Allô, Marco ? – Oui, Polo ?

Saison 1.

marco-banner-10-290

Bon. Je me suis intéressé à Marco Polo pour diverses raisons. Déjà, c’était une question de facilité, les 10 épisodes allaient être disponibles sur Netflix, alors autant regarder ça directement. Puis mine de rien, culturellement parlant, j’étais assez curieuse, j’avais même de l’espoir. Les Asiatiques connaissent le nom de Marco Polo… La période des Khan mongols est assez opaque mais pourtant très intéressante pour avoir envie d’en savoir plus. Les débuts de la route de la soie, c’est pas du tout un sujet courant, même dans les soaps chinois x’D. D’ailleurs, ce serait bien qu’on les voit en train de manger des nouilles/pâtes et voir Polo les ramener en Italie *sort*. Peut-être pour la prochaine saison ! Tout ça pour dire que non, historiquement, on est TRES loin de toute vérité et ça enlève le peu d’intérêt culturel. Car ouais, dans ma grande naïveté, j’ai cru qu’ils allaient quand même respecter un peu la généalogie des Khan, mais mis à part le fait qu’il s’agisse bien du petit-fils de Genghis, Kublai n’est rien du tout de comment il est représenté dans la série. En gros, la série prend l’hypothèse d’un Marco Polo abandonné par son père, qui se retrouve dans la cour/harem de Kublai Khan, qui va suivre un entraînement en kung-fu et va apprendre les us et coutumes des Mongols, peuple fier (et normalement nomade, mais Kublai a décidé de se sinoiser *sort*). Un inconnu arrive en ville et des péripéties vont s’ensuivre.

netflix-marco-polo-videoSixteenByNine1050-v6

Au final, même visuellement, je suis assez déçue. Clairement, ils se veulent grandioses avec des paysages rustiques locaux, mais c’est encore assez faux… Ils n’ont pas eu le droit de tourner en Chine visiblement, ce que je trouve assez dommage, mais bon, c’est bien la censure chinoise x’), et le Kazakhstan et la Malaisie rendent tout aussi bien. C’est juste que j’ai l’impression que tout a été numérisé, comme l’impression que donne Black Sails par moment. Ça me rappelle beaucoup Black Sails en fait, les 2-3 premiers épisodes sont assez mauvais, puis ça devient un peu plus intéressant sans pour autant savoir pourquoi on réussit à finir la saison. Mais quand on entend le budget accordé à la série (90 millions de dollars, WTF ?!), qui était prévue à la base sur Starz (ce qui explique beaucoup de choses), on se dit qu’elle manque de beaucoup de choses. D’une écriture solide tout d’abord, non seulement je suis terriblement perdue dans cette quête du pouvoir mais en plus je n’arrive pas à m’attacher à aucun des personnages sur le plan émotionnel (oui, car sur le plan physique je pense avoir des favoris x’D). Reconnaissons que les costumes sont plutôt jolis, et même si c’est historiquement inexact, la conception est vraiment belle (made in China probablement *sort*).

30-NETFLIXSUB-articleLarge

On me faisait remarquer les similarités avec Game of Thrones, et je ne peux que l’admettre, comme dans GoT, il ne se passe pas grand-chose x’D. Ils ont leurs bâtards, leur maître des secrets, leur trésorier, c’est le GoT du pauvre… Du pauvre, en tout sauf en budget quoi… Les acteurs ne sont pas terribles, certaines scènes de combat sont filmées d’une manière étrange qui se veut moderne, mais le résultat rend saccadé comme s’ils rejouaient le même plan ‘-‘. Les pseudos complots se sentent à des kilomètres (euh, en fait, dès l’épisode 3 on comprend qui est derrière les méfaits), et l’aspect géopolitique n’est qu’un prétexte pour continuer à combattre et à avoir des plans d’ensemble. Même les scènes de sexe ne présentent aucun esthétisme, je préférerais voir une orgie dans Spartacus (j’aime bien la prostituée de luxe en passant)… Ah si, ils manquent juste d’un personnage avec du charisme. Pourtant, ce ne sont pas des inconnus pour la plupart, notamment chez les Asiatiques, la plupart on les a déjà tous vus quelque part, et y en a une qui va même jouer dans Avengers 2 ! C’est fou ce que Richelmy qui joue le rôle titre est aussi « minet » que sans talent quand même. Et ils ont ajouté de la romance (avec un twist qui sert un peu à rien). HAHAHA.

ab75dd10-6a00-11e4-91f6-0da569e3e78a_netflix-marco-polo-season-1-b

Dans toute cette mascarade, il y a un peu à sauver tout de même. Le kung-fu par exemple. [Petite parenthèse, en Chine, il y a trois grandes catégories de séries. Celles qui se déroulent au moyen-âge dans un monde plus ou moins imaginaire avec le noble maître kung-fu, les divers clans et leurs codes de conduite etc., les period dramas qui se passent lors de la révolution culturelle avec les méchants Japonais, et les soaps quotidiens modernes qui sont diffusés avec 5 épisodes d’affilée. Le kung-fu, c’est une institution, pas besoin de le préciser je suppose ^^. Et franchement, le maître Hundred Eyes est top coolie x’D. Normalement, les persos de ce genre dans une série locale devraient savoir marcher sur l’air et c’est trop stylé généralement, malheureusement il faut s’adapter au public occidental qui ne comprendrait pas ce fait, donc ça n’arrive pas. Fin de la parenthèse.] Et c’est le seul point véritablement asiatique, j’ai l’impression que le reste est un gros ramassis de clichés. Et je sais que c’est une série américaine où tout le monde parle anglais, mais dans ce cas, autant prendre des gens qui n’ont pas d’accent, ou alors TOUJOURS parler en anglais et non, sorti de nulle part, se mettre à parler en mongol ou en chinois en plein milieu d’une scène. BREF. J’aime pas ça. Et ça se veut authentique, mon œil.(le pire, c’est que je crois vraiment qu’ils essayent d’être sérieux). Ça me fait penser qu’il faut que je voie la saison 2 de Vikings toussa…

Trans-parent

Cette saison 1.

Transparent_UXAS1_TV_Transparent_S1._V360745579__SL940_

En vrai, je n’avais pas du tout compris le jeu de mots avec « transparent ». J’étais « ah okay, c’est pas opaque quoi, c’est transparent ». Je pensais donc que ça allait être une histoire dramatique familiale avec des secrets qui sont révélés. Alors oui, mais quels secrets x’D. Franchement, je n’ai pas été plus emballée que ça. Ce n’est pas que ce soit mauvais, au contraire, c’est intelligemment écrit et brillamment interprété. C’est juste que j’ai pas accroché, je me suis ennuyée. Il se passe à la fois pas assez de choses et à la fois trop de choses. Tous les personnages ont leur propre storylines, des pseudos intéressantes comme celle de la fille cadette, à celle dont on se fiche éperdument comme l’histoire du fils ou encore celle qu’on trouve totalement à côté de la plaque pour l’aînée. Et j’insiste, les acteurs sont vraiment bons, et le matériel donné est très bien aussi, et je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas réussi à accrocher. Peut-être le fait qu’Amazon (j’ai hâte de voir Mozart in the Jungle) ait mis les 10 épisodes d’un seul coup ?

DLNow_DP_Transparent-Review_092614

Okay, ça traite d’un sujet qu’on connait mal, la transidentité, et on comprend bien que la difficulté c’est l’acceptation par son entourage, le regard d’autrui, qui nous sommes etc. Je suppose que le petit plus à mes yeux, c’est d’avoir fait des flashbacks avec les années 80 pour voir la différence entre les approches contemporaines et à l’époque des hippies *sort*. Le ton est rapidement donné, 30 minutes de comédie un peu deadpan, on retrouve des acteurs de ce genre comme Gaby Hoffman ou encore Jay Duplass (oui, le frère de Mark), et toute une ribambelle de gens plus ou moins connus. Jeffrey Tambor, je ne peux le voir qu’en George Bluth Senior (Arrested Development), mais il est encore une fois à la tête d’une famille totalement déstructurée. Et j’ai l’impression qu’il est tellement laconique que je vais m’endormir rien qu’en le regardant.

gaby-hoffman-jay-duplass-transparent2

En fait, ça me rappelle toutes ces séries familiales qui sur le papier m’attirent, mais qui, quand je les regarde, me lassent rapidement (Brothers & Sisters, Revenge, etc.) et malgré l’originalité indéniable de la série et le ton pris, je passe juste mon tour. Malgré les guests en plus ! Je pense à Bradley Whitford ou Kathryn Hahn… qui ajoutent la touche d’humour et de judaïsme pour combler le tout. Oui, d’ailleurs, j’aime bien les séries avec des personnages juifs, j’en apprends tous les jours *sort*. En gros, il y a de beaucoup de sujets sensibles qui sont abordés avec délicatesse, non seulement il y a la question de l’acceptation de chacun, mais on parle aussi de la mort, de la religion, de la sexualité, des relations, bref, de la vie en général. La créatrice de la série, Jill Soloway, a quand même produit des séries comme United States of Tara (on sent un peu la même vibe), ou encore Six Feet Under. Ce n’est clairement pas une newbie et elle a son propre style. Mais je n’ai juste pas senti l’émotion passer…

« Finding Emily Fitch »…

Saison 1.

normal_scnet_findingcarter_s1promotional_001-1

Je sais. Un acteur n’est pas défini par l’un de ses rôles. Aussi marquant qu’il soit. Mais Emily Fitch de Skins… C’était la raison pour laquelle j’ai préféré les saisons 3 et 4 aux premières (avec JJ, mais c’est un cas à part :’D). Et là, elle fait tomber l’accent anglais pour se glisser dans la peau d’une ado américaine des plus communes (mais qui fait bien mieux passer ses émotions que ses collègues de la même tranche d’âge) à qui il arrive une histoire de dingue. Sa mère n’est pas sa mère. Ouaip. En fait, à l’âge de 3 ans, elle a été kidnappée (les motifs du coupable restent encore flous) par une femme qui a prétendu ensuite, pendant 13 ans, être sa mère. Tandis qu’elle se fait arrêter et mettre en détention, la police s’aperçoit du travestissement et prévient ses parents biologiques qui vivent à 2 h de route de là. Perso, si je kidnappais un gosse, j’irais plutôt à 10h de route de là, je veux dire, on est aux US, il y a de la place autre part. Du coup, sa fausse mère se retouve comme fugitive, et Carter débarque dans une nouvelle famille où elle a une sœur jumelle (mais qui n’est pas jouée par la vraie jumelle de Kathryn Prescott, c’est assez perturbant), un petit frère, un papa et une maman comme une famille normale *sort*. Enfin, bref.

scnet_findingcarter_s1promotional_008

C’est une série de MTV, c’est-à-dire que ça s’adresse à des ados en manque d’attention et qui veulent avoir une vie extraordinaire (et qui agissent comme des adultes en décidant de tout, sûrement parce que l’actrice principale a 23 ans et joue une fille de 16 ans). Franchement… ça marche ^^’. Le surdrama est incroyable, des histoires à dormir debout que ce soit les gamins qui vivent quasiment sans parents (Max vit carrément émancipé x’) dans des immenses appartements pour eux (oui, le syndrome de Underemployed x’). Mais on rentre dans l’absurdité de la série, et donc son point fort (même si j’aurais aimé avoir plus de scènes entre Carter et sa mère, car on nous balance ça vraiment rapidement). L’ensemble a un petit air de The Fosters (d’ailleurs, il y a l’acteur Alex Saxon qui joue dedans avec ses horribles cheveux longs) avec une mère policière, centré principalement sur les gamins, leurs potes et leurs relations, et le thème général de la famille recomposée. J’ai beau dire ça, j’ai enchaîné les épisodes en deux jours x’D.

normal_scnet_findingcarter_101stills_006~0

Les adultes sont là pour faire joli et pour faire compatir. Le père (Alexis Denisof x’D) est hyper cool, sympa, mais il a quelque chose à cacher, alors que la mère (Cynthia Watros qui sort directement du soap opera et de sa séance de chirurgie esthétique) est le stéréotype de la femme avec un syndrome post-traumatique et qui monté un mur pour se protéger. On sait bien qui est-ce qu’on préfère dans le fond x’). Le retour de Carter est donc un miracle, tout le monde est content (sauf sa sœur jumelle parfois, avec qui sa relation va être assez intéressante). Le petit gamin est assez drôle, il parle bien et a un bon jugement. Et bien sûr, des romances qui se font et défont, le côté rebelle etc. Effectivement, Carter peut paraître trop je-sais-tout (surtout vu son comportement de fille unique gâtée et capricieuse x’D) , mais Prescott a les épaules pour la rendre sympathique (ou alors c’est mon avis qui est biaisé x’D), tout comme le reste du cast.

fc2

On apprend qu’il ne faut pas se fier aux apparences, que les secondes chances existent, qu’une famille est capable de surmonter toutes les horreurs si tout le monde reste uni. Un drame familial qui traite de sujets plus ou moins sensibles comme la drogue, la délinquance, l’autorité. Pour une série pour ados, ça balaye pas mal de sujets et c’est plus réaliste dans le langage et dans les thèmes que d’autres de ABC tant qu’on accepte le postulat de départ. Saison 2 pour l’été prochain où on en apprendra plus sur les protagonistes du kidnapping de Carter ! (Petit plus, s’il y a une chanson que vous aimez bien, elle est indiquée sur le site de MTV…)

Je ne suis pas sûre d’avoir compris « Extant »…

Saison 1.

extant

« I went to space on a 13-month solo mission. I didn’t come home alone. » OKAY. Je pense que ça pose bien le concept de départ. Après le boom de Gravity, qui n’aurait pas deviné une prochaine série qui allait proposer de belles images de l’espace ? C’est ce qu’on espérait avec Extant, qui a pour héroïne Halle « Storm » Berry d’un côté et Goran « Kovac » Visnjic de l’autre. Le tout est endossé par Steven Spielberg en producteur exécutif (et dire que je m’étais déjà préparé les mouchoirs comme dans A.I. mais ils ont été totalement inutiles, même pour ce dernier épisode). Par-dessus le marché, il y a même l’une de mes réflexions favorites, la place des robots (humanoïdes de préférence) dans la société du futur (qui approche de plus en plus). Des extra-terrestres qui sortent de nulle part ajoutent une note de mystère… Questionnement philosophique à la noix, la foi en l’humanité, une belle photographique, alors que demander de plus ? Une histoire solide peut-être ? Quelque chose qui rende la série remarquable ?

104651_d0046b

Le gros problème de la série c’est qu’il ne s’y passe rien. Et pas dans le rien contemplatif où on baigne quand même dans une atmosphère intrigante, non, du rien où on s’ennuie car on remarque bien qu’ils essayent de nous intéresser en tentant quelques feintes et des actions. Il aura fallu attendre le dernier épisode (pour tous ceux qui n’auront pas abandonné en chemin) pour se dire enfin « ah, mais c’est sympa au final cette série, ils envisagent une saison 2 ? ». Car malheureusement, le reste de la saison n’est pas vraiment à la hauteur de son finale… En fait, toute l’histoire du complot m’a laissée de marbre. Molly était un élément trop proche de la paranoïa (à juste titre me direz-vous), un peu comme une Carrie Mathison de Homeland… mais en moins crédible. Car dans ces cas-là, il faut tout mettre et ne pas se retenir, ou alors on n’arrive pas à compatir aux malheurs… ce qui est le cas d’Extant. Pourtant, le petit gamin qui joue Ethan, Pierce Gagnon, est plutôt génial oO. Sérieusement, il a un petit quelque chose ce gamin qui le rend totalement flippant. C’était déjà le cas dans Looper (beaucoup moins dans Wish I Was Here, ça lui a plutôt desservi d’ailleurs car il ne souriait pas vraiment), il est beaucoup mieux que le petit blondinet qui jouait dans A.I. (et qui a tellement changé qu’il est méconnaissable) qui était mono-expressif mais qui ne reflétait ni peur, ni attachement, ni rien. Dans ce dernier épisode par exemple, le cœur de l’espoir humain repose (quasiment toujours) à un élément incontrôlable par l’être humain.

0e837b9e19c3453af8f4dec1c5b1bae6

Ce qui est bien, pour ce dernier épisode pas si catastrophique, c’est que la boucle est bouclée. Rapidement, mais on a plus ou moins des réponses à ce qu’on se demandait et ça pourrait constituer une fin en soi. Les ouvertures existent pour une potentielle deuxième saison, comme l’histoire des technophobes avec Odin (quel prénom quand même, rien qu’avec ça j’aurais eu des doutes sur-le-champ *oups*) et sa petite ribambelle de terroristes. C’était évident, certes, mais c’était probablement ce qui m’intéressait le plus. Si on remet en question la place de l’être humain, est-ce que le robot humanoïde a une âme, des sentiments ? Nul besoin de parler de religion pour se demander s’ils ont le droit d’être considérés comme des êtres vivants pour disposer de droits ? J’aurais bien voulu connaître le point de vue de Real Humans dans une saison 3, mais j’ai appris récemment que c’était définitivement annulé x’). Concernant les méchants de la saison, ils sont portés disparus pour cet épisode ^^’ (mis à part le gamin qui ressemble à Jaden Smith en version robot). C’est un peu dommage, ils auraient pu former une petite résistance pour contrer le délire de Molly, mais je suppose qu’ils en ont assez fait…

Bon, c’est pas top, clairement (je ne comprends pas pourquoi j’ai fini la saison ‘-‘), en tout cas, au fond, j’espère qu’on n’aura pas de saison 2. Mais c’était quand même agréable d’avoir des acteurs compétents toute la scène même s’ils n’avaient pas le script qu’ils méritaient…

La saison 5 de ‘Warehouse 13’ n’existe pas…

Une illusion de saison 5.

Non. Elle n’existe pas. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. C’était un gros malentendu en fait. Pyka n’existe pas. Il n’y a pas de déménagement de l’entrepôt. Rien. Tout ça n’était qu’un rêve. Ou plutôt, juste l’effet d’un artefact, ils ont été « whammied » quoi. Bon, je suis peut-être un peu biaisée… Bon, c’est vrai, avoir une extension d’une série qu’on apprécie est toujours mieux que rien, même si parfois… Bref. Six épisodes de malheur. Sans lien logique, juste des stand-alone (comme la plupart des épisodes de la série, mais la saison 4 avait un peu relevé le niveau). Pour chacun des personnages. Okay, Claudia, son rôle de caretaker est plutôt une bonne idée x’). Mais tout l’arc avec sa sœur est juste ridicule ? D’où elle sort celle-là ? Ils auraient pu ramener Joshua et le faire interagir un peu au lieu de ramener une sœur inutile d’entre les morts… Pourtant, je pense que c’est vraiment elle qui a le plus évolué au long de la série, dans la maturité principalement, comme son interprète, Allison Scagliotti. Au final, c’était vraiment elle la mieux placée pour remplir ce rôle de caretaker. Eh oui, même si la dernière scène est un peu étrange, dans ce futur suffisamment lointain pour qu’ils se baladent en combinaison argentée, la présence de Claudia (ils auraient pu la vieillir un peu quand même) était réconfortante parmi des nouvelles versions d’Artie, Pete et Myka.

Warehouse-13-series-finale-Endless-Myka-Pete-Claudia-Jinks-and-Artie-back-together-one-last-time

Endless Terror : Pour mettre en opposition avec « endless wonder » x’). Pour une reprise, c’était très léger, mais c’était assez plaisant de voir Anthony Head dans la série. C’est la suite directe de ce qui s’était passé à la fin de la saison 4 (PETE, TES CHEVEUX, POURQUOI ?!). Et miracle, on reparle du cancer de Myka qui avait été passé sous silence (et qui le restera ensuite x’). Hourra aussi pour la participation de Mark Sheppard (merci la restauration de la timeline) qui ramène la grosse surprise du moment. CLAUDIA A UNE SŒUR ??? Et l’autre thème central de cette saison, la romance entre Pete et Myka… Alchimie qui existe entre Eddie McClintock et Joanne Kelly, certes, mais en tant que meilleurs amis voire frère et sœur, mais certainement pas en tant qu’amants. Quelle idée… Du coup, vous imaginez le commencement un peu maladroit et surtout le manque d’alchimie entre les deux acteurs de ce côté-là.

Secret Services : C’est vraiment l’occasion de revoir les vieux de la vieille et de rappeler que même si au début on ne s’apprécie pas, l’amour est quand même là. Les anciens collègues de Pete et Myka sont là pour donner l’exemple. L’affaire est totalement reléguée au second plan pour des petites blagues en faveur de leur relation. Et surtout pour que le spectateur puisse se faire à l’idée d’un Pyka *vomit*. De l’autre côté, encore des cachotteries avec Claudia de la part d’Artie… rien de nouveau à l’horizon. Episode assez oubliable.

Warehouse 13 - Episode 5.03 - A Faire to Remember - Promotional Photos (7)

A Faire to Remember : Mis à part les costumes plutôt sympathiques (et la jalousie de voir une reconstitution x’), un autre épisode assez oubliable. Le petit changement de couplage, le fait que Jinks soit parti avec Pete changeait la dynamique, j’aime beaucoup quand ils ne sont pas avec leurs partenaires habituels. Mais l’histoire avec Claire, la sœur de Claudia, reste quand même très relou. J’en ai marre que malgré son évolution elle n’en fasse toujours qu’à tête, alors qu’Artie l’a mise en garde maintes et maintes fois, mais non, ça ne rentre pas.

Savage Seduction : Okay. Drôle. Très drôle. Que ce soit le dédoublement de Steve pour l’autre moitié de l’épisode en espagnol (assez mauvais soit dit en passant)… Et le retour de Kelly :’). Mais ce qu’il ne servait à rien x’D. C’était vraiment histoire « de faire rire ». Inutilité bonjour. Et comme d’hab, toutes les questions qu’on peut se poser restent latentes, et on s’approche dangereusement de la fin (sur six épisodes quoi)…

Warehouse 13 - Episode 5.04 - Savage Seduction - Promotional Photos (4)

Cangku Sishi : On revient dans le vif du sujet, mais du grand n’importe quoi avec cette Claire-robot. Depuis quand il y a des artefacts comme ça ? Bref, c’est le gros bordel, l’Entrepôt est encore en danger, on sait pas quoi faire face à Valda qui semble régner en grand méchant (normal, Sheppard est l’un des meilleurs vilains de l’histoire sériesque x’). Et l’idée de déménager l’Entrepôt est bonne, vraiment. Ça pouvait donner un renouveau à la série. Bon, pour ça, il fallait asseoir les relations, que ce soit celle d’Artie avec Vanessa ou la Pyka…

Endless : Whaou. C’était un peu triste quand même. Boucler une saison, une série, des années passées ensemble. C’est toujours triste. Et c’est triste de voir des flashbacks des moments « qui ont changé leur vie » (qu’on n’a jamais vu au cours de la série bien sûr. La petite mention (et brève apparition) de HG (Jaime Murray !) était nostalgique (horrible que ce ne soit pas avec Myka d’ailleurs). Enfin, mon rêve secret était qu’elle participe plus à la dernière saison et que ça finisse sur un HG/Myka, mais bon… Leurs souvenirs à mettre dans leur time capsule étaient bien beaux quand même. Et c’est la fin. Comme ça. On ne sait pas s’ils vont vivre, mourir, continuer à se fréquenter, fin relativement ouverte et qui laisse un goût amer au visionnage…

Warehouse-13-series-finale-Endless-Allison-Scagliotti-as-Claudia-Donovan

En fait, ce n’est pas tant que ce soit mauvais. C’est plutôt plein d’espoir, avec une certaine affection mais malgré tout, c’est sur un sentiment d’échec que se termine la série. Ce n’est pas une belle fin. Mais au moins, ça en a une. La série a rempli son rôle, c’était divertissant, sans prise de tête (et encore moins de réflexion), les personnages étaient attachants, des références culturelles étaient parsemées partout, les gens étaient relativement beaux. Ça me manquera :’). Les blagues vaseuses de Pete, l’intelligence de Myka, la ronchonnerie d’Artie, la coolitude de Claudia, l’élégance de HG, la zenitude de Jinks, le mystère de Mrs. F, la gentillesse de Leena :’).

Pas si ‘dreadful’ que ça…

Retour sur la saison 1.

20140509HOPennyDreadful2-1

Pour tous ceux qui ont rêvé de voir un jour La ligue des gentlemen extraordinaires en série :’D. Eh non, je ne parle pas du projet qui est en développement chez la FOX mais bien de Penny Dreadful de Showtime, créée par John Logan à qui on doit notamment les scénarios de Gladiator, Aviator, Skyfall pour n’en citer que quelques uns… Une série qui m’a presque réconciliée avec l’horreur et le surnaturel (je dis presque, car j’ai testé The Strain après, et c’était pas possible en fait…) et avec Eva Green.

La première chose qui frappe dans Penny Dreadful, c’est son ambiance. A la limite du gothique (je dis limite car même si ça ne manque pas de noir et de macabre, ça manque de romantisme parfois), des couleurs altérées à la Bryan Fuller (autant de gore artistique, on est obligés d’y penser), une Angleterre victorienne propice aux monstres… Si on devait adapter les Anne Rice en série, ce serait cette ambiance là qui serait la plus correcte. Le spectateur est dans cet état de semi-tension où il sait que quelque chose va se passer, mais il ignore sous quelle forme… La mise en scène est très minutieuse, des décors authentiques aux costumes travaillés, voilà un period drama qui a du budget. Alors oui, on passe de la possession de corps aux vampires, puis des créatures ressuscitées d’entre les morts sans oublier les loups-garous (et bientôt les chamans x’D ?) mais le tout sur un fil rouge qui ne faiblit. Le spectateur est happé durant 55 minutes par la quête de Mina. Mina Murray, c’est la future femme de Jonathan Harker, la meilleure amie de Lucy Westenra (l’histoire est un peu plus suivie dans Dracula de NBC, mais bon, passons l’annulation x’) qui n’est pas Vanessa Ives d’ailleurs, je m’étais posé la question au début x’), la proie de Maître Dracula de qui elle tombe sous le charme (dont j’ai hâte de voir le visage prochainement j’espère), la fille de Sir Malcolm Murray explorateur de renom (qui n’est pas Allan Quatermain *sort*). Mina qui finit par connaître un sort bien funeste à la fin de cette saison 1. Très rapidement. Un coup de pistolet. Et moi qui pensais que la saison 2 allait poursuivre cette histoire… du coup, je suis perplexe, où vont-ils aller dans la suite ?

1000323_1_0_prm-trailer4_1024x640

Enfin, ce ne sont pas les questions qui manquent, bien entendu. Tous les personnages ont leur arc qui n’est pas forcément fini. C’était un point négatif de la série pour moi, au début, quand les divergences ont commencé. Mais ça s’intégrait bien, puis l’histoire principale continuait d’avancer, les arcs étaient intéressants en eux-mêmes. Même si les flashbacks étaient parfois trop longs… Par exemple, tout l’épisode centré sur la jeunesse de Vanessa aurait pu être disséminé ci et là plutôt qu’un épisode entier… Bref, donc, Ethan (interprété par un Josh Hartnett revenu d’entre les morts) est un loup-garou, okay, on commençait à le soupçonner fortement là, mais comment et pourquoi ?! Comment sera le nouveau visage de Brona (Billie Piper qui n’a pas vraiment eu du temps à l’écran à part être dans un lit et tousser) quand elle devra entrer dans la peau de la nouvelle créature de Frankenstein (un Harry Treadaway qui va finir plus connu que son frère Luke :’) ? Est-ce qu’on va revoir Dorian Gray (qui me saoule vraiment, je ne sais pas pourquoi ils ont pris un gamin qui semble avoir 12 ans, ils auraient pu en prendre un qui semble avoir 20 ans au moins… et moins éphèbe mais plus apollon ‘-‘) et surtout est-ce qu’il va être plus utile que dans cette saison 1 ? Puis c’est quoi le problème avec Vanessa là (c’est vrai qu’Eva Green est parfaite dans le rôle, son côté mystérieux surtout quand elle plisse les yeux à moitié –‘) ? Les questions habituelles quoi x’D.

PennyDreadful_108_1469.r_article_story_large

Bien sûr, c’est ce mélange de références qui est l’une des originalités et point fort de la série. Je trouve ça malin qu’ils aient pris Sir Malcolm (Timothy Dalton, tout en élégance comme sait le faire James Bond) comme point de convergence alors qu’ils auraient pu prendre Van Helsing beaucoup plus facilement, connu pour être un chasseur de vampires. Mais l’aspect explorateur rend le personnage plus charismatique voire plus humain, comme ils l’on fait dans La ligue des gentlemen extraordinaires. Les similarités avec le film ne s’arrêtent pas là. Ethan Chandler pourrait être vu comme un Tom Sawyer, Victor Frankenstein comme un Dr Jekyll… Mais ça ne me dérange pas du tout. Ce qui me gêne plus, c’est que tout le monde est très intelligent dans cette série x’D. Même l’Américain manipulateur se révèle parler couramment latin. S’il vous plaît. Caliban passe son temps à lire et à réciter des vers. Il n’y a pas une personne d’intelligence normale ! Okay, peut-être Brona, mais je ne suis pas sûre qu’elle compte…

« Penny dreadful » c’était un genre de magazines/publications qu’on achetait un sou à l’époque. En gros, nos romans populaires à quatre sous x’D (oui, je pense à Gérard de Villiers et à ses S.A.S. *sort*). Qui pouvaient faire un tabac mais qui n’était pas pris aux sérieux. Ben je peux vous dire qu’on prend la série au sérieux ! C’était une très belle histoire, et j’ai hâte de voir la saison 2.

C’est pas si gentil un ange… « Dominion »

Saison 1 de 8 épisodes.

Dominion

J’admets, j’ai eu un grand coup de cœur pour Dominion. Qui a énormément de défauts (et est très mal jouée), mais qui est quand même située dans un univers très très riche. Pour ceux qui n’auraient pas vu le film Legion (avec Paul Bettany), ils ont repris le concept des anges qui veulent exterminer l’humanité sous la bannière de Gabriel. Et bien sûr, traître à son espèce, Michael essaye de nous sauver. Dominion étant une série, a pu développer encore plus la mythologie autour. Et c’est ça qui me plait le plus. Car clairement, les autres choses… rien ne va.

Les acteurs. Le héros, Alex Lannon aka l’élu (Neo quoi x’) est un militaire blondinet interprété par Christopher Egan qui s’est cru dans un Kings transposé dans le futur. Il ne fait donc que froncer les sourcils, crier pour se faire entendre, et utiliser de sa position avantageuse d’élu pour que tout le monde se rallie à son opinion. Très buté, il est sûr d’avoir raison tout en se plaignant alors qu’on ne cesse de lui expliquer sans relâche que tout n’est pas blanc ou noir… A côté de ce Kiwi (oui, blondeur, Australien toussa…), il y a pléthore d’Anglais ! On pourrait donc espérer qu’au niveau de la comédie, ça aille plus ou moins… Mais malheureusement, ils ont eu la brillante idée de recruter Anthony Head et de lui mettre un accent américain. Oui, lolilol. Alors effectivement, il est détestable à souhait en tant que membre important du conseil administratif, mais ils ont dû oublier quelque chose dans la procédure… Ensuite, le plaisir des yeux de la série, Roxanne McKee (qu’on avait vue dans la saison 1 et 2 de Game of Thrones en tant que Doreah aux côtés de Daenerys) promet d’avoir un développement de personnage intéressant mais tire bien sur le mélo également. Tom Wisdom (vu dans The Boat That Rocked en Mark) n’est pas désagréable en Michael, ange protecteur qui tente d’étouffer ses envies de sang… D’accord, il est principalement mono-expressif, mais justement, quand il se lâche, c’est vraiment sympa et il se bat plutôt bien. On aperçoit aussi la rousse qui a joué l’assistante d’Irene Adler dans Sherlock, un Néo-Zélandais etc… Bref, le cast n’est pas repoussant, au contraire, mais je blâme principalement Egan pour ce manque de fluidité.

about_139784327293___CC___685x385

L’histoire. Pardon, plutôt le cliché de l’histoire. Oh, des tatouages viennent marquer la peau d’un soldat inconnu jusque-là (mais bien sûr qui entretient une relation secrète avec la 2e personne la plus importante de la ville) et le désigne comme l’élu qui va sauver l’humanité de l’obscurité et de la menace des anges… Evidemment des anges « bons » se sont cachés au sein de la communauté pour vivre comme des humains et aucun humain ne s’en était douté… Bien sûr, la meilleure amie/amante à ses heures perdues du héros devait faire partie du lot. Sans oublier une histoire de conspiration pour renverser la ville par des dissidents internes mais les ennemis extérieurs… Les deux voire trois derniers épisodes relèvent un peu le niveau et donnent envie de continuer maintenant qu’il y a un fil conducteur. Les dialogues n’ont aucun sens de l’idée de destinataire, on dirait plutôt des personnages qui tentent d’expliquer au spectateur ce qu’il se passe plutôt qu’une vraie conversation normale entre deux personnes. Beaucoup beaucoup de forme pour faire croire qu’il s’agit de l’aristocratie… Je ne parle pas de la sous-utilisation des anges, mais je pense que ce sera d’avantage mis en avant dans la prochaine saison…

140703_2796227_The_Flood_anvver_2_1100x620_302203971996

Personnellement, c’est vraiment la mythologie et l’univers qui m’attirent. Vega fonctionne sur un système de castes (c’est bon, je tilte), où tout est un peu immuable. Des villes se sont créées après l’extinction (l’histoire se passe 25 ans après l’Extinction), on entend notamment parler d’Helena (ville où il ne semble y avoir que des femmes) entre autres. Politique, économie, il y a un bon fond de conspiration. Mais là où ça devient vraiment intéressant, c’est l’aspect religieux bien entendu. Que ce soit la secte des disciples humains de Gabriel (j’aime bien l’opposition Gabriel/Michael et même l’apparition d’Uriel) ou l’éternelle question de « Dieu nous a-t-il abandonnés ? » en passant par l’interrogation « que nous veulent les anges ? », forcément, ça intervient à un moment. Allez savoir pourquoi, mais quand j’entends parler d’anges, ça me fait toujours penser à Angel Sanctuary, le manga x’D. Rien à voir en l’occurrence, même si on retrouve des anges/anges déchus x’). Les effets spéciaux ne sont ni bons ni mauvais, même si je trouve qu’au fur et à mesure SyFy s’améliore vraiment :’).

Dominion_061614_Main

Plaisir coupable ? Certes (gros coup de cœur sur Michael et Arika surtout x’D). J’irai même jusque dire que j’ai vraiment envie de voir la saison 2 si elle est commandée car le cliffhanger de la fin est juste ridiculement drôle ! Pourtant, je ne m’attendais pas vraiment à aimer (déjà, j’ai lutté pour regarder le pilot, sans savoir de quoi ça parlait en le lançant), c’est très surnaturel, mais la dimension du mythe si elle est approfondie peut vraiment rendre la série novatrice. Car là… Mais je trouve le couplage de diffusion Dominion/Defiance  plutôt intelligent :’).