Challenge accepted! (j’enchaîne…)

Oh my. C’est une chaîne x’D. Mais comme les questions sont intéressantes, (que je peux faire d’une pierre deux coups) et que c’est plutôt drôle, je perpétue la chaîne d’amdsrs et de ladyteruki car je ne veux pas être le maillon faible *sort*. Et comme je suis très obéissante, je respecte les règles (Poster les règles sur le blog ; répondre aux 11 questions ; inventer 11 nouvelles questions ; partager le tag avec 11 personnes en mettant un lien vers leurs blogs et leur annoncer la nouvelle !).

1) – Ton pire souvenir capillaire : Au lycée, en seconde, j’ai eu ma phase « manga » et je me suis fait des mèches violettes. Quand ça s’est décoloré, ça a terminé en orange (le type d’orange qu’ont tous les Asiatiques…). L’horreur.

– Quelle est la série la plus vieille que tu aies regardée ? (évidemment j’accepte la réponse si tu n’as vu que le pilote) : Ce qui me vient à l’esprit, c’est les Doctor Who originaux… Comme beaucoup de gens de ma génération, je crains d’arborer une distance avec les œuvres « classiques ».

2) – Ton dernier fou rire : Je pense que je suis bon public, mais je crois que c’était pendant les commentaires des Oscars hier soir ^^.

« Le lycée est un champ de bataille pour le coeur »… quelle est la série qui ressemble le plus à l’adolescence telle que tu l’as vécue ? Ça va sembler idiot, mais je pense que c’est Gossip Girl. Les riches (école privée) dans leur cercle, leur niveau de popularité et les marginaux (moi x’D ?).

3) – Un prof qui a marqué (en bien) ta scolarité : Oulààà. Il aurait fallu que je sois attentive pour ça. Mais peut-être ma prof de littérature de 1re. Une culture incroyable, une douceur dans son être, une passion pour l’enseignement.

– Quelle est la toute première série que tu te souviens avoir regardée, même vaguement, quand tu étais vraiment jeune ? Étrangement, j’ai un souvenir très clair de La petite maison dans la prairie, mais je serais incapable de dire si c’est vraiment la première :’).

4) – Un coup de coeur pour une ville? Si on exclut Paris (car je pense qu’il y a une raison pour laquelle on dit que c’est la plus belle ville du monde :’), je ne vais pas être originale, mais je vais dire New York. Il y flotte dans l’air un sentiment de rêve qui est sur le point de se réaliser…

– Faut-il protéger les enfants des fictions « dures » ou au contraire leur apprendre progressivement à repousser leur seuil de tolérance ? C’est une question où il faut un juste milieu à mon avis. Il faut les protéger, c’est sûr, par exemple, les minimums d’âge existent pour une raison. Mais après, il ne faut pas les protéger à vie, mais leur apprendre progressivement. Sinon ça finit par ce qu’on vit dans la société actuelle, ils « découvrent » la vie de plus en plus jeune… et pas toujours les bons côtés.

5) – C’est quoi pour toi la fin de l’innocence? Quand on se rend compte que le meilleur est passé et qu’on vieillit.

La faute d’orthographe ou de grammaire que tu sais que tu fais souvent, mais que tu continues de faire quand même : En orthographe « un tollé » que j’écris toujours « une tollée » x’D. Et sinon, y en a d’autres mais qui ne me reviennent pas…

6) – Ce qui peut te faire sortir de tes gonds en public : Je ne me rappelle pas d’une situation pareille… Il m’arrive de « m’exciter » en public, quand on parle de Firefly par exemple *sort*, mais m’énerver, je ne crois pas que ça m’arrive…

– Quelle série, qui en manque dramatiquement, mériterait un générique digne de ce nom, et dans ce cas, à quoi ressemblerait-il ? Tiens, c’est drôle, j’y pensais récemment justement. Je vais en citer deux, Grey’s Anatomy qui passerait sur une musique assez classique, à la Vivaldi ou Chopin, avec une couleur/image originale, avec les personnages souriants et pas trop de « patients », et on verrait les acteurs principaux apparaître dans l’ordre alphabétique (avec un Jackson torse nu) , et ça finirait sur les portes automatiques avant du Seattle Grace Mercy West :’D. Pour l’autre série, ce serait Chicago Fire, et là je vois plus une chanson du style Aerosmith, avec un filtre un peu rouge/terne pour donner un côté un peu vintage, ça ouvrirait sur le visage inquiet du Chief, mais sans le nom de l’acteur car je le vois très bien à la fin « and Eamonn Walker as Chief Wallace Boden » dans une police classique comme Times ou autre :’p.

7) – Une storyline de série que tu aurais réécrite si tu avais pu : Il y en a beaucoup… Trèèès récemment, dans The Good Wife je crois. Kalinda Sharma. C’était du grand n’importe quoi, je n’aurais pas fait intervenir son « mari », mais je lui aurais donné autre chose à mettre sous la dent. N’importe quoi (Lana de préférence *sort*). Plus « lointainement », je mentionnerais Alias. Je ne comprends toujours pas pourquoi Abrams a tourné sa série vers la prophétie de Rambaldi. Jusqu’à la fausse amnésie de Sydney, j’adorais Alias, mais après, c’est parti en délire. Je pense que j’aurais modifié la storyline de Michael et Sydney en fait. Je ne les aurais pas fait revenir ensemble.

– Si je te demande d’associer une série à une époque de ta vie, de laquelle me parles-tu et pourquoi ? Au jour d’aujourd’hui, Underemployed a vraiment fait tilt chez moi. C’est pas compliqué à expliquer, mais en bref… ouais, je m’y suis retrouvée.

8) – Scénariste, éclairagiste-accessoiriste, réalisateur, monteur ou acteur? Scénariste, je pense. Idéalement bien sûr. Et expérimentalement, actrice x’D.

– Si tu écrivais ton autobiographie, quelle célébrité enregistrerait la version audiobook ? Ah. Bonne question :’O. A l’heure actuelle, je dirais Emma Stone. J’aime beaucoup sa voix un peu éraillée, et elle est drôle à écouter et comme je pense que si j’écris une autobiographie (haha), ce serait plutôt humoristique :’D. Mais si c’est quand je serai plus âgée, ptete plus Lana Parrilla qui a une maîtrise beaucoup plus grande de sa voix. Stable, assurée, et adaptable.

9) – Quel personnage de série voudrais-tu déplacer dans une autre série? Ellen Parsons de Damages que je mettrais dans Parks and Rec :’D.

– Quand tu fais une crêpe-party, quels sont les ingrédients dont tu tartines systématiquement tes crêpes ? Lait concentré ou sucre glace :’D.

10) – Une fin de série, c’est mieux trop tard avec remords ou trop tôt avec regrets? Trop tard, car au moins, on en aura profité le maximum. Puis, je doute que ce soit des remords mais plutôt une rancœur ^^.

– Cite un film que tu as l’impression d’être la seule personne au monde à aimer : Hum. A walk to remember. L’adaptation du bouquin de Nicholas Sparks avec Mandy Moore et Shane West qui date de 2002. Tout le monde trouve ce film trop niais, ce qui est le cas, mais il est trop beau aussi !

11) – On est reçu comment chez toi? Il y aura toujours à boire et à manger en tout cas x’D. Je m’en rends pas trop compte, j’aime bien quand les gens sont à l’aise, donc j’essaye de les mettre à l’aise ^^’.

– C’est l’apocalypse et Dieu, qui t’a à la bonne, se propose de sauver UNE personne à Hollywood, et une seule. Quelle vie épargnes-tu et pourquoi ? OMFG. Joss fucking Whedon. Merci Dieu.

Pour mes questions, euh… mon manque de créativité toussa… J’espère que ça ira ‘-‘.

1/ Vous vous retrouvez devant votre acteur/actrice préféré(e). Une photo ou un autographe personnalisé est possible, lequel choisissez-vous ?
2/ La chance vous sourit, un gros studio a accepté de financer grassement votre adaptation d’un roman à succès. De quel roman s’agit-il et qui castez-vous dans les rôles principaux ?
3/ Dans quelle série vous verriez bien un épisode musical ? Ils chanteraient des chansons originales ou des reprises ?
4/ Les gens beaux à la télé, c’est bien ou pas ?
5/ Un soir, vous décidez d’aller au restaurant, et par une chance inouïe, le chef vous offre le repas en insistant sur le fait que vous puissiez commander tout ce qui vous plaît. Quel est le menu parfait ?
6/ Vous menez une double vie, que cachez-vous ?
7/ « Il est 6 h au clocher de l’église, dans le square les fleurs poétisent… » vous faites la queue pour acheter les billets du concert de votre vie. Mais qui ?
8/ Votre/vos DDE vous lâche(nt). Qu’est-ce que vous retéléchargez en premier ?
9/ Dans un Etat totalitaire, le dirigeant vous donne carte blanche pour imposer une loi, que stipule-t-elle ?
10/ Le Docteur vous propose de vous emmener n’importe où à n’importe quelle époque, où aller ?
11/ Vous venez de mourir, quel est le premier souvenir qui défile sous vos yeux ?

Lady a dit qu’on ne pouvait pas toucher son père :’/, mais ça me perturbe ça ! Et les gens qui ont été tagués plusieurs fois vont être heureux (je crois que je ne vais pas les obliger x’). Les questions restent ouvertes à tout le monde, mais je vais « taguer » Les Critikeurs, Toto qui a toujours les mêmes goûts que moi :’p et ben, ceux qui le veulent ^^.

The 85th Academy Awards…

*roulements de tambour…* Tada ! Le glamour hollywoodien représenté dans le Dolby Theater :’). Le récapitulatif des gagnants qu’on retrouve partout, disons celui de Première. Et quelques commentaires…

Je passe toutes les récompenses techniques car je ne comprends rien là-dedans (enfin, sérieusement, entre le mixage son et le montage son ?!) et honnêtement, je suis plus people, et ce ne sont pas des gens que je connais généralement x’D. Bon, parlons un peu de l’introduction. Oh my… Je ne suis pas très partisane de l’humour de Seth McFarlane globalement, je n’aime pas trop ce qu’il fait. Mais là, euh… à part le moment avec les chaussettes où j’ai franchement riz, je n’ai pas trouvé l’intro très intéressante ‘-‘. Celui de Billy Cristal l’an dernier était mieux… Il n’y a pas eu de vraies blagues « intéressantes et intelligentes », mais juste des piques contre les gens et d’autres sous-entendus un peu grossiers comme ça. Oui, c’est vrai que Charlize Theron (elle a un charisme assez incroyable, sa démarche assurée sur le tapis rouge O_O, elle porte sa coupe et sa robe d’une force) et Channing Tatum dansent plutôt bien, que c’était drôle de voir William Shatner reprendre son rôle iconique de Kirk (Shatner qui a d’ailleurs tenu rigueur à J.J. Abrams de ne pas l’avoir inclus dans aucun nouveau Star Trek en clamant que c’est nul de le voir aux rennes du prochain Star Wars)… Pour le moment JGL et Daniel Radcliffe… Que s’est-il passé ??? JGL A LAISSE SON BOUTON HITRECORD. J’étais outrée !!! Je pensais qu’il allait insister pour le mettre (mais il était très souriant et il avait l’air diablement sympathique :’D)… Et Radcliffe avait l’air un peu coincé, beaucoup moins à l’aise que dans How To Succeed In Business Without Really Trying. Et voilà, pas du tout convaincue par ce début de cérémonie, du coup… voilà. J’ai juste bien riz à la ligne où McFarlane mentionne Tina Fey et Amy Poehler ^^.

vlcsnap-2013-02-25-18h57m42s149

Ma plus grande désapprobation se ressent à l’encontre de Rebelle. Sous prétexte que ce soit un Pixar, il remporte l’oscar (et le plan sur Jessica Chastain de suite après sous prétexte qu’elle soit blonde LMAO) ? Ça m’énerve vraiment, il me restait encore un peu d’espoir. J’ai vraiment pas aimé du tout Rebelle. Les petits oursons étaient mignons, mais c’était plat, pas drôle, même pas très épique. Je soutenais ParaNorman qui était vraiment différent, même si ce n’est pas mon genre de graphisme, l’histoire était carrément plus intrigante, digne d’un film en fait. Imaginons, Rebelle en film aurait juste donné quelque chose de ridicule. ParaNorman aurait été drôle avec une touche de style indépendant. Meilleurs effets spéciaux pour Life of Pi face à Avengers ou Prometheus etc. ? Déjà que j’ai trouvé la moitié de leurs récompenses injustifiées notamment pour le meilleur réalisateur… Nan mais sérieusement ! Ang Lee ? On a vu le même film ? D’accord pour les récompenses techniques, mais euh… Enfin bon. Déjà, il fallait avaler la pilule que Paul Thomas Anderson ne soit pas nommé (ni Quentin Tarantino, mais comme je ne l’aime pas, ça me dérange pas x’D, puis il aura gagné quand même quelque chose avec le meilleur scénario original). La plus grande déception était sans doute J. Law (pour qui j’ai eu de la peine quand elle s’est prise les pieds dans sa robe quand même x’D). L’actrice, je la trouve plutôt douée en soi, vraiment. Je ne sais toujours pas si je l’aime bien, mais je reconnais son talent. Mais gagner face à une Chastain qui avait un rôle à oscar ? Je n’ai pas compris. Okay, pour les Golden Globes, mais l’Académie, rho !! Puis surtout, le perso de Lawrence dans Silver Linings Playbook, désolée, mais il y avait une vraie incohérence due à son jeune âge.

Puis il y avait les « évidents », le buzz de Searching for Sugar Man, la reconnaissance d’Amour… Pixar qui remporte encore et toujours avec Paperman (j’avoue, je l’avais bien aimé celui-là x’D), et le fait que Christoph Waltz remporte son deuxième oscar pour le meilleur second rôle masculin encore pour un film de Tarantino (on a beau dire, mais je trouve qu’il joue toujours de la même manière, ses sourires « forcés », sa nonchalance à tuer les gens etc. comme les films de Tarantino quoi x’D). J’avoue, je n’avais pas de grand favori pour cette catégorie même si je n’aurais pas refusé que Tommy Lee Jones gagne car il était vraiment touchant dans Lincoln. Un petit mot pour Anne Hathaway, qui avait une pêche d’enfer toute heureuse.

vlcsnap-2013-02-25-18h53m39s14

Beaucoup sur Twitter ont fait la remarque « On est aux Tonys ou aux Oscars ? » à cause des nombreux numéros musicaux (et ils ont manifesté leur étonnement à l’air des Dents de la mer hihi). J’avoue, bel hommage aux comédies musicales ^^. De Fred Astaire en passant par La Belle et la Bête sans oublier l’hommage à la saga Bond. C’était quelque chose. Visiblement un choix personnel de McFarlane qui est amateur de comédies musicales (et aux producteurs des Oscars cette année paraît-il). J’avoue que le petit medley Chicago (où on voit que Catherine Zeta-Jones a vraiment vieilli et qu’on comprend pas trop ce qu’elle fait là), Jennifer Hudson (qui a plus crié que chanter, et c’était bien dommage), Les Misérables qui m’a tiré la larme à l’œil et a eu droit à un standing O (qui n’ont pas chanté The People’s Song dont je parlerai prochainement, mais ça a quand même permis de voir Samantha Barks changée dans une robe magnifique sur scène :’D, et un Eddie Redmayne qu’on aurait cru constipé, vraiment) était assez chouette. Le son en revanche était assez atroce. On a pu entendre l’étendue de la calamité quand « the unstoppable » Adele a chanté (première prestation de Skyfall en live), ou encore quand Barbra Streisand a fait son numéro (que je n’ai pas du tout aimé alors que le in memoriam était plutôt beau).  La performance de Norah Jones était une hécatombe. Bon, j’exagère peut-être… mais c’était trop bizarre ><. Je l’aime bien cette petite, mais là, elle n’était pas à la hauteur, surtout passer après des artistes pareils. Et pour la note de conclusion, ramener Kristin Chenoweth sur scène… je sais pas, elle m’a vraiment saoulée tant sur le tapis rouge que là. Elle en fait toujours trop, c’est lourd.

vlcsnap-2013-02-25-18h56m47s95

Au niveau des discours, comme d’hab, j’ai beaucoup aimé celui de Daniel Day-Lewis (standing ovation \o/) qui est toujours aussi « sobre » mais qui réussit à être drôle. Ah tant que j’y pense ! La présentation de Jean Dujardin pour la catégorie des meilleures actrices, son accent français lors de la prononciation des noms était assez drôle :’D. Pas ridicule pour une fois, mais juste drôle. On reprend pour les remerciements, le discours de Ben Affleck était vraiment bien. Je sais, je pense être vraiment subjective concernant Argo, mais j’aime beaucoup son american dream. Comme il le disait, combien on l’a snobbé après sa victoire pour Will Hunting… On parle de rédemption, c’est peut-être un grand mot, mais le moment était vraiment beau. Et bien sûr, la simplicité d’Adele :’). Mention à Richard Gere qui a trop vieilli O_O. Ohhh et la « présence » de Michelle Obama à la fin pour annoncer le meilleur film ! Trop bon !

vlcsnap-2013-02-25-19h05m00s164

Grosso modo, j’ai trouvé que McFarlane a bien fait gonfler son ego, tout le tralala autour de Ted et autres références sur sa personne. Un peu déçue par les présentateurs (notamment par la troupe d’Avengers et pas uniquement parce que Whedon n’était pas convié *sort*), ils manquaient d’inspiration. Avec du recul, les récompenses étaient assez diverses quand même ^^. C’était une année un peu pauvre ? Faut que je me regarde l’after de Jimmy Kimmel maintenant ^^.

Ô Glee, ô désespoir… ô fangirlisme ennemi.

"I Do". 414.

J’ai plus ou moins arrêté Glee depuis la fin de la saison 3, regardant d’un œil distrait les numéros musicaux de la saison 4, ou des scènes où Quinn (Dianna Agron <‘3) apparaissait :’). Du coup, je ne suis pas trop au courant de ce qui se passe. Par exemple, je n’ai pas compris pourquoi Kitty et d’autres n’étaient pas au mariage (visiblement à cause de la grippe aviaire, okay). J’ai trouvé ça un peu limite que Mike et Mercedes aient à peine une ligne de texte et 30 secondes d’écran alors que ça faisait très longtemps qu’ils n’étaient pas apparus. Et Marley que je commençais à apprécier me semble juste ridicule. Mais pour un épisode de Saint Valentin, je suppose que ça passe. Mis à part le duo Finchel, j’ai plutôt trouvé le choix des titres réussi.

Ce que j’ai toujours bien aimé dans Glee, c’est le côté « roots for the underdog ». On se range du côté des exclus, des marginaux, des rejetés du lycée. Qu’on s’y identifie ou pas, il y avait tous les clichés des populaires aux autres. Un microcosme de la société quoi. Haha (car en fait, tout le monde sait que l’école ne finit jamais en fait x’). Ouais. Je suppose que c’est pour ça qu’on apprécie plus ou moins la série. Et puis il y a la musique bien sûr. On a beau dire, mais j’ai découvert de nombreuses chansons/artistes grâce au show. Et pas que des chansons très connues. Et c’est vraiment chouette. Mais j’en garde plutôt un souvenir nostalgique plutôt qu’une série actuelle à suivre hebdomadairement. Je ne compte plus les incohérences de la série, les faiblesses des personnages et de leurs storylines… J’avais abandonné déjà avant, mais là j’ai carrément perdu tout espoir. Ouais, je sais, c’est sûrement exagéré pour le simple fait que Quinn passe une nuit torride avec Santana (tiens, la version de « Girl On Fire » de Naya Rivera était plutôt sympa), avec « the college experimentation » mais en tant que fangirl, je désapprouve x’D. En plus, déjà que niveau fandoms femslash y a la guerre Faberry VS Quinntana (sachant que je n’adhère à aucun des deux), mais que l’un devienne canon… C’est difficile à avaler ><. Surtout incroyable. Mais bon. Je ne dis pas que ça n’aurait pas pu arriver, niveau histoire, je trouve même que c’est plutôt plausible le coup d’être bourré et hop, on saute la barrière. Mais est-ce que c’était un choix stratégique ? J’en suis pas si sûre.

Soit. C’est arrivé. Il me reste juste à avoir des nausées plus tard. Mais au moins, ils auraient pu montrer quelque chose, non ? Pas seulement une Quinn en extase post-coïtale (oui, ce plan a vraiment fait tilt dans mon esprit x’D) mais une histoire un peu plus convaincante ? Un dialogue ? Je reste toujours incrédule par cet état de faits, je suis curieuse de voir si dans les prochains épisodes ils vont développer (ou du moins, mentionner) leur relation. Leur relation amicale, je l’aimais beaucoup, j’avoue. Leur rivalité etc. Mais là, Santana, qui a eu une évolution un peu nulle avec Brittany, se tape le troisième composant de la Unholy Trinity ><, limite parce qu’il n’y avait pas d’autre choix. J’ai juste l’impression qu’ils ont « dû » faire ça pour une question de politiquement correct et pour attirer l’audience (comme toujours), sans vouloir vraiment (ou même y avoir songé) une quelconque exploitation de ce nouveau « couple ». En plus, Quinn retourne à New Haven et Santana à New York (mais qu’est-ce qu’elle y fout ‘-‘ ?).

Il est vrai également que Glee est considérée comme une série pro-gay (même si je trouve que c’est très mal abordé, aka le coming-out forcé de Santana et la façon dont elle pardonne le grand blaireau au bout d’une semaine) sous l’égide d’un Ryan Murphy apprécié des fans et de la presse (j’avoue, j’ai hâte de voir The Normal Heart :’D). Plusieurs critiques prétendaient qu’il y a eu ça parce que c’étaient les sweeps à ce moment là. Honnêtement, c’est fort possible, et ça m’étonnerait pas vu les tweets qu’avait envoyés Murphy pour teaser un peu les spectateurs (comme quoi il adorait la relation Quinn/Santana blabla), et je trouve ça fort dommage. Bref, voilà. Ah si quand même, j’ai trouvé Chris Colfer particulièrement beau gosse dans cet épi, j’ai l’impression qu’il a mûri le petit :’). Du coup, mon anti Klaine s’est un peu atténué durant mon visionnage. Oh et la chanson d’Emma. Excellent. Elle a géré son rythme. J’ai trouvé ça assez drôle que Jayma Mays chante une chanson de « Company » dans lequel a joué NPH qui a un style souvent accéléré dans ses chansons. Voilà.

P.S : L’épisode de Community d’Halloween à la Saint Valentin était quand même une meilleure idée :’p.

« There’s no happy ending… Not for me anyway. »

A jour dans Once Upon A Time. Spoilers :'p.

Ce moment dans Once Upon A Time où on se demande s’ils vont nous sortir tous les personnages de contes de fées au fur et à mesure des épisodes au compte-gouttes… La question donc. Pourquoi je continue toujours à regarder alors que clairement ça devient du n’importe quoi ? Ah oui, je sais. The Evil Queen (Lana Parrilla). La seule et l’unique. Jusqu’au début de la saison 2, j’aurais dit the Evil Queen et Rumpelstiltskin (Robert Carlyle), mais là, avec la seconde moitié, même mon intérêt pour Rumpel (on va se contenter de ça) est retombé alors que mon fangirlisme pour Regina est toujours à son apogée. Episode Tiny que je n’ai pas vraiment apprécié même si pour une fois, l’histoire avance, et même si le guest de Cassidy Freeman était inattendu et sympathique. Et ils se la sont joués Elementary, à échanger le sexe du personnage ^^. J’ai vu qu’August et Graham allaient revenir pour un ou plusieurs épis, j’ai assez hâte ^^.

Je vais d’abord cracher mon venin sur Snow (Ginnifer Goodwin qui est prévue à Monte Carlo d’ailleurs) et Charming (Josh Dallas –‘). Bon sang de bonsoir. Je ne parle pas que de leur niaiserie, ça fait partie des personnages, mais je pense que je parle de leur sérieux en jouant les niais. Il y a quelques temps sur Twitter, on a eu droit à des « dièses » comme #YouKnowYouLiveIn… (avec Tree Hill, Sunnydale) et parmi eux, #YouKnowYouLiveInStorybrooke… Un tweet m’a particulièrement fait glousser, l’auteur disait en gros « quand Snow et Charming se sont fait tatouer « I found you » sur leurs fronts ». *gloussement* C’est tellement vrai. Bon, il y avait d’autres tweets encore plus ingénieux, mais celui-là représentait bien mon sentiment. On le sait qu’ils sont destinés l’un à l’autre, et oui, avec la malédiction brisée, ils se sont retrouvés et ils vivent leur happy ever after. Et ça m’énerve. Ça m’énerve que seuls les gentils ont droit à leur happy ending en occultant totalement la personne qui les a aidés (ph.D en mauvaise foi… Ah oui, des références à Dr Horrible seront disséminées tout au long de ce billet vu le titre x’). Est-ce que c’est ça, la magie des contes de fées ? Sois gentil et tais-toi ? Puis il y un vrai downer et un upper dans leur couple. James/David ne sert que de faire-valoir à une Snow/Mary-Margaret (qui se balade avec un arc et des flèches sur le dos). Ils s’en rendent comptent et tentent de donner à des David des lignes intéressantes… en surface. Ce qui m’irrite de plus en plus, c’est que sous prétexte qu’ils sont des royaux, ça y est quoi, ils dirigent la ville. Et désolée, mais on n’est pas à Fairytale Land, on est dans une petite ville du Maine, avec le téléphone, internet et des armes à feu. Merci.

Prenons l’exemple de Red (Meghan Ory que je trouve fort plaisante à voir à l’écran je l’avoue, même si son dernier manteau en fourrure était atroce). On ne saura pas combien d’innocents elle a tués, son petit-ami faisant partie des victimes, mais pourtant, elle se retrouve considérée quand même comme une gentille, tout simplement parce qu’elle aide Snow à un moment. Un court instant qui tient plus du hasard qu’autre chose. OKAY, elle ignorait qu’elle était un big bad wolf avant qu’on le lui dise. Et jusqu’à ce qu’elle flippe un bon coup toute ensanglantée. Mais elle a quand même tué des gens ! Et même après qu’elle ait appris pour sa « maladie ». Et tout d’un coup elle est pardonnée ? Et elle n’éprouve aucune empathie envers la vraie méchante de la série qui cherche à saisir une seconde chance ? S’il y en a une qui devrait saisir un peu les enjeux du « on a peur de l’inconnu », c’est bien elle. Les monstres à tout-va, et les noms d’animaux de compagnie pas si agréables… Son personnage commençait à devenir fortement inutile jusqu’à l’arrivée de Belle (Emilie de Ravin). D’ailleurs, heureusement qu’elles interagissent ensemble, car sinon, on ne les verrait jamais à l’écran.

Je dis ça car Rumpel encore une fois, on dirait qu’il est aussi voué à vivre malheureux. Il a fait preuve d’une tentative de rédemption en même temps que Regina, je dirais même plus, plus tard, mais toujours avec une arrière-pensée. En plus, c’est un homme violent *sort*. Franchement là, s’il retrouve son petit Baefire, je serais offusquée :’O. C’est un faux gentil, alors que Regina avait vraiment (sincèrement, profondément, avec désintérêt bien sûr) décidé d’aider les petits niaiseux sans rien en retour ! L’autre, il voulait un deal… J’ai déjà choisi mon camp perso x’). Il a frôlé le bonheur en traversant la bordure de Storybrooke, mais évidemment, ça aurait été trop beau… Dans de nombreuses interprétations tant de la malédiction que de la série, il est présenté comme le mastermind des opérations. Il a anticipé ses coups, tout prévu. Quel être d’une intelligence suprême hihi (à quand la création de l’evil league of evil :’p ?). Il faudrait qu’on en sache plus sur sa position vis-à-vis de Cora pour se faire une meilleure idée sur son futur rôle. Car la direction que prend l’histoire me déplaît vraiment avec la quête du fils. Si c’est le fil rouge de cette seconde partie de saison, je suis pas du tout sceptique… Et je suis aussi un peu réservée sur le fait qu’il puisse sortir de la ville. A vrai dire, j’ai juste hâte que ça avance vers quelque chose de plus clair. Car ils temporisent là. Si je ne croyais pas mieux, je dirais qu’ils gardent Hook juste parce qu’il est beau et qu’il ne sert pas à grand-chose…

Là, je vais passer au paragraphe où je vais faire ma fangirl (comme d’habitude) et je vais exprimer mon adhésion au ship Swan Queen (qui a connu un boom après l’incident de la mine). Pourquoi je pense qu’Emma Swan (Jennifer Morrison beurk… également prévue à Monte Carlo) devrait finir avec Regina Mills (*_*). C’est certainement le côté Némésis. Sans oublier que, allô, l’une a adopté le fils de l’autre. L’enfant ne veut pas toujours que ses « parents » se remettent ensemble ? Si on n’était pas dans un monde d’hétéronormativité télévisuelle (enfin, tout court plutôt), il y aurait plus qu’un subtext entre les deux personnages, il y aurait une tension visuelle claire et nette. Oui, je suis persuadée qu’Emma soit le true love de Regina (le coup du chapeau qui s’active à leur contact *toussote*, oui, je vois du subtext partout), tout comme que Daniel était le first love, et que Henry (qu’elle aime profondément) avec la malédiction formaient son happy ending. Bon, d’accord, il y a la malédiction et tout (et le fait mineur que Regina soit la belle-mère de Snow ce qui fait d’elle la « grand-mère » d’Emma huhu). C’est Ginnifer Goodwin qui s’est attirée les foudres des shippers de Swan Queen un jour en disant sur Twitter (source d’infos, c’est fou, vive l’ère numérique. Soit dit en passant, je pense que la popularité de Lana Parrilla est majoritairement due grâce à ce facteur) que jamais (avec visiblement un ahurissement visible), au grand jamais ce ship n’arriverait. En revanche, il y aurait beaucoup de « make out » entre Snow et Charming… Bam, ça n’a pas manqué, les fans ont crié à l’homophobie. Perso, je m’en fiche, je comprends aussi qu’on ne les shippe pas vu que ce n’est pas canon déjà… Et leur véhémence me fait un peu peur, je l’admets. Cela ne veut pas dire pour autant que je ne trouve pas les personnages faites l’une pour l’autre :’p.

Mais justement, à propos de cette curse, ma subjectivité me fait dire qu’elle était en fait une vraie bénédiction pour tous ! Il n’y a eu que Ruby pour dire une réplique dans ce sens. Oui, elle n’avait pas à se transformer en monstre sanguinaire mensuellement. En plus, elle n’est pas la seule à en avoir profité. Jemini n’est plus un criquet qu’on peut écraser, ils ont fait connaissance avec l’électricité et les toilettes (la magie au quotidien), et Grumpy a même eu droit à une nouvelle chance avec Nova. Donc elle a carrément rendu un service public. Après, le hic, c’est que personne ne la croit jamais, je comprends qu’à force ça la saoule et qu’elle redevienne méchante… Tout de même, ils auraient pu la laisser « gentille » un peu plus longtemps et trouver un ennemi commun pour cette saison. L’idée est lancée pour la prochaine… *sort* Mais sa conversation de cœur à cœur avec le Shériff m’a fait un petit quelque chose. J’ai beau détester ce perso d’Emma Swan, je dois concéder que c’est tout de même l’héroïne de cette histoire, et on sait bien que la savior est censée sauver tout le monde, y compris the Evil Queen. Puis 28 années dans un monde sans magie noire (définie comme la source de sa méchanceté dans la série, outre le fait que sa mère soit un peu une… vous voyez), elle s’est quand même un peu calmée. On ne le répète pas assez souvent, « evil is made », et on sait bien par qui. « Here’s a story of a girl, who grew up lost and lonely… Thinking love was fairytale… » (nan mais sérieux, les paroles de Dr Horrible sont juste parfaites :’D). A Storybrooke, elle a pris soin de ses habitants/sujets… Et Archie et Kathryn sont même devenus des « amis ». Rien ne pourra me retirer mes œillères sur sa situation je pense x’D. Pour dire quelques mots sur l’actrice, j’ai trouvé Miami Medical exécrable, Swingtown totalement inutile, Boomtown ridicule… mais je trouve intéressant son travail sur sa voix. On ressent vraiment la différence entre jeune Regina et Mayor Mills par exemple. Bref, c’est mon idole.

(P.S : il faut que je partage mon rêve de voir un épisode chanté un jour. Oui. En reprenant les titres de Disney. Oh my.)

« I’m more logistics and you know… back-up. » – Connor Temple (« Primeval »)

Je suis tombée récemment sur son court-métrage (mis en avant par Virgin Media Shorts) Little Larry, et ça m'a fait repenser au personnage. Andrew Lee Potts... C'est vrai, il n'a pas fait beaucoup de choses connues. Mais c'est l'intérêt, non ?

Déjà, c’est un Anglais. Donc il a la classe. Il a commencé très jeune, sans être trop passé par la case théâtre contrairement à beaucoup de British. On a pu le voir dans un épisode de Band of Brothers, mais je ne pense pas qu’il ait marqué les esprits à ce moment là. Puis il a fait d’obscurs films outre-Manche qui n’ont pas dépassé l’espace d’eau. Bref, Andrew Lee Potts, c’est un petit sourire malicieux, une maîtrise de son jeu, une nonchalance anglaise doublée d’une intensité intrigante.

J’admets, ma première connaissance s’est faite avec Primeval (aka Nick Cutter et les portes du temps ou réduit aux Portes du temps en VF x’). Donc tardivement. Mais qui n’aime pas le petit Connor Temple ? Quand il fait son geek tout mignon :’O ?! Quand on chasse le naturel, il revient au galop. Pour dire que tout de suite, on a l’impression qu’Andrew Lee Potts EST Connor Temple. Et du coup, ça donne une certaine authenticité au personnage. Sa maladresse, sa timidité, sa gentillesse, son humour. Le seul problème étant que Primeval ne soit pas très connu (enfin, si, pour une chose, son changement de titre VF ridicule), et le talent du petit Pottsy était donc bien caché. En plus, il jouait un rôle secondaire dans les premières saisons, mais il a carrément pris du galon, et le show tourne désormais autour de lui et d’Abby. Effectivement, les effets spéciaux sont loin d’être top, mais c’est le style anglais et on s’y fait. La série est assez divertissante, même si assez redondante. Du coup, tout repose sur les personnages. On pourrait croire que Connor n’évolue pas, à toujours être dans le rôle du larron, mais au final, il a pris du galon, et on découvre son aspect agent de terrain. En plus, comme Pottsy sort avec Hannah Spearritt sa partenaire de Primeval, ça renforce l’image qu’il soit Connor et elle Abby… Oui, c’est commun que les acteurs d’une série sortent ensemble hihi. Ah oui, il reprend également son rôle dans le spin-off américain Primeval: New World sur SyFy. J’ai pas encore eu le temps de voir ce que ça donnait, mais c’est par l’équipe de Sanctuary/SG en gros.

Ma révélation s’est vraiment faite dans Alice. Ce téléfilm de SyFy en deux parties de 2009 sorti presque en même temps que le film de Tim Burton. Où il jouait un Hatter infiniment plus brillant que Johnny Depp. Le sarcasme comique se substitue à l’excentricité exagéré. Il arrive à insuffler un vent nouveau chez ce personnage connu. Le monde d’Alice est juste hyper moderne. Le concept revisité était carrément plus intrigant qu’une vulgaire adaptation du roman de Lewis Carroll. Non seulement au niveau visuel où on avait des buildings dignes d’un rêve d’Inception, avec la complexité des labyrinthes, mais également au niveau de l’image où les couleurs étaient carrément plus appréciables qu’un sombre Alice au pays des merveilles. Globalement, c’était toujours la même histoire traditionnelle, une Alice qui va sauver Wonderland. Les autres personnages connus vont un peu être librement adaptés. Déjà, plus aucun animal ! Hallelujah ! Les êtres humains de « notre monde » sont kidnappés pour produire des « émotions » qui sont les nouvelles drogues tendance. Hatter est un mec débrouillard beau gosse, qui va devoir se coltiner Alice (j’avoue, bonne alchimie avec Caterina Scorsone) dans sa quête pour retrouver son fiancé (qui s’avère être de Wonderland) qui lui a remis une bague cruciale pour la Reine de cœurs. Alors certes, pas de Helena Bonham Carter, mais une Kathy Bates excellente :’). Dans le style, je suppose qu’on peut dire que c’est un peu comme Tin Man, la version olélé d’Oz avec Zooey Deschanel. Sauf que ce dernier téléfilm était totalement raté alors qu’Alice est super malgré, encore une fois, des effets spéciaux cheap.

C’est sa sœur ^^. J’ai le même bonnet panda \o/.

J’ai ensuite appris qu’il était le fondateur d’une petite boîte de production appelée Keychain. Il réalise des courts-métrages avec des amis (et sa sœur). Ce n’est pas un site contributif comme le hitRECord de notre bien-aimé Joseph Gordon-Levitt, mais la communauté y ressemble un peu. Des artistes de ci et là, Lee Potts se faisant appelé Pottsy (si c’est pas chou) alors que JGL se fait appeler Joe, et qui propose des créations originales. Son premier court, intitulé Blood on benefits est disponible sur YouTube. Et c’est pas vraiment de la gnognotte. Dans un genre slasher, il y a de la tension et j’avoue que c’est pas du tout mon genre. S’il n’y avait pas eu Carey Mulligan dedans, je l’aurais totalement zappé. Mais j’avoue, la réalisation, les « photos », c’est quand même pas mal (puis l’accent anglais :’D). Little Larry (disponible également sur leur site) est beaucoup plus chouette :’).

Ça me fait un peu marrer, comme il joue pas mal dans des mauvais films d’horreur, je zieute de loin seulement ce qu’il fait. Je me rappelle Red Mist, s’il n’y avait pas eu Katie McGrath au générique en plus de lui, jamais je n’aurais regardé. C’était assez nul :’D. Mais Pottsy mérite vraiment de se faire connaître !

MTV rocks (si si)

Mention de plusieurs séries de la chaîne, saisons finies/annulées, sans vrais spoilers.

Il y a des phrases qu’on n’aurait jamais cru dire un jour. Ex : « Jude Law a retrouvé des cheveux. » Ah non, ça n’arrivera jamais ça *sort*… En revanche, « j’aime les séries de MTV », eh bien, c’est tout à fait vrai. Enfin, je crois… Du moins, je suis agréablement surprise ^^. J’ai toujours associé cette chaîne à un public de jeunes, avec des clips de musique pas toujours très « PG-13 », conduite par une volonté d’être totalement mainstream (tiens, mon auto-correcteur live veut changer « mainstream » en « instrumentaire » :’O). Un peu comme Skyrock quoi. Et ça ne me concernait pas car je suis trop une rebelle anti-conformiste qui n’aime pas ce qui est mainstream (véridique x’). En gros, c’était principalement de la musique qui se veut branchée. Les MTV Video Music Awards en sont l’exemple parfait. Après, il y a eu l’explosion de la télé-réalité, et oh my, de la scripted reality, et la crédibilité de la chaîne en a encore pris un coup. Dois-je mentionner l’incroyable concept de Jersey Shore qui a connu déjà 6 saisons ? Qui a révélé Snooki et comparses. Mais j’avoue, récemment, certaines séries de MTV ont juste attiré mon attention.

Il y a une certaine fraîcheur qui se dégage de leurs séries originales (oui, je ne parle pas de l’enfer de leur télé-réalité, car je crois qu’ils s’en sortiront jamais). Je ne dis pas que les concepts sont grandioses, ni que les acteurs sont extrêmement bons, ni qu’il n’y a pas d’incohérence… Mais il y a indéniablement un petit quelque chose. Un peu comme à la rentrée des classes quand tous vos profs sont d’un ennui mortel (qui font les mêmes blagues chaque année), et que parmi cette vague de vieillards bien-pensants, vous en avez un petit jeune qui pète la joie de vivre et qui est encore passionné par son boulot et qui a mis à jour son cours durant l’été. Ben quand j’ai vu Death Valley (dire que je regrette la série est un euphémisme) pour la première fois, c’était un peu ça. Les vampires, loup-garous, zombies, c’est du vu et revu, on est d’accord ? Ben pourtant, ils ont réussi à faire du neuf en recyclant le vieux. Une touche d’humour décalé, des répliques improbables, que dis-je, un univers improbable, et c’est parti. La parodie ne tue pas. Pour Teen Wolf, pareil. On se dit qu’avec un titre et un plot pareil, ça ne doit pas casser trois pattes à un canard, résultat, bonne surprise ! Merci le cast ! Et le scénario a un vrai suspens !

Autant, dans les teen series, comme The Hard Times Of RJ Berger ou Awkward., je pense que l’identification est facile et un peu grossière, et même pour les plus âgés, ils jettent un regard léger sur les persos. Quant à Underemployed (qui finira sans doute annulée…), la série jongle avec humour les déboires amoureux et la crise économique, donc la vie moderne des jeunes adultes (sauf pour l’Asiate, genre elle est proche de la quarantaine et elle joue une twentysomething). Ce qui marche dans ces séries, c’est la situation d’origine qui est drôle. Aka un membre démesuré chez un loser, un suicide raté pour une ado comme les autres, un bébé imprévu chez des post-ados. Je me dois juste de mentionner un syndrome dans Underemployed, ils sont censés être sans le sou, mais ils détiennent un appart/loft immense (comme dans toutes les séries US semble-t-il) ! Bref, tout ça pour dire que c’est la petite folie chez les persos qui est amusante. Car le surjeu dans leur cas est carrément un point positif. Je pense à la conseillère d’orientation, aux parents, aux clients… c’est un élément comique indispensable. Oui, tout est rempli de clichés, mais limite j’ai envie de dire des clichés « drôles » et qui évoluent en plus. Mais bon, s’il y a quelque chose, il manque aussi définitivement quelque chose d’autre pour en faire de véritables bonnes séries. Malgré tout, c’est une nouvelle ouverture intéressante. Et oui, toutes les références « contemporaines », aka, une pseudo culture pop marchent sur moi.

Ils ont récemment connu des ratés aussi. Comme les tentatives de remakes UK. Je pense à Skins, à The Inbetweeners. Il faut garder à l’esprit que ça reste une chaîne pour jeunes, ils beepent donc toutes les insultes (le pire qu’on puisse laisser doit être « jerk »), donc quand ils disent fuck, c’est assez drôle. Et quand on a affaire à des séries comme Skins ou The Inbetweeners… vous imaginez bien qu’il y a des tonnes de gros mots, des notions pas très morales et des situations pas très catholiques. Leurs cousines US étaient juste absurdes. Foirage complet. Surtout quand on ne dispose pas des jeunes talents comme Nicholas Hoult, Kaya Scodelario, Joe Thomas etc. Je dois avouer que leurs jeunes talents ne sont pas des génies, mais déjà, j’apprécie le fait que ce soit des grands inconnus pour la plupart, qui acquièrent une certaine notoriété par la suite. Tyler Posey, il se fait un petit nom :’). En fait, j’ai l’impression que leur dosage dans la surenchère n’est pas bon. Autant, la dramédie/comédie semble relativement bien marcher, autant le drama pur… C’est pas encore ça. Puis ce n’est pas une chaîne comme MTV qui fait fantasmer les ados prépubères qui peut se permettre de reprendre Skins.

Loin de moi l’idée de dire que c’est parfait et que ça y est, MTV est sortie de sa spirale infernale de ridicule et se redore un blason (enfin, encore faut-il que la chaîne ait déjà eu un blason doré *sort*), mais je veux juste dire un mot en sa faveur. Ce n’est pas parce qu’un produit est étiqueté MTV qu’il doit être mis à la poubelle de suite. Peut-être que c’est une énorme ânerie ce que je vais dire, mais outre le côté divertissant de leurs séries, il y a un côté « ma vie est une série télé » qui fait personnellement mouche chez moi. Je ne dis pas que c’est la réalité, mais il y a une part de « on peut être spécial en étant banal ». Et c’est ce que beaucoup de gens espèrent quelque part. C’est vrai, ils ont tendance à tous être beaux, mais bon, on reste dans une série, hein x’D. En tout cas, elles remplissent bien la part de leur contrat, il y a du plaisir coupable pour les yeux, c’est sans prise de tête, on est intéressés par le sort des personnages et ça nous fait pousser des soupirs. Je trouve même la diversité ethnique des casts marrante x’D.

Contrôle de « Damages »

La saison finale de Damages.

Les séries de prétoire… Ce qui a toujours été appréciable dans Damages, c’est que c’est le processus des coulisses qui est expliqué et beaucoup moins les procès en soi. Je crois qu’ils n’ont jamais autant peu plaidé que dans cette saison… Du moins, on a vu l’intérieur d’un tribunal x’D. Puis pour une fois, on a le droit à des affaires qui durent plus d’une semaine (oui Lockart/Gardner, je vous vise). Bref, c’est un autre style que les séries clôturées de network. Quand je repense à la saison 1, j’en ai encore des frissons. J’adore comment ils construisent leurs saisons, « la fin » dans le premier épisode, et les flashbacks (oh les filtres, c’est pas joli joli, mais on s’y fait et ça donne un certain style) tout au long, ça permet de garder une tension énorme. La saison 2 s’est un peu reposée sur ses acquis, mais les saisons 3 (le débâcle de Wall Street) et 4 (la controverse de Blackwater Security) étaient superbes. Pour cette dernière, je suis plus mitigée. C’est sûrement parce que je n’ai jamais été très à fond dans WikiLeaks. Et que je ne suis pas particulièrement fan de Julien Assange etc. Mais c’était tout de même un bon choix de sujet, dans l’actualité. L’idée de MacLaren Truth était donc vraiment super.

Toute la réflexion sur le « mauvais » et le « bon » camp, c’était intéressant. L’éternelle histoire de tout n’est pas manichéen. Ce qui est vrai en soi. L’information doit-elle être accessible quel que soit le niveau de danger ? Les médias qui détournent la vérité ont-ils eux-mêmes conscience de ce qu’ils détournent ? Le seul problème, c’est que c’est bien beau de soulever une réflexion, mais c’est vraiment relou quand aucune réponse n’est proposée. Je ne dis pas de prendre parti ou de condamner un comportement, mais simplement d’offrir un petit avis. Je comprends qu’avec un avis trop engagé la population américaine serait montée sur ses grands chevaux en s’affolant et en criant que c’était totalement faux et donc que la série serait morte avant d’être finie, mais bon… C’est bien d’avoir une solution de temps en temps. A force de vouloir défendre les deux camps, on s’y perd un peu. Puis ça s’est trop éparpillé entre le côté financier, le côté revanche personnelle et mélodramatique de tous les persos. Tiens d’ailleurs, la fille de Naomi Walling est passée où sur la fin ? Elle a totalement disparu des épisodes x’D.

Je pense que ce j’ai le plus apprécié, c’est l’aspect, la boucle est bouclée. Revoir David (j’ai réalisé récemment que Noah Bean s’était non seulement tapé fictivement Rose Byrne mais également Lana Parrilla… bref), avoir une vraie réponse pour ce qui s’est passé dans la saison 2 entre Patty et Ellen (car franchement, on l’attendait un peu), vraiment chouette. Même s’il y avait un peu trop d’hallucination sur la fin… J’ai cru à un moment qu’elle avait une tumeur x’D. Dommage qu’on n’ait pas revu Tate Donovan même dans un flash back du coup. C’est que pour cette dernière saison, on s’est pas foutus de notre gueule comme ça arrive souvent avec les scénaristes. Bon, peut-être que pour l’épilogue, ça a été un peu le cas… même si comme conclusion, je suis assez satisfaite. Depuis le début, on nous rabâche qu’Ellen ne veut pas finir comme Patty, et donc, oui, ce n’est pas arrivé. Après, que ce soit un enfant qui soit l’élément déclencheur, tant pis (même si c’est cliché haha), au moins, il y en a un. On peut comprendre que la mort de son fiancé (saison 1) n’en est pas été un, qu’avoir frôlé la mort (saison 2) n’est pas assez motivant, voir l’un de ses meilleurs amis se faire tuer (saison 3) non plus, elle a eu droit à une petite pause l’année suivante (saison 4), pour finir sur le fait d’être enceinte (saison 5) et là, bam, révélation. Elle s’écarte de Patty. Ça et l’affaire autour de la garde du gosse (un peu bêbête) de Michael… Et voilà comment on gâche un thème. Et vous remarquerez à la fin, combien elle s’habille mal depuis qu’elle n’exerce plus le droit x’).

Parlons du cast maintenant. J’ai toujours apprécié les grands méchants de chaque saison. Que ce soit John Goodman, Dylan Baker ou Ted Danson. Mais Ryan Phillippe, je l’ai pas trop aimé. Bien qu’il soit compétent dans le rôle de sex addict *sort*. De même, les guests « gentils » sont aussi super généralement. Donc heureusement que Chris Messina était toujours là (un vrai caméléon cet acteur, je l’aime :’D), et que Jenna Elfman fait du bon boulot quand elle joue un rôle sérieux (et big up à Timothy Olyphant dans la saison 2 :’D). Voir Janet McTeer à nouveau avec Glenn Close (après Albert Nobbs), c’était amusant. Ah oui, je n’ai pas aimé la storyline avec le père non plus. C’était intéressant d’en savoir plus sur Patty, mais on s’en serait passé je crois… Puis surtout que Zachary Booth (Michael) a une intensité dans son jeu qui ne le rend pas crédible… Je crois qu’il essaye de faire comme Close, mais sans succès :’/.

C’est la fin. De tout. Il n’y en aura plus du tout. Et Byrne n’a même pas été nommée dans une cérémonie cette année :'(. Une nouvelle série finie dans mon top 10, j’espère que les autres continueront. Mais ouais, je suis globalement contente de cette série. Les personnages étaient forts, les dossiers passionnants, la narration intrigante. De très bonnes choses que je ne regrette pas ^^.