« Innocent until proven guilty. » – Rectify

Oui, je continue dans les séries qui parlent de tueur, mort, toussa toussa :'D. Mais je vais bientôt être à court. Saison 1, donc.

Je ne sais pas si c’est le fait que cette saison ne soit composée que de 6 épisodes, ou parce que c’est Sundance qui l’a produite, mais il y a clairement quelque chose de différent dans Rectify. D’agréablement différent. Comme la série n’a pas connu une publicité énorme, je me permets d’indiquer le synopsis Allociné : Après 19 années passées en prison pour viol et meurtre, Daniel Holden est finalement disculpé grâce à des analyses ADN. De retour dans sa ville natale, cet homme, qui n’avait que 18 ans lorsqu’il avait été emprisonné et condamné à mort, tente de se reconstruire une nouvelle vie. Pas évident quand ton entourage te considère toujours comme un criminel et qu’on a passé ces dernières années à attendre la mort !

Au début, j’étais un peu sceptique, j’avais peur que ça tourne au thriller/policier si l’enquête était rouverte pour découvrir s’il était vraiment innocent ou pas. Je mets des stop tout de suite, ce n’est pas du tout le cas (même si la question de son innocence ou non est toujours tapie dans l’ombre et ouvre la porte à un débat pseudo philo-sociologique *sort*). C’est le drame (familial principalement) le plus humain qui soit. Effectivement, l’utilisation des preuves par l’ADN a été un énorme chamboulement dans la résolution des affaires criminelles, sciences dures toussa, preuves scientifiques irréfutables blabla. En gros, il faut juste être plus malin pour monter son coup maintenant. Plusieurs personnes punies de la peine capitale avaient été libérées pour erreur de justice révélée par l’ADN. Donc prendre un fait divers (si on peut appeler ça un fait divers x’) pour créer une série, c’est toujours un principe qui m’a plu. Ray McKinnon est un scénariste, réalisateur qui a remporté un Oscar pour un court-métrage et acteur qu’on a pu voir récemment dans Sons of Anarchy. Ouaip, un CV plutôt intéressant. Et il crée Rectify que Sundance Channel a diffusé. Je suis assez impressionnée en fait. Par la manière dont il propose cette série. C’est très lent, il faut le reconnaître. Mais tant mieux. Car il n’y a que 6 épisodes (ils auraient pu monter à 8 quand même x’), et ça passe trèèès vite 6 épisodes. Après, s’il y en avait eu plus, j’ai peur que la lenteur joue en défaveur de la série, donc mieux vaut finir sur une belle note.

L’histoire et son ton m’ont un peu fait penser au manga Détenu 042 de Yua Kotegawa (l’histoire d’un condamné qui se retrouve embarqué dans une expérience sociologique qui l’amène à travailler dans une école en étant surveillé 24/24 h après avoir été enfermé plus de la moitié de sa vie). C’est la redécouverte du monde, de la société, après avoir été enfermé un sacré bout de temps. Forcément, on s’attache au héros qu’il soit coupable ou non on s’en fiche, on peut lui pardonner car le passé appartient au passé. Il a été suffisamment puni pour ça, non ? Et tant dans le manga que dans la série, il y a une sérénité qui se dégage du héros, le silence des mots qui ne fait que renforcer la tumulte intérieure (et savoir combien de temps il pourra prendre sur lui avant d’exploser). Il pourrait être bouddhiste ! Scruté par sa famille, par les curieux (normal, il revient dans sa ville natale), blâmé par la famille de la victime (qui sont plus tarés que lui), c’est une vraie bête de foire qu’on suit. Pourtant, la place n’est pas au découragement. Daniel Holden (Aden Young que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam délivre une prestation vraiment poignante qui tire les larmes, vulnérable à souhait mais en même temps très fort :’/) est plus que soutenu par sa sœur (une Abigail Spencer que je n’aime pas d’habitude mais qui m’a bluffée là) qui a toujours cru en son innocence, et tente de se réintégrer au sein de sa famille avec une mère remariée qui se sent coupable et un frère qui a le même âge que lorsqu’il venait d’être condamné. C’est le retour dans un autre monde. L’évolution est bien réelle, Daniel apprend tout à nouveau après un traumatisme. Là où en prison il n’y avait ni vie privée ni relation humaine, il retrouve à nouveau une vie. Big up pour la petite Adelaide Clemens (que j’avais beaucoup aimé dans Parade’s End) dans le rôle de la femme du demi-frère qui prouve qu’il existe encore des gens biens dans ce monde qui redonnent goût à la vie même s’ils sont bizarres x’). Les cyniques vont dire qu’évidemment il fallait mêler la religion à tout ça, mais oui ! Il le faut ! Dans un pays croyant comme les Etats-Unis, ne pas y mêler la religion aurait été une erreur de calcul et de réalité. L’absolution, le pardon de nos péchés, c’est peut-être une solution à la question implicite du « que dois-je faire ? ».

Globalement, c’est un peu un voyage initiatique pour se retrouver. C’est touchant, les dialogues sonnent juste, les personnages sont travaillés tout comme la narration. C’est ça, (c’est un beau roman) c’est une belle histoire très épurée. Les scènes ne font jouer que très peu de personnages à la fois généralement, et ça marche. J’ai particulièrement apprécié toutes les scènes flash-back (oui, encore x’D) en prison, ainsi que les références littéraires (re oui, encore :’D). La réflexion/message derrière tout ça ne laisse pas vraiment indifférent je pense. Du moins, j’ose le croire. Le premier épisode ne m’avait pas convaincue, mais le deuxième, quand la mise en place est faite, a été un déclic. Toutes les émotions que Daniel peut ressentir, il les fait transparaître à l’écran et on le comprend un peu mieux. Puis ça redonne un peu espoir (comme dans Détenu 042 :’D) en l’être humain. Donc j’ai hâte de voir la saison 2 (10 épisodes cette fois-ci). Mais j’aimerais bien que ça se finisse par le fait qu’on prouve que c’est effectivement lui qui a commis le viol et le meurtre, et qu’il se fasse exécuter à la fin alors que tout le monde s’est trop attaché à lui car en fait, c’est un homme bon. Je veux pas qu’il soit innocent quoi. Même si des insinuations vont dans ce sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s