200% Real Humans

Récap de la saison 2.

BOP1nabCEAE4cxK.jpg_large

Beaucoup de réflexions dans cette série qui me parle particulièrement. Lors de Séries Mania, le créateur scénariste de la série est un peu intervenu (ce fut court mais intense x’) en disant que la saison 2 était plus sombre que la première, et mon Dieu, il ne plaisantait pas. Je pense que j’ai dû avoir plusieurs hauts-le-cœur… Très grande appréciation sur le fait que la saison cherche à répondre à des questions, à atteindre un but pour la série et ne stagne pas. En aucun cas. Il y a toujours une idée qui se dégage d’un épisode pour permettre au spectateur de réfléchir dessus. Si on considère que la saison 1 tentait plus d’expliquer la naissance des hubots « libres », la saison 2 se concentre plus sur l’intégration de ces hubots dans la société humaine. Ce qui m’ébahit toujours le plus, c’est le réalisme de ces robots. Ils « font » robots plus qu’humains visuellement, et chapeau bas pour cette prouesse. De même que dans leurs jeux d’acteur, mais whaou quoi. Volontairement en faire trop mais en restant en totale maîtrise de son mouvement…BJRPCmMCAAEJhBU.jpg_large

Le fait qu’il n’y ait que 10 épisodes, ça me fait penser aux séries britanniques, c’est clair et concis. La narration est bonne, il n’y a pas vraiment d’épisodes où on s’emmerde, tout avance au bon moment, ça ralentit pour qu’on puisse digérer les infos. J’avais mes doutes à la fin de la saison 1, déjà avec le petit Leo qui était laissé pour mort et effectivement, qui l’est >< (dommage quand même, il était sympathique). Un personnage central, qui avait son intérêt, mais qui était devenu « dispensable » après avoir donné le code je suppose. Ce code d’ailleurs qui va rester la quête principale de la seule rescapée chez les résistants, Beatrice (la ressuscitée x’D). Oui, car le leader principal (Nishka) est quand même mort (ça aussi, c’était étonnant) dans la saison 1. A croire qu’ils n’étaient pas sûrs que la série allait marcher donc ils prévoyaient déjà les coupes budgétaires x’D. Pourtant, tout est bien respecté dans cette saison 2, avec plusieurs lignes directrices.

real-humans-saison-2_4882581

Le plus gros reproche que je ferais à la série, ce sont les analogies faciles… Que ce soit avec la jeunesse hitlérienne (mais allô quoi) ou la perception actuelle de l’homosexualité (merci le politiquement correct). C’est très facile en soi. Dès qu’une idée est assez forte pour se transformer en propagande, avec en plus une figure pour mener, des gens vont se regrouper derrière. La question n’est pas de savoir si ce qu’ils défendent est juste ou pas… Cette ligue de jeunes Akta Manniskor là, le fait qu’on en suive un tout au long des épreuves qu’il a connues, ça le rend plus attachant. Alors effectivement, on se demande parfois s’ils comprennent vraiment ce dans quoi ils s’engagent, mais c’est le principe même de la propagande. Et je trouve qu’ils ont réussi à montrer des jeunes assez communs pour représenter véridiquement le mouvement. Du coup, l’aspect politique de la série s’intègre naturellement dans cette société futuriste. De l’autre côté, on a un message ultra positif pour l’acceptation de la différence, ils parlent de coming-out pour les amoureux des hubots, donc l’aspect effet de mode social est aussi couvert.

s9700_image_54128-crop

En fait, il y a une phrase de Tobbe qui m’a le plus marquée. Le fait que Mimi soit tellement humaine maintenant, dans le meilleur et le pire. C’est une double remise en question. Est-ce que l’intégration des hubots dans la société humaine est synonyme pour eux de devenir humain comme la version de Florentine ? Ou alors les hubots sont-ils amenés à dominer le monde en restant « les enfants de David » comme le dit si bien Beatrice ? L’une ou l’autre des solutions amène une perte, du genre hubot ou du genre humain. Je n’ai pas vraiment de position sur ce point, ce qui semble certain en revanche, c’est que la cohabitation sera toujours refusée par certains si elle aboutit un jour. C’est cette quasi philosophie dans la série qui est fascinante. Faut-il, faut-il pas ? Le libre arbitre existe-t-il vraiment ? On a la famille suédoise la plus cliché qu’il soit avec sa cuisine IKEA, sa tolérance et sa blondeur, et de l’autre côté on a un monde qui a du mal à se mettre au goût du jour…

Je pense que la saison 3 va du coup se pencher sur la prise en compte des droits des hubots ainsi que sur ce virus. J’espère que Mimi ne va pas mourir… même s’il semblerait que nul n’est à l’abri d’être mis au dépôt dans cette série… C’est clairement l’une des meilleures séries de SF que je connaisse même si effectivement, il y a des défauts. Mais il y a surtout de nombreuses qualités, merci à l’écriture nordique x’D.

Et bientôt au ciné…

Titre : Boyhood (sortie : prochainement haha.)

De : Richard Linklater

Avec : Ellar Coltrane, Lorelei Linklater, Patricia Arquette, Ethan Hawke…

Synopsis Allociné : Chronique sur douze ans d’une famille à travers le point de vue d’un jeune garçon.

Qu’est-ce qui accroche ? : Le concept. Faire un film sur 12 ans. Rien que l’idée, je la trouve grandiose. C’est plus qu’une vie qui se déroule, il y a la vie des personnages, mais aussi celle des acteurs. C’est étonnant, original, osé. Quand j’ai entendu parler pour la première de ce film, j’ai cru que c’était une blague. Je suis très curieuse de voir les différences de technologie, l’évolution de ces protagonistes, tout. Se voir dans un film de 2h45 sur une période de 12 ans… L’expérience doit être incomparable. Sérieusement, même si le film en soi est mauvais, la démarche artistique est tellement géniale qu’il n’y a pas de raison de ne pas aimer. C’est assez idiot, mais c’est vrai que rien d’y penser, je me sens toute émotionnée x’D.

Actor’s Chart : Ce n’est pas le premier film dans lequel le héros a joué, mais c’est certainement le premier rôle dans lequel il a été casté. Pour le rôle de la sœur, le réalisateur a choisi sa propre fille pour le rôle. Ce qui n’est pas plus mal. Le tournage a commencé en 2002 quoi. Linklater a dit qu’il avait du mal à intégrer le fait que le tournage était fini, le film sorti etc. Tu m’étonnes…

———————-

Titre : Jupiter Ascending (sortie : 23 juillet 2014)

De : Lana et Andy Wachowski

Avec : Channing Tatum, Mila Kunnis, Sean Bean, Eddie Redmayne

Synopsis Allociné : Née sous un ciel étoilé, Jupiter Jones est promise à un destin hors du commun. Devenue adulte, elle a la tête dans les étoiles, mais elle enchaîne les coups durs et n’a d’autre perspective que de gagner sa vie en nettoyant des toilettes. Ce n’est que lorsque Caine, ancien chasseur militaire conçu génétiquement, débarque sur Terre pour retrouver sa trace que Jupiter commence à entrevoir le destin qui l’attend depuis toujours : grâce à son empreinte génétique, elle doit bénéficier d’un héritage extraordinaire qui pourrait bien bouleverser l’équilibre du cosmos…

Qu’est-ce qui accroche ? : Visuellement, ce sera probablement à couper le souffle, comme Cloud Atlas, comme Matrix, comme tous leurs films quoi x’). Car clairement, pour une fois, le cast ne m’intéresse pas du tout. Mais les effets, rien que la BA en jette plein les yeux. J’attends aussi de voir le côté antique, car bon, un perso qui s’appelle Jupiter, c’est bizarre quand même… Ah oui, et voir si Bean meurt aussi ;’D.

Actor’s Chart : Pour le coup, j’irai le voir en 3D car c’est leur premier film conçu pour la 3D. Alors à moins qu’ils ne réussissent pas à apporter leur marque de signature… je parierai que ça va bluffer à tous les niveaux :’). A la base, c’était Natalie Portman qui devait avoir le rôle de Kunis. Je me dis que vu son rôle dans Thor, heureusement qu’elle a refusé car ça lui aurait fait trop de blockbusters :’p. Puis dans la BA, la robe de Kunis à un moment, on croirait revoir Padmé Amidala :’O.

———————-

Titre : Jersey Boys (sortie : 18 juin 2014)

De : Clint Eastwood

Avec : Francesca Eastwood, Christopher Walken, Freya Tingley, Vincent Piazza

Synopsis Allociné : Quatre garçons du New Jersey, issus d’un milieu modeste, montent le groupe « The Four Seasons » qui deviendra mythique dans les années 60. Leurs épreuves et leurs triomphes sont ponctués par les tubes emblématiques de toute une génération qui sont repris aujourd’hui par les fans de la comédie musicale…

Qu’est-ce qui accroche ? : Ça ne me dit pas du tout, et je ne comprends pas pourquoi O_O. Y a tout ce qui me plaît, de la musique et encore mieux un film musical, un bon petit film gentillet à la Eastwood, des acteurs pas trop connus qui ont du potentiel prêt à être révélé car ce sont des authentiques comédiens de Broadway, une histoire vraie… Mais la BA, je ne sais pas si c’est parce qu’elle est mal montée ou quoi, mais ça ne me dit rien du tout…

Actor’s Chart : C’est bien sûr l’adaptation de la comédie musicale :’). Mais je ne le sens pas quand même…

———————-

Titre : Edge of Tomorrow (sortie : 4 juin 2014)

De : Doug Liman

Avec : Tom Cruise, Emily Blunt, Lara Pulver, Bill Paxton

Synopsis Allociné : Dans un futur proche, des hordes d’extraterrestres extrêmement organisés, appelés les Mimics, ont livré une bataille acharnée contre la Terre, réduisant les grandes villes en cendres et causant la mort de millions d’êtres humains. Aucune armée au monde n’est à même de rivaliser avec la rapidité, la violence et les capacités cognitives exceptionnelles des combattants Mimics, très bien armés, ou de leurs chefs dotés de pouvoirs télépathiques. Mais à présent, les armées du monde ont réuni leurs forces pour une ultime offensive à quitte ou double contre les extraterrestres…

Qu’est-ce qui accroche ? : Peuh, il devait sortir fin mai à la base puis il a été repoussé ><. J’avais hâte de revoir Blunt dans un rôle un peu d’action. Bref, c’est le réal de La mémoire dans la peau, les combats m’ont l’air bien mené, j’aime bien le concept de mémoire cognitive aussi. Mémoire du muscle toussa. Puis de la S-F, c’est tout :’). Même si je me pose des questions sur la pertinence du choix de Tom Cruise. Je veux dire, il commence à se faire vieux, ça va être le prochain Bruce Willis quoi…

Actor’s Chart : Oh, Bérénice Béjo avait été envisagée pour le film à la place de Blunt, je ne sais pas ce que j’aurais préféré… A part ça, le film a été tourné en très grande partie sur les plateaux des films Harry Potter :’).

———————-

Titre : We are the best! (sortie : 4 juin 2014)

De : Lukas Moodysson

Avec : Mira Barkhammar, Mira Grosin, Liv LeMoyne

Synopsis Allociné : Stockholm, 1982, à l’heure où le disco explose, trois collégiennes, Bobo, Klara, Hedvig, tout juste 13 ans, décident de former un groupe de musique pour prouver que le punk n’est pas mort… Et pour crier très fort !

Qu’est-ce qui accroche ? : Dieu sait que j’ai du mal avec les films où je ne comprends rien à la langue, mais pour celui-là, la BA m’a tellement plu que je l’ai déjà noté dans mon agenda des sorties. Il y a une sorte de bonne humeur indéniable, et je suis déjà attachée à ces petites x’D. Pourquoi, je suis pas fan de punk ou quoi que ce soit, mais ça a juste l’air… « sympa ».

Actor’s Chart : Il s’agit de l’adaptation du roman graphique Aldrig godnatt (Never Goodnight) dont l’auteur n’est autre que la femme du réalisateur ^^’. D’ailleurs, c’est lui qui a réalisé Mammoth, avec Gael Garcia Bernal et Michelle Williams :’).

Give me the Beek.

Dawson-Michelle-Williams-reclame-a-James-Van-Der-Beek-de-nouveaux-episodes_portrait_w532

En ce moment, j’ai des bonnes surprises avec James Van Der Beek. Dans Friends With Better Lives par exemple, ou même dans ses participations dans des films. Van Der Beek c’est Dawson Leary, avec son large front, son obsession de sa meilleure amie, la chambre que chaque ado voulait avoir (en plus de celle de Hé Arnold !) avec une porte qui donnait sur le mi-toit, et le héros mièvre par excellence. Mais c’est aussi le cerveau du film Les lois de l’attraction (lui et Ian Somerhalder dans le même film, c’est la quintessence des jeunes Américains de l’époque, à la Cruel Intentions x’D) ou encore plus récemment l’ex de Robin Sparkles dans How I Met Your Mother… Il a bien vécu ce petit. Récemment, il est passé chez Jimmy Fallon et il avait l’air vraiment épanoui et ravi haha. Il racontait comment il avait raté sa première audition pour Law & Order où son CV s’était retrouvé dans la poubelle 5 min après qu’il soit sorti (alors qu’il avait dû rentrer dans la pièce parce qu’il avait oublié quelque chose).

james-van-der-beek-618x400

On parle d’abord de Friends With Better Lives qui marche plutôt bien sur CBS (probablement grâce à la petite vid exclusive de Funny or Die avec Brooklyn Decker, mais bon). Petite sitcom plutôt sympa avec un casting où l’alchimie passe bien. C’est assez cliché, pas mauvais mais pas bon non plus, un groupe de trentenaires bien posés, qui est à un point de leur existence où il faut qu’ils réévaluent leurs vies. Alors ouais, l’humour facile des perches gigantesques pour les sous-entendus de nature sexuelle, mais mis à part ça, l’humour des acteurs me plait. En plus, le fait que les deux personnages principaux soient des obstétriciens, ça laisse une porte ouverte à de nombreuses blagues (encore plus faciles du coup :’/). C’est là qu’on voit que Van Der Beek a fait du chemin. De l’idole des jeunes à un acteur qui a gagné ses galons en comédie. J’espère en tout cas que la série va un peu durer quand même… Ou du moins, tenir sa première saison.

james-van-der-beek-krysten-ritter-lg

Mon point de vue sur lui a changé depuis Don’t Trust the Bitch in Apartment 23 bien sûr x’D. Soit c’est extrêmement stratégique d’avoir accepté de réinventer son caractère, ou alors ça montre une véritable originalité (et des tripes x’). Une version totalement loufoque de James Van Der Beek. Certes, c’est encore une fois grâce à Funny or Die (elle est énorme cette vid de Joshua Jackson aussi :’D) qu’il a décroché ce rôle ou sinon il aurait continué dans le drama. RIP cette série que j’avais trouvée géniale, les trois protagonistes étaient tout simplement excellents, l’idée en elle-même changeait des sitcoms de colocs habituelles. En vrai, j’ai pensé à lui car j’étais tellement surprise de le voir dans Labor Day. Etrange de penser que je l’associe plus à la comédie maintenant plutôt qu’à un rôle sérieux… Mais il fait partie de ces acteurs qu’on déteste sans savoir pourquoi (enfin, si, à cause de son large front et de son personnage de Dawson x’D) et j’essaye de le réhabiliter :’D.

Je mentionne Mercy rapidement car il avait un rôle récurrent, mais qu’est-ce que la série était… voilà x’). Mais en soi, c’était très répétitif, la série voguait sur cette mode des shows médicaux et n’apportait rien de nouveau. En espérant que 2014 soit l’année du Beek !