évolution logique des personnages qui vont se laisser influencer par l’autre partie, le Don Juan va se laisser tenter par la stabilité, le romantique va devenir un peu plus cynique etc. Pour que ces séries marchent, il faut vraiment que la dynamique de couple (et Zelda-Andrew fonctionne mieux que Dana-Peter) et les comics reliefs fassent leur boulot. Et pour le moment y en a qu’une des deux qui me semble pouvoir remplir le contrat…