Les bandes-annonces en direct du TIFF

Actuellement, on est en plein milieu (enfin plutôt vers la fin) du Toronto International Film Festival (acronyme en TIFF x’). Chaque année, mi-septembre, quelques films majeurs (dont ceux qui seront probablement en lice pour les Oscars) se retrouvent à Toronto depuis 1976. Ce qui est sympa dans ce festival c’est qu’il n’y a pas de jury, pas de prix officiel mais plutôt que des prix du public ^^. Ainsi, en 2001, c’était un petit film de chez nous qui a remporté l’adhésion du public… eh oui, Le fabuleux destin d’Amélie Poulain a fait un tour au Canada. A la base, le TIFF s’appelait « The Festival of Festivals » car son but était de rassembler les meilleurs films qui courraient déjà le circuit des festivals. De nos jours, certains films font carrément leur début pendant le TIFF. Bref, après ce point généralités, j’ai sélectionné quelques films qui m’ont fait de l’œil dans leur sélection. Il faut savoir, un peu comme les films sélectionnés à Sundance, on ne les verra dans nos salles obscures que dans très longtemps voire jamais x’).

Titre : Parkland (sortie le 2 octobre 2013)

De : Peter Landesman

Avec : Zac Efron, Marcia Gay Harden, James Badge Dale, Billy Bob Thornton, Paul Giamatti, Tom Welling

Synopsis Allociné : 22 novembre 1963 : le président américain John F. Kennedy est assassiné à Dallas (Texas) et le monde change alors pour toujours. Une poignée de personnes ordinaires sont soudainement confrontées à des circonstances extraordinaires qui transformeront leur vie : les jeunes docteurs et infirmières de l’hôpital Parkland, le chef du bureau des services secrets de Dallas, le caméraman qui immortalise involontairement la tragédie sur pellicule – ce film deviendra le plus vu et le plus commenté de l’Histoire –, les agents du FBI qui tiennent le tueur à portée de main, le frère de Lee Harvey Oswald laissé seul avec sa famille dévastée, et enfin les agents de sécurité du président Kennedy, tous témoins du drame et de la nomination du vice-président Lyndon Johnson à la tête d’une nation dont l’innocence est à jamais perdue.

Qu’est-ce qui accroche ? : Ça a beau être adapté d’un bouquin (de Vincent Bugliosi, Four Days in Novembre: The Assassination of President John F. Kennedy qui retrace les évènements du jour de l’attentat et des trois jours suivants visiblement), j’aime beaucoup quand il s’agit de faits réels :’). Puis même si les critiques ont été moyennes, je suis toujours pour Zefron bien sûr… Et le casting est quand même assez intéressant. En plus le style « vintage » avec des images d’archives est assez original. Enfin, peut-être plus original maintenant, mais ça change un peu. Puis le point de vue du côté d’Oswald promet d’être intéressant.

Actor’s Chart : Tiens, ça me fait penser que Parkland est justement l’un des films qui est projeté pour la première fois au TIFF. Oh et Tom Welling ? Le retour de Clark Kent quoi x’D.

———————-

Titre : Kaze Tachinu (Le vent se lève, il faut tenter de vivre le titre à rallonge en VF sortie le 15 janvier 2014)

De : Hayao Miyazaki

Avec : Honnêtement, je pense qu’on s’en fiche x’)…

Synopsis Allociné : L’histoire de l’ingénieur japonais Jiro Horikoshi, connu pour avoir créé l’avion de chasse Mitsubishi A6M, surnommé chasseur Zero et devenu le symbole de la lutte aérienne du Japon durant la Seconde Guerre mondiale.

Qu’est-ce qui accroche ? : Dernier Miyazaki en date avant très longtemps… J’aime bien la 2nde Guerre Mondiale, et je suppose que la voir à travers les yeux des Japonais peut être très beau. Car on est loin de Mémoires de nos pères, hein. On est dans une animation qui joue avec la poésie et la beauté sonore. Puis même s’il s’agit d’un film d’animation, il s’agit encore une fois d’une inspiration sur des faits réels, donc l’ingénieur en question. Et je trouve ça bien chouette :’D. Je n’aime pas les Miyazaki habituellement, mais celui-là a l’air moins fantaisiste que ces films précédents alors je garde espoir. Puis ça a l’air triste, et Dieu sait combien les animations japonaises dramatiques sont belles *sort*.

Actor’s Chart : Je ne sais pas trop pas pourquoi ils ont choisi une phrase de Paul Valéry pour la traduction oO mais bon, pourquoi pas… Sûrement avec une bonne raison, mais aucune idée de laquelle. Il paraît que le film aurait créé la polémique au pays du Soleil levant car trop de scènes montraient des fumeurs partout. Okay… Sinon, Miyazaki souhaite se concentrer sur des courts-métrages et ne fera sans doute plus des longs, c’est ce qu’on verra aussi x’).

———————-

Titre : 12 Years a Slave (sortie le 22 janvier 2014)

De : Steve McQueen

Avec : Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Paul Dano, Benedict Cumberbatch

Synopsis Allociné : New York, 1841. Solomon Northup, un jeune afro-américain, est kidnappé et réduit à travailler comme esclave dans des champs de coton en Louisiane. Son calvaire durera près de 12 ans.

Qu’est-ce qui accroche ? : Encore une adaptation, d’une histoire vraie tirée des mémoires de Northup cette fois-ci x’D. Je vais finir par croire que j’ai un « style ». Ou tout simplement parce qu’il y a encore un cast de fous. J’aime bien tout ce qui parle de la ségrégation, de la libération, de l’égalité ou tous ces principes propres aux droits de l’homme en général ^^. Souvent, ça donne de beaux discours, des scènes émouvantes et quelques rôles inoubliables.

Actor’s Chart : Quand je vois Ejiofor, je pense toujours à Serenity bien sûr x’D. Donc le voir dans un rôle de gentil me fait tout bizarre. Ah tiens, y a Sarah Paulson aussi dedans :’D. Pour moi, j’ignore pourquoi, mais je le sens bien remporter l’Oscar du meilleur film au bout de la route x’D. Enfin, y a le temps de voir… Contrairement au Lee Daniel’s Butler, ce film transmet un message plus universel je trouve…

———————-

Titre : August: Osage County (sortie le 5 février 2014)

De : John Wells

Avec : Julia Roberts, Meryl Streep, Ewan McGregor, Benedict Cumberbatch

Synopsis Allociné : Violet Weston, une mère toxicomane devenue veuve, est contrainte de reprendre les commandes de la famille, tandis que sa fille aînée Barbara connaît une grave crise conjugale…

Qu’est-ce qui accroche ? : J’aime bien comment ils parlent dans ce film x’D. Puis bon, c’est un drame familial avec une belle histoire de vie (comme l’indique les plans de soleil couchant/levant de la BA) avec un tas de stars alors je ne vais pas dire non x’). Encore une adaptation huhu, d’une pièce de théâtre cette fois-ci, on verra bien ce que ça donne. Même si la part est belle pour Roberts alors que ça n’aurait pas forcément été la personne sur qui j’aurais centré les choses, il semble avoir pas mal d’humour également. Mais bon, qui dit drame avec des stars, dit Oscars à la clé.

Actor’s Chart : C’est la première fois que Roberts joue avec Streep qui est parait-il, son actrice préférée… A l’origine, le rôle de Juliette Lewis devait être joué par Andrea Riseborough qui n’a pas pu se libérer malheureusement. Cumby est bien occupé, il est à l’affiche de pas moins de trois films dans le festival avec The Fifth Estate dans le rôle de Julian Assange (que je suis assez curieuse de voir) et dans 12 Years a Slave plus haut.

———————-

Titre : Kill Your Darlings (sortie prochainement…)

De : John Krokidas

Avec : Daniel Radcliffe, Dane DeHaan, Michael C. Hall, Ben Foster, Elizabeth Olsen

Synopsis Allociné : Une 1944, un meurtre commis par l’un de leurs amis rassemble les chefs de file de la Beat Generation, les poètes Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William S. Burroughs.

Qu’est-ce qui accroche ? : OHLALA. Depuis qu’il a été annoncé, je l’attends rhaaa. C’est un peu un casting « indé » de rêve. On aura beau dire tout ce qu’on veut sur Radcliffe, il a vraiment des projets intéressants. En plus, pour une pseudo littéraire comme moi, voir un film sur la beat generation, que demander de plus ?! Kerouac et Carr ohlala. Michael C. Hall qui stalke Dane DeHaan ? Ohlala. Mon fangirlisme n’en peut plus. Bon, niveau véracité on repassera sans doute, mais qu’importe, c’est une fiction avant tout !

Actor’s Chart : Le film avait été prévu avec un premier cast de comédiens tels que Chris Evans, Jesse Eisenberg, Ben Wishaw… mais les finances n’ont pas suivi et finalement c’est tombé à l’eau. Bon, j’aurais voulu qu’ils gardent Wishaw quand même, mais avoir à sa place Foster, ça change un peu je suppose ^^.

———————-

Titre : All the Wrong Reasons (sortie un jour j’espère)

De : Gia Milani

Avec : Cory Monteith, Kevin Zegers, Emily Hampshire, Karine Vanasse

Synopsis Allociné : L’histoire de quatre personnages qui doivent lutter pour survivre après un traumatisme.

Qu’est-ce qui accroche ? : Le résumé est très concis x’). Honnêtement, quand j’ai vu la note IMDb je me suis dit que c’était juste parce que Monteith avait trépassé… Oui, c’est peut-être cynique, mais c’est malheureusement la société d’aujourd’hui. Puis après, j’ai regardé la BA. Et je me suis dit « oh, mais ça a l’air pas mal du tout »… Donc oui, j’ai fait ma mauvaise langue. Les personnages ont l’air vraiment intéressant et plein de cette « étrangeté » qui font qu’ils nous intriguent et apportent une douceur à l’ensemble.

Actor’s Chart : Enfin un film « original » haha. C’est une production canadienne, ce qui fait que tout le cast fait partie des gentils caribous. Et ça rend bien ! Je suis contente de voir le petit Zegers dans quelque chose de plus malin que Mortal Instruments ainsi que de retrouver Vanasse après l’arrêt de Panam. Concernant Monteith, il a un autre film pas encore sorti…

———————-

Pfff en fait, il y a tellement d’autres films qui m’ont tapé dans l’œil que je ne pourrais pas tous les citer… Dom Hemingway pour pouvoir voir Emilia Clarke dans un autre registre, The Invisible Woman pour le côté film d’époque, le diptyque The Disappearance of Eleanor Rigby (Him & Her) à cause du titre :’D, The Love Punch car ça a l’air d’être une bonne comédie britannique, le docu sur Salinger car il reste un mystère, Night Moves pour pouvoir descendre Jesse Eisenberg, et bien d’autres encore… C’est drôle car la plupart des acteurs présentent tous plusieurs films sélectionnés ^^. Il faut voir aussi le panel programmé… Et le tout finit dimanche :’).

Bientôt sur les écrans…

Titre : The Butler (Le majordome en VF sortie le 11 septembre 2013)

De : Lee Daniels

Avec : Forest Whitaker, Oprah Winfrey, Mariah Carey, John Cusack

Synopsis Allociné : Le jeune Cecil Gaines, en quête d’un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. C’est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale. À la maison, sa femme, Gloria, élève leurs deux fils, et la famille jouit d’une existence confortable grâce au poste de Cecil. Pourtant, son engagement suscite des tensions dans son couple : Gloria s’éloigne de lui et les disputes avec l’un de ses fils, particulièrement anticonformiste, sont incessantes.

Qu’est-ce qui accroche ? : C’est un biopic. Et c’est toujours culturellement intéressant :’p. Bon, c’est une adaptation libre d’un majordome qui a réellement existé avec un nom différent. Je pense que le fait que ça se passe un peu à la Maison Blanche m’a parlé ^^. J’ai vu plein de pubs pour ce film dans la rue.

Actor’s Chart : Cusack joue pour la 2e fois sous la direction de Lee Daniels (tout comme Mariah Carey d’ailleurs, mais elle c’était dans Precious précédemment). C’est lui qui avait réalisé Paperboy. D’ailleurs, à la base, Nicole Kidman et Zac Efron (dit Zefron) étaient également attachés au projet. Mais finalement ça ne s’est pas fait. La déferlante des acteurs s’explique avec les nombreux présidents. D’ailleurs, c’est la 2e fois que Robin Williams en joue un. Oh et franchement… Minka Kelly en Jackie Kennedy oO ? Sérieusement ?

———————-

Titre : Rush(sortie le 25 septembre 2013)

De : Ron Howard

Avec : Chris Hemsworth, Daniel Brühl, Olivia Wilde, Natalie Dormer

Synopsis Allociné : Situé durant l’âge d’or de la Formule 1, RUSH retrace le passionnant et haletant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire du sport ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari. Issu de la classe des privilégiés, charismatique et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. RUSH suit la vie instable de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace leur rivalité depuis leurs débuts.

Qu’est-ce qui accroche ? : Je suis une trèe grande fan de Daniel Brühl :’). Je le trouve extra, autant en gentil Allemand qu’en méchant, ou en pseudo Français ou dans un film espagnol. Là, c’est l’occasion qu’il se fasse vraiment connaître dans une production américaine. Après, les courses de F1 c’est pas vraiment mon trip à la base, mais pourquoi pas x’D. Et y a Jaqen H’ghar :’D. Vous savez, cet homme parle de lui à la troisième personne, valar morghulis :’D. Bref, j’ai juste trouvé ça divertissant, en plus, ça tombe pendant la semaine de mon retour pour rentabiliser ma carte UGC x’D.

Actor’s Chart : Ron Howard wut wut. C’est aussi basée sur une histoire vraie, mais ils n’ont pas pu utiliser les images d’archive de l’accident. Autre chose, ce ne sont pas de vraies F1 qu’ils pilotent mais en fait des F3. Ne connaissant pas du tout le sujet, je laisse aux experts le soin de comprendre x’D.

———————-

Titre : Runner Runner (Players en VF sortie le 25 septembre 2013)

De : Brad Furman

Avec : Justin Timberlake, Ben Affleck, Gemma Arterton, Ben Schwartz

Synopsis Allociné : Richie, étudiant à Princeton, joue au poker en ligne pour payer ses frais de scolarité. Lorsqu’il se retrouve ruiné, et persuadé d’avoir été arnaqué, il décide de s’envoler pour le Costa Rica afin de retrouver la trace d’Ivan Block, le créateur du site. Ivan prend Richie sous son aile et l’amène à intégrer son business. Sentant grandir le danger et réalisant les ambitions démesurées de son boss, Richie va tenter de renverser la donne en sa faveur.

Qu’est-ce qui accroche ? : Beeeen, ouais, j’ai mis cette BA juste pour Arterton haha (même si je sens que son rôle va être assez pourri). Mais avec ces quelques images, c’est assez dynamique, un bon divertissement. Après, le réal avait créé l’événement avec La Défense Lincoln quand c’est sorti, donc ça pourrait être une bonne surprise.

Actor’s Chart : C’est la première fois que Ben Affleck joue un vrai méchant visiblement. On verra s’il est crédible. Sinon sur une toute autre touche, je suis assez contente qu’il fasse Batman :’). Voilà :’).

———————-

Titre : Snowpiercer (ou Le Transperceneige en VF sortie le 30 octobre 2013)

De : Bong Joon Ho

Avec : Chris Evans, Octavia Spencer, Tilda Swinton, Jamie Bell

Synopsis Allociné : 2031. La terre n’est plus qu’une étendue gelée. Les derniers survivants sont à bord d’un train condamné à tourner autour de la terre.

Qu’est-ce qui accroche ? : J’en avais pas du tout entendu parler… Pourtant ça a l’air sympa comme film de SF oO. Je regardais un peu la filmo de Bell et je suis tombée dessus et la BA m’a de suite accrochée. Le concept m’intrigue énormément, ça me fait un peu penser à La Compagnie des Glaces de G-J Arnaud avec le gel et l’importance des trains. Et en plus, c’est réalisé par un Coréen (le réal de The Host que j’ai pas vu), y a de quoi intriguer ^^. De toute façon, dès que ça parle de castes, de système dictatorial, j’en suis x’D.

Actor’s Chart : Je ne vais rien dire sur le titre français car en fait, c’est adapté du roman graphique Le Transperceneige. Je n’ai aucune idée de la conformité de l’adaptation, on verra les critiques je suppose ^^.

———————-

Titre : Inside Llewyn Davis (sortie le 6 novembre 2013)

De : Ethan Coen, Joel Coen

Avec : Oscar Isaac, Justin Timberlake, Carey Mulligan, Garrett Hedlund

Synopsis Allociné : lewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu’un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu’il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n’importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu’à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman, avant de retourner là d’où il vient.

Qu’est-ce qui accroche ? : J’ai bien aimé le concept que ce soit les stars qui sont secondaires par rapport à l’acteur principal :’). Enfin, Isaac n’est pas non plus un inconnu, on a pu le croiser dans Drive, Sucker Punch etc. mais clairement moins connu que ses collègues. Ça faisait longtemps que j’avais pas vu un frère des frères Coen et encore plus que je n’en avais pas bien aimé un… alors on verra bien. Puis l’histoire est centrée autour d’un chanteur, ils ont fait exprès de prendre des acteurs-chanteurs (je rappelle Hedlund et le ô combien insipide Country Strong) qui reprennent des covers de chansons de folk. Oh, aurais-je oublié de mentionner Carey Mulligan ? Ah non, c’est fait, pardon :’p.

Actor’s Chart : Sélectionné à Cannes, le film a reçu des critiques mitigées… Concernant la BO d’ailleurs, elle est produite conjointement par Marcus Mumford, ouaip, le leader de Mumford and Sons et également mari de Mulligan :’).

———————-

Titre : A.C.O.D. (sortie un jour j’espère)

De : Stuart Zicherman

Avec : Adam Scott, Jane Lynch, Richard Jenkins, Amy Poehler, Jessica Alba, Mary Elizabeth Winstead

Synopsis Allociné : Un homme adulte découvre qu’il a été enrôlé malgré lui dans une étude sur les enfants divorcés.

Qu’est-ce qui accroche ? : C’était trop dur de réduire la liste des acteurs alors j’ai dû en mentionner un peu plus… Allô ? Vous avez vu le casting ? Bref, j’ai peur malheureusement que ce soit trop « malin » et que les gens n’accrochent pas à l’humour du coup. Mais avec la BA, si j’ai un reproche, c’est l’impassibilité d’Adam Scott. Enfin, je peux comprendre que ce soit usant à la longue. Et comment peut-il préférer Alba à Winstead :’O ?!

Actor’s Chart : C’est le premier long-métrage du réalisateur, les critiques sont positives mais pas extra, de toute façon si un cast faisait tout on aurait tout le temps des bons films ‘-‘. Tous les tatouages qu’on voit sur Alba sont des faux *sort*. Je vais quand même mentionner le fait que Scott et Poehler joue un couple dans Parks and Recreation au cas où il y aurait des gens qui ne regarderaient pas encore la série x’).

Coming soon…

Titre : Star Trek Into Darkness (12 juin 2013)

De : J.J. Abrams

Avec : Chris Pine, Benedict Cumberbatch, Zoe Saldana, Zachary Quinto, Simon Pegg

Synopsis Allociné : Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos… Dans un monde en guerre, le Capitaine Kirk, animé par la vengeance, se lance dans une véritable chasse à l’homme, pour neutraliser celui qui représente à lui seul une arme de destruction massive. Nos héros entrent dans un jeu d’échecs mortel. L’amour sera menacé, des amitiés seront brisées et des sacrifices devront être faits dans la seule famille qu’il reste à Kirk : son équipe…

Qu’est-ce qui accroche ? : A part pour Cumby, et peut-être parce qu’il s’agit d’un film de SF, je dirais qu’il n’y a pas grand-chose qui m’intéresse dans ce film… Heureusement que Simon Pegg est toujours là avec le petit Yelchin :’/. Certes, les effets seront plutôt jolis, ce sera certainement épique, mais sinon… J’en sais rien, j’ai pas trop envie de le voir sauf pour le trasher après visionnage en fait. Mais de quelqu’un qui n’avait pas aimé le premier opus, j’ai eu un bon écho, alors pourquoi pas :’O. Puis si on ne le voit pas au cinéma, on perd tout l’intérêt du film je pense…

Actor’s Chart : Toujours saoulée qu’Abrams fasse les prochains Star Wars ? Oui, oui. Sinon, à ce qu’il paraît, c’est Spielberg lui-même qui aurait suggéré le nom de Cumby à Abrams après l’avoir fait tourner dans Cheval de guerre. C’est certainement le choix le plus intelligent qu’il n’ait fait. A part ça, revoir prochainement Cumby et Alice Eve ensemble me rappelle Starter For 10, ou le film qui m’a fait craquer pour James McAvoy (et qui réunit Catherine Tate, Mark Gatiss, Dominic Cooper, Rebecca Hall, oui rien que ça) :’D.

———————-

Titre : Man of Steel (sortie le 19 juin 2013)

De : Zack Snyder

Avec : Henry Cavill, Amy Adams, Diane Lane, Kevin Costner, Michael Shannon

Synopsis Allociné : Un garçon apprend qu’il est doté de pouvoirs extraordinaires et qu’il n’est pas né sur Terre. Une fois jeune adulte, il part en voyage pour découvrir d’où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais le héros en lui se doit de faire surface pour sauver le monde de l’annihilation et devenir un symbole d’espoir pour l’humanité entière.…

Qu’est-ce qui accroche ? : Après l’échec de Superman Returns, c’est un nouveau reboot auquel on a droit. Je sais que dans les geeks (que ce soit de comics ou des films) il y a une bande assez anti Snyder (après le ratage Sucker Punch et le semi-foirage Watchmen) et la bande rivale qui est très pro. J’ai pas trop d’avis là-dessus, mais ce sera clairement un bon gros blockbuster qui va en envoyer plein les yeux avec un casting assez sérieux. Je ne suis pas du tout convaincue par le choix d’Amy Adams (qui me paraît trop gentillette pour le rôle un peu plus… direct), mais après tout, je ne l’étais pas non plus par Anne Hathaway en Catwoman et elle a fait du bon boulot.

Actor’s Chart : C’est la première fois que Superman ne sera pas joué par un Américain ^^. Cavill (qui était génial dans The Tudors) a coiffé au poteau des acteurs comme Armie Hammer, Zac Efron ou même Matt Bomer *_* qui étaient pressentis pour le rôle. Il suffit de voir combien le costume lui va x’). Oh et Adams avait fait une apparition dans un épisode de Smallville la saison 1, celle qui avait perdu drastiquement du poids et mangeait… tout x’D. Elle était encore jeune…

———————-

Titre : Frances Ha (sortie le 03 juillet 2013)

De : Noah Baumbach

Avec : Greta Gerwig, Mickey Sumner, Michael Esper, Michael Zegen

Synopsis Allociné : Frances, jeune New-yorkaise de 27 ans, vit avec sa meilleure amie Sophie, en rêvant sa carrière de danseuse. Mais Sophie déménage, et Frances se retrouve subitement seule, obligée de trouver sa place dans ce monde…

Qu’est-ce qui accroche ? : C’était l’affiche qui avait attiré mon œil au début. Je n’avais pas du tout reconnu Greta Gerwig en plus ^^. C’est en regardant la BA que je me suis dit que ce projet avait l’air très intéressant. Rien qu’en 2 minutes, j’ai senti une sincérité et une simplicité qui manquent à bon nombre de films d’aujourd’hui ^^. En plus, c’est en noir et blanc, ça peut être un choix artistique osé et adéquat. Bon après, c’est de Baumbach, qui est assez spécial. J’aime beaucoup ce qu’il fait, des Bergman se séparent à Greenberg et même son scénario de Fantastic Mr. Fox ! J’ai pas trop de doute sur la réussite du film :’D.

Actor’s Chart : Baumbach et Gerwig sont en couple dans la vraie vie (depuis Greenberg :’p), et en fait, je trouve qu’ils ont cette même tranquillité nonchalante qui leur va bien. Ils font très couple hipster x’D. Ils ont écrit le film ensemble d’ailleurs, Gerwig a dû cravacher sur les cours de danse pour être au point. Et dans le rôle de la meilleure amie, Mickey Sumner (aperçue dans The Borgias), c’est la fille de Sting ^^.

———————-

Titre : Malavita (The Family en VO sortie le 23 octobre 2013)

De : Luc Besson

Avec : Robert de Niro, Michelle Pfeiffer, Tommy Lee Jones, Dianna Agron

Synopsis Allociné : Fred Blake alias Giovanni Manzoni, repenti de la mafia new-yorkaise sous protection du FBI, s’installe avec sa famille dans un petit village de Normandie. Malgré d’incontestables efforts d’intégration, les bonnes vieilles habitudes vont vite reprendre le dessus quand il s’agira de régler les petits soucis du quotidien.…

Qu’est-ce qui accroche ? : Vous avez deviné… Ouais. Quinn Fabray *sort*. Je me dis que ce sera ptete enfin le film (pas naze comme Number Four ou The Romantics) où on la verra plus de deux minutes (contrairement à dans Burlesque). Ça pourrait être son breakthrough moment quoi x’D. A part ça, revoir De Niro dans un rôle de mafieux, ça doit être sympa aussi. J’ai lu le bouquin de Tonino Benacquista récemment (après avoir appris qu’Agron avait été castée en fait), et c’est plutôt pas mal. C’est drôle, ça se lit vite, et effectivement, ça doit faire une bonne adaptation en film. Je me demande si les auteurs y pensent quand ils écrivent leur roman (clairement Dennis Lehane et Nick Hornby doivent le faire x’D).

Actor’s Chart : L’info qui sert à rien, ils ont tourné vraiment en Normandie donc, ainsi que dans la nouvelle école de cinéma (datant de l’an passé) de Besson qui se trouve à St-Denis ^^. Après, je ne pense pas que ce soit un « grand » film dans le sens classique du terme, mais il devrait être a priori divertissant. Maintenant, Besson fait du commercial, et tant pis quoi.

———————-

Titre : Don Jon (sortie sûrement un jour)

De : Joseph Gordon-Levitt

Avec : Joseph Gordon-Levitt, Scarlett Johansson, Julianne Moore, Tony Danza, Brie Larson

Synopsis Allociné : Jon Martello est un jeune homme athlétique, séduisant et séducteur. Ses amis l’appellent Don Jon en raison de son talent à « lever » une nouvelle fille chaque weekend, mais même les rencontres les plus excitantes ne valent pas les moments solitaires qu’il passe devant son ordinateur à regarder des films pornographiques. Barbara Sugarman est une jeune femme lumineuse, ravissante et un brin vieux jeu. Nourrie aux comédies romantiques hollywoodiennes, elle est bien décidée à trouver son Prince Charmant et partir avec lui sur son cheval blanc. Chacun ayant des attentes illusoires sur le sexe opposé, Jon et Barbara vont devoir lutter contre un monde de fantasmes véhiculé par les médias dans le but d’espérer trouver une véritable intimité.…

Qu’est-ce qui accroche ? : Un film de JGL avec JGL écrit par lui-même :’). J’aime bien la BA, elle est dynamique et on s’y prend. Bon, j’avoue, ça parle encore de sexe et d’addiction sexuelle, mais c’est pas grave, hein ? C’est JGL… Je pense que ça peut être touchant et drôle. Et pour une fois, Johansson embrasse son côté péripatéticienne (même si je ne suis pas convaincue du choix de l’actrice). Il a bien plu à Sundance, il est étonnamment bien noté sur IMDb, mais il reste à savoir si c’est parce que JGL est l’un des princes du net et que tous ses serfs l’ont suivi ou parce qu’il s’agit d’un vrai bon film indé sympa. Sa coupe de cheveux en tout cas est atroce :’D.

Actor’s Chart : Il s’agit donc bien du premier film de JGL en tant que réalisateur. En fait, il avait écrit le rôle de Barbara avec en tête Johansson, qui l’a accepté par la suite, donc il était ravi. Et moi déçue ‘-‘. C’était coolie en plus, il avait fait la demande sur son site hitRECord.org si les membres de la communauté voulaient être des figurants dans le film. Si j’étais Américaine, j’aurais carrément sauter sur l’occasion x’D. Dans tout le processus on a ressenti la générosité de JGL quoi ^^.

Un mars chargé en films…

Titre : Hansel & Gretel: Witch Hunters (sortie le 6 mars 2013)

De : Tommy Wirkola

Avec : Jeremy Renner, Gemma Arterton, Famke Janssen, Peter Stormare

Synopsis Allociné : Liés par le sang, Hansel et Gretel ont aujourd’hui soif de vengeance, et ils s’en donnent à cœur joie. Pourtant, sans le savoir, ils sont désormais victimes d’une menace bien plus grande que leurs ennemis : leur passé.

Qu’est-ce qui accroche ? : Déjà, je tais tous les cris qui rapprochent ce film à Abraham Lincoln, chasseur de vampires. Mais non, c’est pas parce que ce sont des « witch hunters » que forcément ça se rapproche. Le cast quoi !! Depuis le temps que j’attends de revoir Arterton (trop hâte de voir Song for Marion aussi !) sur un écran. Puis le film est court (1h30), donc j’espère qu’il sera dynamique et divertissant. Il est pas trop mal noté :’/, mais bon, on ne peut pas trop s’y fier. Puis honnêtement, les costumes m’ont l’air bien fait et ils n’ont pas l’air de se prendre au sérieux contrairement à d’autres films. Donc je pense que ça peut passer :’D. Et pour ceux qui seraient sceptiques vis-à-vis de la 3D, le film a été tourné pour, donc peut-être que ça pourra convenir… J’avoue que j’ai des doutes quand même :’/.

Actor’s Chart : J’ai rien d’autre à dire, vous avez vu qui il y a ? Sinon, le réal, Wirkola, je suis surprise qu’il ait été choisi pour ce film. Il fait plus des spoofs généralement, je suis donc curieuse de la manière dont il va gérer ça. J’ai un bon feeling :’D.

———————-

Titre : Cloud Atlas (sortie le 13 mars 2013)

De : Frère/sœur Wachowski, Tom Tykwer

Avec : Tom Hanks, Halle Berry, Jim Broadbent, Jim Sturgess, Ben Whishaw

Synopsis Allociné : À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement… Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

Qu’est-ce qui accroche ? : La beauté de la bande-annonce ? Le titre mystérieux ? Le casting d’enfer ? Les réalisateurs ? Qu’est-ce qui ne donne pas envie, telle est la question. Je connais pas le bouquin, titré Cartographie des nuages en VF, et je doute de le lire un jour. Mais en tout cas, ça a bien l’air compliqué. Pas moins de six histoires différentes parallèles dans plusieurs espaces temps. Plusieurs acteurs sont repris pour jouer différents persos durant des époques différentes. Je suis vraiment curieuse, notamment au niveau des décors/maquillages etc. Ça peut vraiment être intéressant. En tout cas, ils ont bien réussi à rendre le tout intrigant.

Actor’s Chart : Depuis Speed Racer les frères (je sais plus comment dire maintenant que Larry est devenu Lana ‘-‘) Wachowski n’avaient pas fait grand-chose. C’est chose faite et ils retrouvent Hugo Weaving (depuis Matrix huhu). Twyker retrouve ici Ben Whishaw (hiii *_*) qu’il avait déjà fait tourner dans Le Parfum.

———————-

Titre : Oz: The Great and Powerful (Le Monde fantastique d’Oz en VF ; sortie le 13 mars 2013)

De : Sam Raimi

Avec : James Franco, Mila Kunis, Rachel Weisz, Michelle Williams, Zach Braff

Synopsis Allociné : Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences… Grâce à ses talents d’illusionniste, à son ingéniosité et à une touche de sorcellerie, Oscar va très vite se retrouver impliqué malgré lui dans les problèmes qu’affrontent Oz et ses habitants. Qui sait désormais si un destin hors du commun ne l’attend pas au bout de la route.

Qu’est-ce qui accroche ? : J’avoue qu’il ne me tente pas en fait. J’ai l’impression de revoir Alice in Wonderland, celui de Burton, et ça me plaît pas trop. Mais plus par curiosité, car les couleurs sont attrayantes et que l’histoire d’Oz, j’aime vraiment beaucoup. Puis au ciné, ça doit rendre pas trop mal malgré mon incompréhension devant le choix de Franco (tiens, son Springbreakers sort la semaine prochaine aussi). Encore une histoire classique qui est réadaptée à la sauce américaine nouvelle. Je compte donc principalement sur la beauté de l’image et les prestations des autres actrices. En effet, plus de lion peureux ou d’épouvantail ou encore de bonhomme en fer blanc. Ils ont transposé ces personnages dans d’autres « rôles ». On verra…

Actor’s Chart : J’aime pas Raimi. Il fait partie des Sam que je n’aime pas (Mendes par exemple x’). Et il a fallu qu’il choisisse l’un de sa clique, vu que Franco a déjà joué dans sa première trilogie Spiderman. N’oublions pas que ça reste un Disney, donc je ne suis pas sûre qu’on puisse avoir de grandes attentes (quoi que, je défends bec et ongles John Carter x’D). Oh, n’oublions pas que la chanson thème du film (Almost Home) est l’œuvre de Mariah Carey.

———————-

Titre : Warm Bodies (sortie le 20 mars 2013)

De : Jonathan Levine

Avec : Nicholas Hoult, Teresa Palmer, Rob Corddry, Dave Franco

Synopsis Allociné : Un mystérieux virus a détruit toute civilisation. Les rescapés vivent dans des bunkers fortifiés, redoutant leurs anciens semblables devenus des monstres dévoreurs de chair. R, un mort-vivant romantique, sauve contre toute attente Julie, une adorable survivante, et la protège de la voracité de ses compagnons. Au fil des jours, la jeune femme réveille chez lui des sentiments oubliés depuis longtemps… Elle-même découvre chez ce zombie différent autre chose qu’un regard vide et des gestes de momie…  Perturbée par ses sentiments, Julie retourne dans sa cité fortifiée où son père a levé une armée. R, de plus en plus humain, est désormais convaincu que sa relation avec Julie pourrait sauver l’espèce entière… Pourtant, en cherchant à revoir Julie, il va déclencher l’ultime guerre entre les vivants et les morts. Les chances de survie de ce couple unique sont de plus en plus fragiles…

Qu’est-ce qui accroche ? : Ils n’ont pas peur du cliché ! R et Julie ? Roméo et Juliette ? Eh oui, une énième histoire d’amour de morts-vivants et d’humain mais cette fois-ci inversée. Levine est celui qui a réalisé le superbe 50/50 avec JGL… Honnêtement, je n’ai vraiment pas trop de doutes, je sais que ce sera drôle et malgré le cliché, ce sera très original. Même avec l’horreur il avait réussi à faire un film intéressant Tous les garçons aiment Mandy Lane… Et pour une fois, on a le point de vue du zombie :’). Donc pensées et tout. C’est l’originalité du roman aussi (oui, c’est encore une adaptation x’).

Actor’s Chart : Rob Cordddddry ! C’est un peu le Simon Pegg américain je trouve, du coup, je me dis que ça peut peut-être le Shaun of the Dead US x’D. Je ne pense pas, mais ça peut être pas mal. Et sinon, le petit Franco sort un film une semaine après son frère :’). Bon, la bataille est perdue d’avance… mais quand même !

———————-

Titre : The Place Beyond The Pines (sortie le 20 mars 2013)

De : Derek Cianfrance

Avec : Ryan Gosling, Bradley Cooper, Eva Mendes, Rose Byrne, Ray Liotta

Synopsis Allociné : Cascadeur à moto, Luke est réputé pour son spectaculaire numéro du «globe de la mort». Quand son spectacle itinérant revient à Schenectady, dans l’État de New York, il découvre que Romina, avec qui il avait eu une aventure, vient de donner naissance à son fils… Pour subvenir aux besoins de ceux qui sont désormais sa famille, Luke quitte le spectacle et commet une série de braquages. Chaque fois, ses talents de pilote hors pair lui permettent de s’échapper. Mais Luke va bientôt croiser la route d’un policier ambitieux, Avery Cross, décidé à s’élever rapidement dans sa hiérarchie gangrenée par la corruption. Quinze ans plus tard, le fils de Luke et celui d’Avery se retrouvent face à face, hantés par un passé mystérieux dont ils sont loin de tout savoir…

Qu’est-ce qui accroche ? : La BA me fait vraiment penser à un Drive à moto (sachant que je n’ai pas trop aimé Drive). Sauf qu’au lieu de la classe Carey Mulligan, on a une redneck en la personne d’Eva Mendes… A la différence près que je n’ai pas l’impression de tout voir dans la BA et qu’il y a une autre histoire derrière l’histoire. Ben ouais, on voit leurs fils quoi (d’ailleurs, super choix de Dane DeHaan :’D). En plus, la tendance maintenant c’est de dire que Gosling est trop bien, donc bon, je ne suis qu’une victime de la société, je vais mater ça (même si j’avoue, j’y vais plus pour Rose Byrne en attendant I Give It A Year x’D). En tout cas, je ne doute pas de la beauté des cascades à moto, ni de la violence qu’il y aura dans le film.

Actor’s Chart : C’est la deuxième collaboration de Cianfrance et Gosling puisqu’il n’est nul autre que le réalisateur de Blue Valentine. J’ai un peu peur que ce soit trop torturé du coup :’/. J’espère que non… Si ça pouvait être un bon film. J’ai vraiment l’impression que Gosling et Cooper sont les deux étoiles montantes, les révélations du cinéma américain de ces deux-trois dernières années ><. J’ai du mal…

———————-

Et encore, je n’ai pas mentionné This Is 40 d’Apatow, ni Jappeloup avec et de Guillaume Canet (dont j’ai vu la BA tout à l’heure, et au secours, on voyait tout le film, ça ne donne plus du tout envie si on avait une petite envie au départ), le second opus de G.I. Joe, Jack le Chasseur de Géants (encore avec Nicholas Hoult), Arnaque à la carte la nouvelle comédie avec Jason Bateman et Melissa McCarthy etc.

Je demande une BA…

Titre : The Master (sortie le 09 janvier 2013)

De : Paul Thomas Anderson

Avec : Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Jesse Plemons

Synopsis Allociné : Freddie, un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd – « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe…

Qu’est-ce qui accroche ? : Un film nominé aux Gloden Globe qui va bientôt sortir chez nous… Réalisateur à suivre, casting d’enfer. Puis bon, juste pour la culture je suppose. Et bien sûr, la fausse vraie histoire de l’église de la scientologie promet d’être culturellement intéressante. Ensuite, il ne faut pas oublier le choix de la réalisation. Le style « ancien » volontaire, un film tourné en 70 mm… J’ai hâte de voir ce que ça donne.

Actor’s Chart : C’est le troisième film dans lequel Adams et Seymour Hoffman jouent ensemble. Et j’ai appris récemment qu’Anderson voulait tourner une comédie (et qu’il était marié à Maya Rudolph oO). Et ça me fait trop plaisir de voir Plemons (Friday Night Lights représente x’) dans autre chose qu’un film de gros bras ^^.

———————-

Titre : Zero Dark Thirty (sortie le 23 janvier 2013)

De : Kathryn Bigelow

Avec : Jessica Chastain, Jason Clarke, Joel Edgerton, Kyle Chandler

Synopsis Allociné : Le récit de la traque d’Oussama Ben Laden par une unité des forces spéciales américaines…

Qu’est-ce qui accroche ? : Un autre film nominé aux Gloden Globe pas encore sorti… Beaucoup de gens ont critiqué l’histoire, que c’était malvenu etc. Surtout que ça devait sortir avant au départ, à la période des élections présidentielles. En plus, au moment de l’écriture du film, Ben Laden n’était pas encore mort, et les scénaristes ont dû modifier le script pour mieux coller à la réalité… Personnellement, ça ne me touche pas trop, je me demande juste comment ils ont tourné ça sans trop attaquer Ben Laden ni trop glorifier les USA. C’est quand même un sujet assez tendu car très récent. Donc oui, un peu curieuse de voir ce que ça va donner, surtout, c’est con à dire, mais Bigelow a le mojo en ce moment, donc ça pourrait se révéler mieux que prévu. J’espère en tout cas que ce sera le film de la récompense pour Chastain :’).

Actor’s Chart : Huhu, on voit Kyle Chandler partout en ce moment. Le coach Taylor (FNL) a encore frappé ! Et je suis curieuse de voir Chris Pratt dans un film sérieux.

———————-

Titre : Happiness Therapy (Silver Linings Playbook en VO sortie le 30 janvier 2013)

De : David O. Russell

Avec : Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Julia Stiles

Synopsis Allociné : La vie réserve parfois quelques surprises… Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents.  Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme. Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives…

Qu’est-ce qui accroche ? : Encore une question de casting même si en ce moment j’aime de moins en moins Bradley Cooper (et que j’ai envie de le revoir dans Alias). Mais le film a l’air d’être un feel-good movie sans prise de tête, avec des répliques assez piquantes, avec des acteurs qui se débrouillent pas trop mal. D’où la nomination aux SAG ! Mais c’est surtout que ça m’a l’air d’être une comédie un peu cynique, et ça ne peut que marcher :’). Puis ça remonte un peu, mais Russell avait réalisé l’OVNI I heart Huckabees, et j’espère retrouver un peu de cette folie.

Actor’s Chart : Deuxième film ensemble pour Cooper et De Niro après Limitless (dont le concept était intéressant). Lawrence, c’est l’une des rares actrices à jouer des rôles plus âgés qu’elle ne l’est en réalité. Elle n’a pas eu la phase où elle devait jouer la petite lycéenne en jupette, c’est assez sympa.

———————-

Titre : Mariage à l’anglaise (I give it a year en VO sortie le 10 avril 2013)

De : Dan Mazer

Avec : Rose Byrne, Rafe Spall, Simon Baker, Anna Faris

Synopsis Allociné : Nat, ambitieuse cadre d’entreprise et Josh, romancier obstiné, sont prêts à tout pour que leur mariage tienne plus d’une année… Parviendront-ils à résister aux avances de Chloé et de Guy et à prouver à leurs proches la solidité de leur union ?

Qu’est-ce qui accroche ? : Rose Byrne me manque à l’écran :'(. Mais le casting a l’air pas mal, surtout chez les personnages secondaires (Stephen Merchant !). Sinon, c’est une comédie anglaise avec des acteurs américains (beurk le Baker), j’espère que ça rendra bien. En tout cas, j’espère que Spall sera moins frustrant que d’habitude. C’est juste que les blagues m’ont l’air un peu cliché. Donc je garde des réserves, mais j’espère que le talent des acteurs et la touche british sauront faire la différence. Ça reste une comédie que j’attends avec impatience ^^.

Actor’s Chart : Deuxième film où Mazer dirige Anna Faris, le premier étant The Dictator, donc pas ce qu’il y a de plus subtil. Ça rejoint ma crainte précédente, que ce soit de l’humour un peu gras… On verra bien :’).

Les BA du moment

Titre : God Bless America (sortie le 10 octobre 2012)

De : Bog Goldthwait

Avec : Joel Murray, Tara Lynne Barr, Melinda Page Hamilton

Synopsis Allociné : Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin. Bientôt rejoint par Roxy, lycéenne révoltée et complice des plus improbables, c’est le début d’une équipée sauvage, sanglante et grandguignolesque sur les routes de la bêtise made in USA.

Qu’est-ce qui accroche ? : En fait, je l’ai déjà vu, mais je viens de voir qu’il sort au cinéma. ET COURREZ LE VOIR (j’espère qu’il aura une petite distribution respectable). Il est énorme. J’en profite du coup pour dire un peu ce que je pense…

J’ai vraiment « kiffé » (j’emploie ce terme pour marquer le sentiment de trip que j’ai eu en le regardant x’D) ce film. Ce sont des plus ou moins inconnus les deux acteurs. En gros, c’est un type qui tue une « actrice » de télé-réalité (genre une gamine pourrie gâtée qui a fait de sa vie une télé-réalité) devant un témoin (la petite) qui va le rejoindre pour critiquer toute la société américaine. Une gamine épaulé d’un quadra, la scène, et le film est parti. Je trouve que le film fait mouche à chaque fois, c’est tout à fait ce qu’on vit maintenant. Je me sens concernée, c’est vrai. Parfois, j’ai l’impression que le monde est con, tout le monde inclus. Que ce soit mon voisin qui ne me dit pas bonjour le matin, que ce soit l’inconnu du métro qui me bouscule sans s’excuser (et que je subis sans broncher), que ce soit la blondasse qui ne sait que glousser, ou l’élitiste snob qui se fout de tout le monde, ceux qui pensent qu’à consommer parce qu’ils ont vu la pub à la tv (c’est moi x’), ou le type qui n’a même pas 300 mots de vocabulaire et ceux qui n’ont pas d’opinion propre. Putain, mais notre monde est devenu juste… de la pâte à modeler. Ceux qui arrivent à anticiper nos envies pour vendre sont doués, mais ils n’en sont pas moins innocents. On veut consommer, ouais. Ceux qui refusent de se plier à ces « normes » sont tout aussi coupables d’hypocrisie par « anti-conformisme ». Et ils ne font rien pour améliorer le statu quo. Bref, c’est pas une critique contre le monde entier x’D, c’est simplement un constat. Et j’ajouterai juste que c’est ce que j’aime dans les films, on s’échappe de cette réalité, et dans ce film en particulier, où il y a clairement un parti pris, je n’ai pas pu m’empêcher d’être d’accord sur tout. Car ouais, parfois j’ai vraiment de buter les gens que je croise dans la rue car ils ne respectent rien. Mais bon, qui le fera ?

———————-

Titre : Bachelorette (sortie le 17 octobre 2012)

De : Leslye Headland

Avec : Kirsten Dunst, Rebel Wilson, Lizzy Caplan, Isla Fisher, Adam Scott

Synopsis Allociné : Regan, Gena et Katie sont inséparables depuis le lycée. Très cyniques, elles sont stupéfaites d’apprendre que leur amie Becky, adorable mais rondouillette, est la première d’entre elles à se marier !  Alors que Gena et Katie sont toujours célibataires, Regan harcèle Frank, avec qui elle sort depuis quatre ans, pour qu’il la demande en mariage. Lorsque Becky demande à Regan, particulièrement névrosée, de l’aider à préparer la cérémonie et d’être sa demoiselle d’honneur, celle-ci est furieuse.

Qu’est-ce qui accroche ? : Un chick-movie ^^. Ça faisait longtemps… On pourrait croire que ça ressemble à Mes Meilleures Amies (Bridesmaids en VO), surtout avec la présence de Rebel Wilson, mais le casting est un peu plus jeune. J’ai bon espoir que le film soit drôle surtout avec le duo Caplan/Scott (Party Down revival \o/). J’espère juste que ce sera meilleur que Damsels in Distress… L’âge est différent, mais les films de « filles » doivent vraiment trouver le bon ton pour faire rire…

Actor’s Chart : Maintenant, quand les acteurs n’arrivent plus à trouver du succès, ils se convertissent dans la comédie… Je pense effectivement à Dunst là. Son dernier film comique devait être How To Lose Friends & Alienate People (avec l’excellent Simon Pegg) en 2007… Elle me fait un peu penser à Megan Fox, mais elle au moins a quelques répliques x’).

———————-


Titre : Looper (sortie le 31 octobre 2012)

De : Rian Johnson

Avec : Joseph Gordon-Levitt, Bruce Willis, Emily Blunt, Jeff Daniels, Paul Dano

Synopsis Allociné : Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les « Loopers ») les éliminent. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille…

Qu’est-ce qui accroche ? : Okay, pas seulement JGL et Emily Blunt… C’est un film de S-F qui est de loin mon genre préféré tout art confondu, je n’allais donc pas passer à côté :’). Surtout vu les critiques excessivement positives qu’a récoltées le film (ce qui m’effraye un peu). J’aime beaucoup les paradoxes qui sont créés dans un univers S-F, et pour le coup, avoir le même personnage en version jeune/âgée me laisse un peu perplexe. Au niveau maquillage d’ailleurs, tous les retours sont unanimes en disant que JGL était méconnaissable et qu’il ressemblait vraiment à un Willis plus jeune. J’avoue que j’ai été assez impressionnée avec les quelques images de la BA.

Actor’s Chart : Rien à voir, mais ce genre me fait forcément penser à l’auteur Philip K. Dick, du coup, Blunt va devenir une habituée du genre si elle continue à faire des films d’action de science-fiction. J’espère juste que le film sera mieux que l’Agence (The Adjustment Bureau en VO)…

———————-

Titre : Le monde de Charlie (The Perks of Being a Wallflower en VO, oui on se demande comment ils ont trouvé « ça » après… sortie le 19 décembre 2012)

De : Stephen Chbosky

Avec : Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller, Paul Rudd, Melanie Lynksey

Synopsis Allociné : Au lycée où il vient d’arriver, on trouve Charlie bizarre. Sa sensibilité et ses goûts sont en décalage avec ceux de ses camarades de classe. Pour son prof de Lettres, c’est sans doute un prodige, pour les autres, c’est juste un « loser ». En attendant, il reste en marge – jusqu’au jour où deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. Grâce à eux, il va découvrir la musique, les fêtes, le sexe… pour Charlie, un nouveau monde s’offre à lui.

Qu’est-ce qui accroche ? : Le voyage initiatique de ces petits m’a l’air très touchant. J’aime bien les films qui suivent le passage de l’âge ado, la prise de conscience de la maturité, au passage adulte. Le synopsis (et le titre) m’a interpelée quoi (wallflower en gros, c’est un type qui s’efforce à être transparent, à faire partie des meubles, comme ce que j’adore faire :’D). Et en voyant la BA, j’ai été assez convaincue, ce sera peut-être le premier film où j’apprécierai Logan Lerman :’). Et mine de rien, le reste du cast est bien alléchant aussi :’D. Et la musique est toute belle. Bref, un film qui donne l’impression d’être tout ce que j’aime. J’hésite encore à lire le livre dont c’est adapté avant la sortie, mais je pense que je le lirai après plutôt…

Actor’s Chart : Je trouve qu’Ezra Miller joue toujours des rôles de timbrés en ce moment… Que ce soit dans Another Happy Day ou We Need To Talk About Kevin… Sinon Watson et Lerman ont tous deux commencé dans un film fantastique pour ados sous la direction de Chris Colombus, la saga Harry Potter pour l’un (duh!) et Percy Jackson pour l’autre.

———————-

La première ronde des bandes-annonces

Ce billet devait être le premier et je ne voulais pas parler de séries (bon, finalement, il y a eu un imprévu, mais si les plans se déroulaient toujours comme prévus, ça se saurait). Eh bien, non. Car c’est bientôt la rentrée, et qu’il y aura tout plein de nouvelles séries (dont certaines qui dont déjà leaké d’ailleurs, et c’est un peu dommage), que les anciennes reprendront du service, et que… je suis frustrée d’avance à l’idée de mon retard imminent ><. Ce premier billet vous parlera donc de futurs films que j’attends avec plus ou moins d’impatience, dans un futur plus ou moins proche (beaucoup de futur ici, j’envie toujours ce qui n’est pas encore arrivé x’). C’est le concept de « la ronde des bandes-annonces ». Peut-être que cela pourra vous donner quelques idées pour vos prochaines sorties cinématographiques, ou tout simplement vous mettre l’eau à la bouche. Je ne sais pas pour vous, mais autant pour une série, je ne regarde que très peu les trailers promo que ce soit pour les saisons ou pour les épisodes (car généralement, les images montrées ne sont pas extra, et ça n’apprend pas grand-chose hormis les guest-stars qu’il y aura), autant pour les films je porte plus d’intérêt aux BA. Généralement, avant d’aller voir le film en question, j’ai déjà vu sa bande-annonce, car bon, c’est quand même différent les 22min à 55min perdues devant son écran, que les 2h (sans compter le déplacement) dans le cas où le film ne vous plaît pas… Petite précision, les sorties sont les dates françaises, et les films sont rangés dans l’ordre chronologique de sorties :’).

Titre : Robot and Frank (sortie le 19 septembre 2012)

De : Jake Schreier

Avec : Frank Langella, Susan Sarandon, Liv Tyler, James Marsden, Jeremy Strong, Jeremy Sisto

Synopsis Allociné : Dans un futur proche. Frank, gentleman cambrioleur à la mémoire fragile, vit en vieux solitaire grincheux jusqu’au jour où son fils lui impose un nouveau colocataire : un robot ! Chargé de s’occuper de lui, celui-ci va bouleverser la vie du vieil ours. Frank va nouer une vraie relation avec son robot jusqu’à mettre au point un braquage des plus inattendus. Robot & Frank : le tandem le plus improbable de l’année.

Qu’est-ce qui accroche ? : Présenté à Sundance, l’un des festivals les plus intéressants selon moi, Robot and Frank traite d’un sujet qui est souvent à la mode ces temps-ci, la nature des robots. Nul besoin de parler d’âme à ce niveau là, mais tout simplement d’une présence quasi humaine. De l’autre côté, le problème sérieux qu’est la maladie d’Alzeihmer chez les seniors… Mais tout ça, sur une note d’humour ! On dirait que le coup du cambriolage peut être une bonne idée pour introduire l’intérêt mécanique du robot, et en plus ça peut mener à des situations bien cocasses. Le tour a l’air bien sympa, un bon petit film indépendant avec une touche d’originalité saupoudré d’humour comme je les aime.

Actor’s Chart : C’est Peter Sarsgaard qui double la voix du robot. Ce film marque également des retrouvailles pour Frank Langella et James Marsden qui avaient déjà tourné The Box ensemble.

———————-

Titre : Elle s’appelle Ruby (VO : Ruby Sparks, sortie le 03 octobre 2012)

De : Jonathan Dayton et Valerie Faris

Avec : Paul Dano, Zoe Kazan, Chris Messina, Annette Bening, Steve Coogan, Antonio Banderas

Synopsis Allociné : Calvin est un romancier à succès, qui peine à trouver un second souffle. Encouragé par son psychiatre à écrire sur la fille de ses rêves, Calvin voit son univers bouleversé par l’apparition littérale de Ruby dans sa vie, amoureuse de lui et exactement comme il l’a écrite et imaginée.

Qu’est-ce qui accroche ? : Sans aucun doute, le sujet. Qui n’a pas rêvé qu’un personnage créé par notre pure imagination prenne vie ? Même plus besoin d’amis imaginaires, car ils seraient bien réels ! En plus, c’est Vampire Weekend qu’on entend au début de la BA donc ça ne peut qu’être bien avec un tel bon goût (voici l’exemple parfait de mon objectivité). Je ne suis pas particulièrement fan de Dano, mais il est généralement bien dans les rôles de post-adulte paumé dans la vie. J’ai de bons espoirs pour ce un film qui a l’air feeling good.

Actor’s Chart : La minute people du jour, Paul Dano et Zoe Kazan sont ensemble dans la vraie vie. D’ailleurs, d’après certaines sources, ils auraient traîné du côté des Champs-Elysées il n’y a pas plus longtemps que la semaine dernière. L’actrice est également la scénariste du film ! Et sinon, les réalisateurs sont le couple derrière Little Miss Sunshine, donc c’est encore Paul Dano qui campe l’un des rôles principaux de leur film.

———————-

Titre : Damsels in Distress (sortie le 03 octobre 2012)

De : Whit Stillman

Avec : Greta Gerwig, Analeigh Tipton, Adam Brody, Megalyn Echikunwoke, Carrie MacLemore

Synopsis Allociné : Portrait d’un groupe d’étudiantes sophistiquées, Heather, Violet et Rose, sont obsédées par la mode, l’hygiène et la danse. Elles sont bien décidées à prodiguer leurs conseils à Lily, fraîchement arrivée à l’université…

Qu’est-ce qui accroche ? Comédie romantique ? Certainement. Mais comme Greta Gerwig (Greenberg) est l’une des actrices avec le plus de potentiel (comique, de jeu, ce qu’on veut) de sa génération à mes yeux, je suis à peu près toute sa filmo. Le film a l’air bien comique, avec une apparition d’Aubrey Plaza (qui respecte encore une fois son style d’April Ludgate :’D), avec des répliques qui font mouche. J’ai hâte de le voir ! Pour l’anecdote, le tout a été filmé en 28 jours :’).

Actor’s Chart : Plusieurs des acteurs ont joué dans Gossip Girl. Mais ne vous laissez pas rebuter pour autant ! Il faut bien que les acteurs télé passent au ciné à un moment donné…

———————-

Titre : Populaire (sortie le 28 novembre 2012)

De : Regis Roinsard

Avec : Romain Duris, Déborah François, Nicolas Bedos, Bérénice Bejo, Miou-Miou, Eddy Mitchell

Synopsis Allociné : Printemps 1958. Rose Pamphyle, 21 ans, vit avec son père, veuf bourru qui tient le bazar d’un petit village normand. Elle doit épouser le fils du garagiste et est promise au destin d’une femme au foyer docile et appliquée. Mais Rose ne veut pas de cette vie. Elle part pour Lisieux où Louis Echard, 36 ans, patron charismatique d’un cabinet d’assurance, cherche une secrétaire. L’entretien d’embauche est un fiasco. Mais Rose a un don : elle tape à la machine à écrire à une vitesse vertigineuse. La jeune femme réveille malgré elle le sportif ambitieux qui sommeille en Louis… Si elle veut le poste, elle devra participer à des concours de vitesse dactylographique. Qu’importent les sacrifices qu’elle devra faire pour arriver au sommet, il s’improvise entraîneur et décrète qu’il fera d’elle la fille la plus rapide du pays, voire du monde ! Et l’amour du sport ne fait pas forcément bon ménage avec l’amour tout court…

Qu’est-ce qui accroche ? : Le sujet encore une fois. La machine à écrire et la dactylo m’ont toujours fascinée. D’ailleurs, une antiquité doit encore traîner dans mes combles. Je me suis toujours dit que si j’avais vécu à cette période là, j’aurais été secrétaire (car c’est « moderne » pour l’époque :’p)… Si on en croit la BA, les couleurs semblent très jolies, les costumes plutôt bien réussis, et les acteurs ont l’air très impliqués. J’ai décidé de ne plus être si catégorique envers les films français et d’en voir de temps en temps. Populaire me semble être le bon candidat, j’aime bien la fraîcheur qui se dégage de la BA, j’espère que tout le film sera un peu comme ça.

Actor’s Chart : Il y avait eu une avant-première le 28 août à l’UGC Châtelet avec le réalisateur et Duris que j’ai totalement ratée x’D. Ils avaient parlé du film il y a quelques mois dans Première, c’est ce qui avait attiré mon attention au début. C’est un casting très fort, j’espère que le film sera à la hauteur.

———————-

Titre : Butter (sortie prochainement ou jamais x’)

De : Jim Field Smith

Avec : Jennifer Garner, Hugh Jackman, Olivia Wilde, Ty Burrell, Robb Corddry, Ashley Greene

Synopsis Allociné : L’ambitieuse mère de famille Laura Pickler menait jusqu’à présent une vie parfaite à l’image de ses convictions politiques conservatrices : mariée à un champion de sculpture sur beurre, elle est sous les feux des projecteurs. Mais voilà que son mari décide de mettre un terme à sa carrière, la poussant à participer elle-même à un tournoi de cette discipline originale. Deux adversaires coriaces s’opposent à elle : la maîtresse de son mari et une fille de 10 ans très douée. Avec l’aide de son ancien amour de lycée, elle va tout faire pour se hisser à la première place du podium…

Qu’est-ce qui accroche ? : Euh… bonjour, le cast ? Le sujet en lui-même m’a fait sourire et a attisé ma curiosité, mais c’est franchement le cast qui a fait *boom*. Les premières images ont dû être disponibles… l’année dernière ou en début d’année, et pendant tout ce temps, aucune news, nada, zlich. Du coup, quand j’ai vu il y a deux semaines qu’ENFIN, IMDb avait mis une BA officielle et une date de sortie US, je me suis remise à espérer qu’une sortie chez nous pouvait être possible. On dirait que Garner reprend son rôle de femme coincée comme dans Juno, c’est ce qui avait bien marché pour elle après tout. Bon, ce ne sera pas un film grandiose, mais divertissant, oui certainement. Et peut-être qu’on ne se base pas sur un cast pour faire un bon film, mais c’est toujours plus agréables de voir des visages appréciés que l’inverse.

Actor’s Chart : Le rôle de Wilde (oh, j’ai trop hâte de voir son futur film avec Jason Bateman aussi…) devait être joué par Kate Hudson au départ. Mais retenue sur un autre tournage, elle a dû laisser sa place. Et je dis, tant mieux pour nous !